Je sais je sais. Dans l’effervescence du départ, je vous ai fait des promesses de dingue, vous laissant imaginer que j’allais passer mes vacances à exhiber mon bronzage une bouteille de champagne à la main, à la Via Notte avec Karl Zero Charlotte de Monaco, que j’allais vous ramener des anecdotes croustillantes à vous mettre sous la dent pour qu’on oublie qu’on est à Paris, et qu’ici, le programme, c’est pluie, so… ah non il est déjà parti, pluie, pluie.

Petite joueuse. A peine posé le pied sur l’île de beauté, j’ai filé sous mon palmier, (Le figuier? Trop loin.) Et j’ai bullé. J’ai bullé en buvant des milk shake banane, voilà.

Et le pire, c’est qu’on m’a proposé d’y aller, à la Via Notte. Une bande d’amis avaient tout prévu, du cabanon sur sur la plage où passer la nuit à la décapotable pour la Dolce Vita. Absolument pas motivée. J’ai pourtant bien essayé de convoquer ma conscience bloguistique, qui a fait un léger sursaut, puis est retournée roupiller dans un coin de mon cerveau, en plantant un panneau : En vacances aussi, connasse.

Alors bon, je me suis laisser aller au rien foutage total. Il ne m’est rien arrivé, juste de passer de super vacances.

Ah mais si, il m’est arrivé un truc incroyable! Mon quart d’heure de célébrité!

Ca se passe à l’aéroport. J’ai mon air détaché et intelligent, comme toujours quand je suis seule comme une conne à attendre mes bagages, et un homme me fixe avec insistance. Je me dis que ça doit être mon magnétisme naturel. Puis un autre, et son fils aussi. Et sa mère aussi d’ailleurs. Je me dis que vraiment ma veste a beaucoup de succès. Je me dis qu’il faut toujours bien s’habiller quand on voyage.

Puis bon, là, quinze personne environ me fixent. Je tâche de garder ma contenance, en me disant que ok, ma veste tue sa race, mais que ça devient gênant. Je m’apprête à hurler : “Normal, c’est une Burberry*, bande de chameaux en Quechua”, quand soudain, quelqu’un me montre du doigt.

Enfin, me montre. Son doigt est dévié par… Derrière moi, j’entends : “Un petit autographe s’il vous plaît?”. Je me dis que j’ai bien fait de prendre mon stylo, je me retourne, avec mon air le plus condescendant modeste, et là je me prend le vent de ma life.

Derrière moi, c’est juste Franck Dubosc et sa nana. Qui, tranquilles, en Quechua, signent des autographes. Enfin, Franck Dubosc signe des autographes et sa chérie prend un air détaché et intelligent.

Heureusement pour nous, nos bagages arrivent**.

—————-

* Estimons-nous heureux : une courte phrase m’as-tu-vu vaut mieux qu’un long post : cette veste est parfaite.

** Nous, évidemment que je compte Franck et sa nana submergés par les fans. On est potes, maintenant. Et puis je suis sûre que sans mon admirable veste personne ne l’aurait repéré. Alors Franck, merci qui?

————–

Ah oui, et pour vous prouver le niveau de rétrécissement cérébral des vacances, et rien que pour vous parce que je suis contente de vous retrouver, la bo des vacances. Ca c’est du cadeau. Et le pire, c’est que la connais par coeur.