Quand une fille m’énerve un peu, c’est souvent parce qu’elle a touché juste.

Il y a un tel bonheur à faire rire les gens que parfois, je me suis dit que j’aurais aimé être humoriste. En fait, c’est pas du tout possible, ça va, je sais. J’ai mon public de fans absolus, ils sont quatre à peu près, et je n’ai qu’à lever le petit doigt pour les voir s’étrangler, se contorsionner, s’étouffer de rire.

Mais la plupart du temps, les gens qui ne me connaissent pas bien me regardent avec un air étonné-inquiet, et je remballe ma dérision aussi sec.

J’ai été très contente quand j’ai vu débarquer Gad Elmaleh. Je n’avais accroché avec aucun humoriste avant. Je ne l’ai pas trouvé beau tout de suite, mais il y avait une telle classe dans son humour, une telle finesse que j’ai fini par me dire qu’il fallait absolument que je fasse une bataille d’humour avec lui, rien que pour le plaisir de me faire rétamer.

Ne parlons même pas des femmes humoristes. Quand on voit comment la sympathique Valérie Lemercier a galeré pour faire comprendre qu’elle aimerait bien aussi être considérée comme une femme, on se dit que si on a un peu de talent, mieux vaut se planquer derrière une plume comme Sophie Fontanel pour raconter ses délires.

Eheh! Je suis donc ravie, et même si je suis loin d’avoir trouvé mon idole femme, je suis vraiment ravie que Louise Bourgoin soit arrivée.
Avant ça, dans un autre style, j’aimais beaucoup Daphné Bürki : c’est simple, cette fille rit tout le temps, parle de mode sans la prendre au sérieux et se met en scène tout en restant parfaitement adorable.

Mais Louise!
Louise, elle montre à toutes les filles (enfin, à moi), que le ridicule ne tue pas. Une blague sur deux tombe complètement à plat.
Louise, elle est méchante. Si si, elle est méchante. Elle donne tous les jours l’âge de people qui essayent de nous faire oublier qu’ils sont nés en 34.
Louise, elle remballe les gros lourds nés en 34 qui lui font du rentre-dedans en direct live.
Louise pousse des cris, fait des grimaces, déconne tout le temps.

Et pourtant les mecs l’adorent. Ben oui, c’est un concentré de féminité.
Alors, je suis très contente, pendant longtemps on a voulu me faire croire que pour attraper les mecs ils fallait minauder en remuant son derrière. Je vous rassure, ça fait longtemps que j’avais compris que c’était faux, mais je trouve que l’air devient plus frais pour les femmes en ce moment, et j’aime bien ça.