Je rebondis sur moi même, ma note d’hier et son passage sur les couples. Les couples. Bon dieu le simple fait de me dire que je suis en couple suffit parfois à me faire froid dans le dos.

Enfin, à l’heure ou je vous parle, j’ai mis de l’ordre dans tout ça.

Jusqu’à 25 ans, tout allait à peu près. Mes amis garçons et filles vivaient leur vie amoureuse comme ça leur chantait, on habitait seul, ou en colloc, on traversait des ruptures déchirantes, on disparaissait deux mois parce qu’on avait rencontré l’amour fou… Il y avait bien sûr quelques couples inamovibles mais nos vies bordéliques d’étudiants débauchés nous préservaient de toute forme d’embourgeoisement, d’encroûtage, de cataloque Habitat.

Si j’ai connu le problème des soirées pack, je vous avouerais, c’est que pendant un instant, comme sur une île du pacifique, j’ai été tentée.
Je vivais à l’époque avec un attachant artiste très drôle et très très fort en barbecue et nous possédions un appartement avec une charmante terrasse. Un jeune couple à croquer. Une référence couplesque.
Autour de nous, l’air de rien, des couples stables se formaient. S’installaient ensemble, s’achetaient la console rouge de chez Ikéa, disaient “nous”.
Et puis, nous invitaient à dîner.

Ce qui au début nous est apparu comme un chouette moyen de voir nos amis filles et garçon tous ensemble est vite devenu un incroyable fardeau qui ne se multiplie que par 2. Bizarrement, les amis célibataires se retrouvent écartés. C’est pourquoi nous avons appelé cela les soirées pack. (pack de 2, de 4, de 6 de 8 plus y en a, plus c’est lourd)

En général, à la base, il y a une amitié entre 2 personnes, qui lorsqu’elles se mettent en couple, essaient de faire fonctionner cela avec leur moitié.
Ca ne marche pas parce que :

- En couple, souvent, les caractères s’annulent. C’est à dire que votre super copine, avec qui vous rigolez comme une baleine quand vous prenez le thé entre filles, devient soudain une jeune femme raisonnable qui vient juste de s’arrêter de fumer.

- Bien souvent, votre copine, toute à sa nouvelle joie conjugale, s’est lancée dans une recette tout aussi sophistiquée que stressante, ce qui, mine de rien, électrise l’atmosphère. Ca + l’arrêt de la cigarette, et vous vous dites que auriez dû amener un spacecake pour l’aider à lâcher prise au dessert.

- Bien souvent, les discussions tournent autour de sujets “généraux” politique ou actualité, ou, bien pire, autour de l’argent, (accéder à la propriété, acheter une nouvelle voiture) ne me demandez pas pourquoi, c’est comme ça.

- Le pire, c’est que bien souvent naît une espèce de compèt malsaine autour qui va s’acheter en premier le canapé Ligne Roset ou qui va mettre en route le premier bébé. (là, ma, super copine à les yeux qui roulent et la joue rose. Et ce sans spacecake)

Oui, je sais, à ce stade là, c’est horrible, vous êtes Philibert et Clothilde, le rock’n roll en vous a pris ses jambes à son cou.
Et je l’ai vraiment vécu.
Et le pire, c’est qu’il faut rendre l’invitation. Et faire la cuisine.

Héhé, mais oh, vous me prenez pour qui?
C’est fini ce temps là! J’ai rangé les couples pack au placard, gardé que les meilleurs, ceux qui savent rester eux mêmes (il y en a!), rappelé mes copains célib, et tout ceux qui veulent, et je ne fais toujours pas la cuisine!