Lifestyle

La forme et le fond

Elle est venue passer deux jours chez moi. Ca faisait longtemps. Elle avait maigri.

Je lui avais fait un petit repas. Elle a semblé soulagée quand elle a vu qu’il y avait plein de légumes et a même mangé avec un relatif appétit. Elle m’a parlé de cette difficile année passée. M’a dit qu’elle n’arrivait plus trop a manger. Ou alors des légumes. Ou du chocolat. On a rit un peu de ça. Je ne suis pas du genre à dramatiser.

On est allées faire un peu de shopping. Ca faisait des mois qu’elle n’arrivait plus à s’acheter quoi que ce soit. Elle flottait dans ses vêtements. Elle voulait un jean gris, un peu slim. Quand elle est sortie de la cabine, j’ai été soulagée. Il lui restait quelques petites formes, elle qui avait été si pleine de vie.

Sauf qu’elle, elle s’est trouvée grosse. Elle regardait ses cuisses avec angoisse. Je lui ai dit arrête tes conneries, t’es super jolie. Disait qu’elle était énorme. J’ai même été énervée par ce que j’ai pris pour de la coquetterie pendant une demie seconde. Comme elle voulait vraiment de nouvelles fringues, elle a pris le jean.

Puis elle a absolument tenu à trouver un grand pull “pour s’habituer à porter un slim”. A fait quelques essais, puis est apparue avec un immense gilet qui lui arrivait jusqu’aux genoux. Elle trouvait ça super. C’était du L. Sur quelqu’un qui fait du XS, ça fait bizarre. C’est là que j’ai compris : elle voulait disparaître.

Je lui ai dit : ” Mais tu es anorexique! ”

Elle m’a dit oui. Elle m’a aussi dit que tout le monde la trouvait superbe comme ça. Et puis aussi que personne ne voulait la croire quand elle disait qu’elle avait des désordres alimentaires, que les filles croyaient juste qu’elle voulait être jolie. On a beaucoup parlé, je me suis sentie complètement inutile, totalement désemparée.

Et elle est repartie.

J’ai eu l’impression de comprendre tout le piège et la solitude de cette maladie. J’ai été infiniment triste. Mais je l’ai eue au téléphone hier. Elle voit un psy. Je crois qu’elle va mieux. Je l’embrasse.


Vous devriez également aimer

  • More on the Open Studio!
    Lifestyle
    More on the Open...
  • Made with Love
    Lifestyle
    Made with Love
  • New Posters!
    Lifestyle
    New Posters!
  • Back In Stock!!
    Lifestyle
    Back In Stock!!

104 comments

Ajouter le votre
  • Astan - Pause Shopping 29 octobre 2007, 9:34 / Répondre

    Très touchant ton message. C’est bien d’en parler ICI aussi… et plein de courage à ELLE.

  • amélie 29 octobre 2007, 9:34 / Répondre

    je viens de découvrir ton blog et ce billet ma vraiment touchée. comment se sentir utile face à qq1 touché par cette maladie, un fléau selon moi
    courage

  • Rose 29 octobre 2007, 9:49 / Répondre

    Beaucoup de courage à ton amie. A un moment j’ai perdu beaucoup de poids, pas d’anorexie, non, juste un choc eh bien tout le monde me trouvait très bien comme ça avec mon micro 36. Ca me choquait, moi je n’aimais pas mais visiblement ça plaisait, étrange…Je comprends que ce regard n’aide pas ton amie. C’est biend’en parler. Ton billet est très touchant, subtil.

  • mademoizellekoko 29 octobre 2007, 9:50 / Répondre

    Tellement touchant ,d’autant plus que j’ai une amie qui a cette maladie…c’est tellement difficile parce qu’elles se sentent seules face à ce problème. Beaucoup de courage les filles!

  • Margot 29 octobre 2007, 9:52 / Répondre

    Un de tes billets les plus émouvants selon moi… Bravo Garance.
    Bon courage à ton amie.

  • Florence 29 octobre 2007, 10:08 / Répondre

    C’est une vraie saledté de maladie.
    Bon courage à ton amie… le pas le plus difficile est fait, je crois. Sois là !

  • Cécile 29 octobre 2007, 10:19 / Répondre

    Il va falloir du courage à ton amie mais aussi l’envie de combattre cette maladie. Bien evidemment, tous les soutiens seront importants mais dans ce genre de combat seule la personne concernée peut faire quelque chose, on ne peut rien forcer.

  • Betty 29 octobre 2007, 10:29 / Répondre

    Bon courage à elle parce qu’il est parfois difficile d’admettre qu’on a un problème. Et bravo à toi parce qu’il est parfois plus facile de faire semblant de ne rien voir. Mais tu as été là pour elle, une amie.

