Mercredi dernier, Colette s’est pris 10 ans dans les dents, et moi aussi par la même occasion.

Cette nuit là, avec mon amie, nous arrivons, sobres, chic, devant la Scala, où a lieu l’anniversaire de Colette. Une armada de fashionistas en ébullition sont agglutinées à l’entrée, tendant leurs invitations à Dieu, le physio. Impossible de se frayer un chemin.

Il y a dix ans, j’aurais rampé entre leurs jambes ou je serais passée par la sortie de secours. J’aurais appelé l’assistant de Laurent Garnier en disant qu’on était là. Sauf qu’aujourd’hui, Laurent Garnier coule des jours tranquilles dans Sud en faisait des albums free-jazz.
Là, on a juste attendu 1h et puis on a fini par rentrer.

Une fois à l’intérieur, franchement, c’est chouette. Les gens sont adorables, les open bars sont même pas pris d’assaut, il y a des bonbons partout, des smileys et du micro-people à la pelle. Il y a de la super musique 80′s, et quelques fashion déglingos à mater pour rigoler.
Oui, des fashion victims, ceux qui overdosent le fluo, surcompilent les accessoires et paient des baskets en édition limitée 2000 euros. Des branchés, quoi!

Dix ans en arrière, je serais allé faire un contest de sneakers avec eux, j’aurais essayé d’arracher leurs lunettes et de me faire prendre en photo par Yvan.
Là, j’ai juste trouvé ça gentiment ridicule et plutôt rigolo.

Et puis bon. On fait ce qu’il a de mieux à faire en boîte avec mon amie : On parle. On piaille, on bavarde, on commente en s’égosillant sur fond de Jermaine Jackson. Je me trémousse légèrement, mais elle en a marre. Elle e des trucs à faire demain, et puis elle en a assez vu.

Il y a dix ans, je l’aurais attachée à un poteau et je serais allée danser. Je serais montée sur une table et je me serais fait une choré approximative et deux cent amis de la night.
Là, j’ai trouvé qu’elle avait bien raison, et nous avons quitté la fête alors qu’elle battait son plein. Comme Laurent Garnier dans les 90′s avec sa limo hurlant du Mozart. Comme Colette que nous avons croisé partant aussi, sûre à cette heure que sa fête avait pris.

Et je suis rentrée sagement me blottir dans les bras de mon chéri.

————-