Vu que quasiment personne à part Audrey, Frieda, Sarah et Solenne qui s’est rattrapée à la dernière minute, je cite : moi j’ai pas parlé des boots, parce que je ne veux pas savoir de chez qui elles sont, ni où tu les as vues, ni combien elles coûtent, non, je ne le veux pas.

Vu que personne donc n’a noté la sublimescence des chaussures que j’ai dessinées hier, je me dis que mon nouveau crush va certainement beaucoup plus vous plaire.

Toujours aussi chaussures, toujours aussi inaccessibles, mais beaucoup plus casual ce coup là. Oui, pas besoin de vous faire un dessin (mouarf, je suis en forme moi) vous avez compris, ce sont des baskets.

Après une passion d’adulescente forcenée pour ces petites choses, je les avait complètement balancées aux oubliettes fashion, et pour cause. Je suis une femme, moi, que voulez-vous. Enfin, surtout, la ballerine est arrivée, balayant ma jeunesse fluorescente sur son passage.

Quoi du sport? Non, je ne fais pas de sport. Quand ça me prend, je dis bien quand ça me prend, je fais du yoga. Pieds nus sur mon tapis.

Et de toutes manières ça fait longtemps que les baskets ne font plus de sport, voyons.

Donc voilà, je voulais vous présenter les nouvelles Pierre Hardy, elles ont un nom, Colorama, un myspace, et maintenant une fan. Et elles ont un prix, aussi. 310€, c’est ce qui me sépare de ce plan marketing bien ficelé (500 ex. dans le monde, qui dit mieux?).

Bon, je vous l’accorde, c’est peut-être pas plus mal.

———