  • Chloe 29 octobre 2007, 10:31 / Répondre

    Garance, felicitations pour parvenir a trouver les dessins et les mots qui touchent, il y a beaucoup d emotion dans ce post. je souhaite beaucoup de courage a ton amie pour sortir de cette maladie trop souvent mal comprise. Le plus difficile est fait: s avouer qu on est malade, maintenant il faut guerir! Courage!

  • Aiko 29 octobre 2007, 10:43 / Répondre

    Beaucoup de courage à ton amie, et à toi pour le soutien que tu vas lui apporter et que tui lui apporte déjà.
    Pas facile pour celles ne n’on pas connu, ne connaissent pas l’anorexie de comprendre; à un moment tu le dis toi même : “J’ai même été énervée par ce que j’ai pris pour de la coquetterie pendant une demie seconde.”
    Bon courage, encore.

  • Shalima 29 octobre 2007, 10:43 / Répondre

    Très émouvant ton billet. Vouloir disparaître. Appeler au secours. Quelle saloperie cette maladie. J’espère que ton amie va trouver la force de s’en sortir.

  • garance 29 octobre 2007, 10:47 / Répondre

    Astan : Oui, ça fait bizarre de poster un truc un peu triste, mais de temps en temps…

    amélie : Hello, bienvenue, et merci pour ton message :-)

    Rose : Oui, c’est dingue, il y a un tel flou aujourd’hui entre la maigreur, la maladie et la beauté que quand on mincit, tout le monde est ravi… C’est étrange… Merci pour mon billet :-)

    mademoizellekoko : Oui, c’est vraiment une maladie qui isole, parce qu’on arrive pas à comprendre, ça semble tellement simple de manger, non ?

    Margot : J’ai juste décrit les choses comme elles sont arrivées, mais merci beaucoup !

    Florence : Oui, j’essaierais, merci !

    Cécile : C’est exactement ça. C’est vraiment un truc très personnel. On peut juste essayer d’être juste et ouvert à la conversation, ce qui n’est pas toujours facile…

    Betty : En fait, j’ai eu un peu peur d’avoir fait une gaffe. Mais en fait elle était soulagée de se rendre compte qu’elle pouvait en parler ouvertement avec quelqu’un. Le seul pb, c’est qu’elle est loin…

    Chloe : Merci, j’avais un peu peur d’être larmoyante, je suis contente que ça t’ai touchée :-)

    Aiko : Oui, c’est vraiment le truc qui est important : cette maladie génère chez les gens qui entourent la personne des tas de sentiments étranges et contradictoires… On est énervé, touché, puis exaspéré tour à tour… Très ambivalent!

    Shalima : Oui, je pense qu’elle va s’en sortir. Même si elle l’aura toujours en elle, et qu’il faudra qu’elle fasse bien attention à elle… Merci pour le billet :-)

  • annelaure 29 octobre 2007, 10:47 / Répondre

    Je ne la connais pas, mais je l’embrasse aussi.

  • abigoudi 29 octobre 2007, 10:48 / Répondre

    Les proches souffrent énormément et prennent bcp de temps à comprendre et intégrer cette maladie.
    La malade elle prend du temps à se reconnaître en temps que tel. Progressivement on s’isole, on se sent bien mais atrocement seule.
    Si ton amie voit un psy c’est bien, mais qu’elle voit aussi des amies c’est nécessaire, car sinon personne ne peut lui dire qu’on la préférée joyeuse, marrante avec “ses formes” quoi ! et pas triste, grave ou fonctionnant “comme un automate” sans sentiment… il faut malheuresement se “méfier” des progrès car le plus dur ce sont les mensonges qu’on doit infliger à nos proches et à nous mêmes.

    Guerir c’est ainsi un long processus, on attrape pas l’anorexie comme la Grippe !

    Mais ça en vaux la chandelle ça c’est sur !!!

  • abigoudi 29 octobre 2007, 10:49 / Répondre

    Au fait Touché (comme on dit)
    ton article est magnifique !
    merci

  • Delphine 29 octobre 2007, 10:50 / Répondre

    Je ne pouvais pas passer là sans dire combien je trouve ta note émouvante. Un magnifique et poignant témoignage. Je sais combien il est difficile de sortir de tous les vices de cette maladie et je souhaite beaucoup de courage à ton amie. Que ton soutien lui soit favorable pour qu’elle réapprenne à se respecter…

  • caro 29 octobre 2007, 11:04 / Répondre

    Très touchant…

  • Manu Prince S 29 octobre 2007, 11:05 / Répondre

    Pas évident de comprendre, pas facile de résister à la tentation de s’énerver en hurlant, et encore moins de croire la personne qui vous dit que tout le monde la trouve superbe, quand on se meurt à petit feu…

