Style

ni foi ni loi

On m’avait dit : tu vas voir il a fait tellement chaud qu’ils n’ont rien vendu, ils vont déstocker à fond!
Euh ah oui ah bon alors j’y vais alors, plaaaaaace!
Mais que je suis influençable.

Je fonce au Bon Marché pour apprécier la courbe économique d’un sac que j’ai en tête mais dont le prix en ces temps de banqueroute personnelle est littéralement indécent.
Donc, même à moins trente pour cent, il reste indécent. Je fais un tour de Bon Marché (parfait le Bon Marché pour faire des tours), j’appelle ma conseillère attitrée (AllôOo, Superchic?), elle me dit d’aller prendre l’air hors de l’atmosphère corrompue de ce temple de la ruine. Elle dit : si ça va mieux dans 5 mn, n’achète pas.

Je sors, je respire, et là, tel un Kaiser Soze, je reprends vie. Je n’achète pas.

En face, il y a un Zara. Hum Zara. Mon pouvoir d’achat est soudain décuplé, je pénètre l’enceinte comme une héritière d’hôtels de luxe. Mais diable que fait la sécurité? Des hordes d’hystériques marchent sur des vêtements épars. De jeunes filles se promènent à moitié nues, les rares miroirs sont les témoins de farouches guerillas. Je croise néanmoins de jolies robes, pas très chères c’est entendu, mais finalement pas si soldées que ça. Pas envie de rentrer dans la bataille pour si peu.

Je ressors, les mains vides.

Bien. Voyons voir. Le Marais et après je rentre. C’est plutôt calme finalement. Assez vite, je comprends pourquoi. Pour déstocker à fond, les gentilles marques que nous aimons bien, nous les filles, comptent surtout sur l’effet ‘soldes’, à y regarder de près, les prix ont très peu baissé. Souvent c’est du vieux stock de fond de boutique. Je suis prise de l’ivresse du shopper : tout se ressemble : des blouses des blouses du jean du jean des ballerines des bottes des bottes au secouuuuurs!

Je fuis.

J’appelle une amie, blasée comme pas deux, je lui fait des théories fashion post-apocalyptiques, je loue mon détachement face à la société de consommation, nous décidons de nous retrouver pour boire un verre et refaire un monde meilleur.

Chemin faisant, je vise une paire de bottines, super mal soldées bien sûr, mais trop jo-lies. J’entre dans la boutique. Damned! ils n’ont plus ma taille.

Une fièvre bien connue s’empare de moi. Il me les faut. Avec le vendeur, aussi maniéré qu’insensible, nous passons en revue toutes les boutiques de Paris. Une paire!!! Il reste une paire dans ma taille, à l’autre bout de la ville. Dans toute sa bonne volonté, il ne veut pas les appeler pour leur dire de les mettre de côté. Je dois donc prendre le risque de faire le déplacement sans être sûre qu’ils ne les auront pas vendues entre temps. Et puis, il est 19h12. Je suis dans un état proche de l’Ohio. Je m’imagine avec mes bottines, légère, riant, célèbre, mince, je cours, je cours…

Je n’ai vraiment ni foi ni loi.


Vous devriez également aimer

  • On Shopperz
    Histoires
    On Shopperz
  • Shopperz
    Histoires
    Shopperz
  • Editor’s Letter #4
    Histoires
    Editor’s...
  • Pant Rise
    Contributeurs
    Pant Rise

0 comment

Ajouter le votre

In The Spotlight