  • Princesse Audrey 29 octobre 2007, 11:06 / Répondre

    J’ai vécu exactement la même chose avec ma petite soeur il y a deux. Ca a duré deux ans, à peu près. Au début, c’est né d’une anvie d’être mieux dans sa peau, puis c’est devenu comme une drogue, et elle ne maîtrisais plus sa perte de poids, c’est sa maladie qui la maîtrisait. Ce n’est qu’en lui faisant du chantage que mes parents lui ont fait voir un psy, elle refusait toute aide. C’est bien que ta soeur se responsabilise.
    Crois-moi, tu n’es pas responsable. Sans l’étouffer, donne-lui beaucoup d’amour, ça lui fera du bien, elle se sentira moins seule pour reprendre sa santé en main. Courage à toutes les deux.

  • fraisecoco 29 octobre 2007, 11:09 / Répondre

    Si elle t’as avoué sa maladie, c’est qu’elle la reconnait et je te prommet que s’est un grand pas vers la guerisson. Courage !

  • Papalmier 29 octobre 2007, 11:11 / Répondre

    C’est la période; la lune était le 26; dès lundi 22 ca s’annoncait très mal (je sais détecter les signes précurseurs). Ma semaine a été aussi pourrie que le pire que je craignais.

    Encore 4 ou 5 jours et ca ira mieux.

    J’étais invité à une soirée samedi; je suis allé au lieu, j’ai fait une crise d’angoisse, je suis parti avant que les gens arrive; ca fait 36h, je suis encore en état de crise (alors que je suis parti AVANT que la soirée commence ! )

    Superbe dessin, comme d’habitude :)

  • M1 29 octobre 2007, 11:23 / Répondre

    Très bien écrit ton post Garance, touchant, je pense que par amitié, tu voulais au début te convaincre qu’elle n’a aucun problème.
    Une amie était devenue anorexique, suite a un divorce, ma psycho était simple, lui dire, avec des mots forts, qu’elle était devenue une vraie loque, une ombre d’elle même, “ma” thérapie était aussi très simple, a la mode des boot camp, la trainer dans mes footings et marches rythmées pour qu’elle prenne la mesure de son état physique. Elle en avait marre de se faire “insulter”, le défi créant l’effort et l’effort créant l’appétit. Après un peu moins d’une année, son anorexie était un mauvais souvenir. Je ne sais pas si j’ai eu de la chance sur ce coup ou si c’est la méthode qui marche, en tous cas j’ai eu plus de réussite que les psy ;-)
    Sinon dans la lignée de ce post, une info pas très glamour d’Amy… http://www.20minutes.fr/article/190991/Culture-Amy-Winehouse-chantera-t-elle-ce-lundi-soir-au-Zenith.php

  • Mabile 29 octobre 2007, 11:30 / Répondre

    Et oui…. mais comment fait-on quand celle qui maigrit refuse de la voir? Saleté de maladie.
    Ton amie avance vers la guérison, c’est bon signe de partager.

  • violette 29 octobre 2007, 11:34 / Répondre

    Chapeau bas pour l’émotion… et surtout pour l’écriture ma Garance…

  • Olivia 29 octobre 2007, 11:40 / Répondre

    Ton message est très touchant. J’espère que ton amie se sortira de cette sale maladie.
    Ton dessin est particulièrement beau.

  • Lilouise 29 octobre 2007, 11:41 / Répondre

    “je me suis sentie complètement inutile, totalement désemparée.” Tu as bien résumé là le problème, Garance. Devant toute maladie, quelle qu’elle soit, on ne peut rien…sauf être là, tout simplement. Si l’on ne peut pas partager la douleur, on peut l’accompagner. C’est tout ce que tu peux faire et c’est déjà bien. Bravo pour ton papier et ton dessin.

  • Stella 29 octobre 2007, 11:50 / Répondre

    C’est très joliement écrit…l’émotion est palpable!

    C’est la première fois que je laisse un commentaire, ce n’est pourtant pas la première fois que je viens…Les dessins sont sublimes, et tes écrits toujours très agréables à lire! Merci

  • Lilie 29 octobre 2007, 11:51 / Répondre

    Très touchant. D’autant que c’est une maladie qui touche plus de personne que l’on pense et qui agit souvent dans l’ombre. Ce qui est terrible c’est que la maigreur est prôné partout, à commencer par les podiums.
    C’est bien d’en parler sur ton blog.
    Bon courage à ton amie.

  • Flabbergasted 29 octobre 2007, 11:57 / Répondre

    Bravo d’avoir abordé avec autant de sincérité et de réalisme ce sujet difficile qui est aussi lié au monde de la mode que tes posts habituels.

    Il faut absolument la dissuader d’aller sur les blogs pro-ana où cette maladie est encensée et où on assiste à une certaine forme de “concurrence” à qui se laissera dépérir le plus vite…

  • garance 29 octobre 2007, 12:14 / Répondre

    annelaure : je ne sais pas si elle te lis, mais je lui dirais :-)

    abigoudi : Oui, c’est pour ça que j’essaie toujours d’être discrète et de rester drôle et légère. Ce n’est pas en entourant les gens de sollicitudes et de tristesse qu’on les aide… Enfin je crois. Merci pour ton com, tu as l’air d’en connaître un rayon…
    Et merci pour mon article, bises !

    Delphine : Merci beaucoup !

    caro : tu es toi-même l’auteur d’une super note à ce sujet…

    Manu Prince S : Oui, c’est étrange, les gens ne voient pas, ou il ne voient que ce qu’ils ont envie de voir…

    Princesse Audrey : Merci pour ton com’, ça doit pas être facile pour toi de parler de ça. J’espère que ta soeur va mieux, je sais que c’est une maladie qui a des racines très profondes… Difficile d’aider ses amis, alors sa famille !

    fraisecoco : Je suis d’accord avec toi. Je suis sûre qu’elle va déjà mieux. Merci !

    Papalmier : Merci pour le dessin ! Pour ta semaine, des fois c’est comme ça, faut juste rester chez soi :-)

    M1 : Merci M1, je suis carrément scotchée par ta technique de guérison avec ton amie ! Perso, j’en serais incapable, mais si tu me dis que ça a marché… Why not après tout ! Euh, je veux dire… Whinehouse après tout :)à
    La pauvre, elle fait un peu de peine…

    Mabile : Merci pour ton com’, tu as raison, quand j’ai vu mon amie elle avait déjà eu le temps de prendre conscience de ce qu’elle vivait… Sinon, je ne sais pas ce que j’aurais fait…

    violette : Woooah, je suis très touchée ! Merci !

    Olivia : Merci beaucoup ! Je suis sure que mon amie va aller mieux… :-)

    Lilouise : Merci beaucoup. Je vais essayer d’être là, comme je peux. C’est qu’elle est loin…

    Stella : Merci pour le billet, et pour mes dessins. Bienvenue ici, comme premier com’, qu’est ce que c’est gentil! :-)

    Lilie : Oui, c’est clair que ça pose des problèmes de limites entre la beauté et la maigreur. Mon amie par exemple n’est pas une fille “filiforme” à la base. Donc, quand elle est maigre, on voit tout de suite qu’il y a un problème !

    Flabbergasted : Merci ! Pour les sites, je sais qu’il y en a des tas, je ne pense pas qu’elle soit du style à aller visiter ce genre de trucs, heureusement, mais merci pour la mise en garde !

  • Anaïs 29 octobre 2007, 12:20 / Répondre

    Ton billet est tres touchant…j’en avais les larmes aux yeux
    un conseil: prends vraiment soin de cette amie elle a surement besoin d’etre entourée

    Bon courage a elle
    bise

  • nanikaa 29 octobre 2007, 12:23 / Répondre

    Très beau ton message d’amitié, qui me touche particulièrement car ma bestfriend a connu ça, il y a plus de dix ans et même si… ça va bien mieux, son physique est resté marqué “anorexique” et elle continue à essuyer des commentaires désagréables…
    bon courage à ton amie

  • Joce 29 octobre 2007, 12:26 / Répondre

    C’est juste, c’est vrai, c’est angoissant, c’est triste, il y a de l’espoir et beaucoup d’amour dans tout ça…Décidemment Garance tu m’épates tous les jours…

  • 24faubourg 29 octobre 2007, 12:30 / Répondre

    avec le psy elle s’en sortira, bon courage à elle

  • Magmag 29 octobre 2007, 12:32 / Répondre

    Scotchée.. et oui, j’ai plus l’habitde de te lire sur le ton de la légèreté (c’est pas une critique hein.. bien au contraire !) mais alors là.. ton billet m’a beaucoup émue !

    Chapeau !

  • Lilo 29 octobre 2007, 12:32 / Répondre


    La reconnaissance est le premier et le plus important des pas. Et finalement c’est un billet plein d’espoir.

  • MARIE SUE 29 octobre 2007, 12:48 / Répondre

    suis très touchée à la lecture de ton article, j’espère qu’elle va aller mieux. En tous les cas elle a beaucoup de chance de t’avoir, la soutenir & être présente pour elle, elle va en avoir besoin.
    Bon courage ma belle, t’es vraiment une fille en or

  • la chipie 29 octobre 2007, 12:51 / Répondre

    un beau billet, plein d’emotions. Je lui souhaite tout mon courage.

  • la chipie 29 octobre 2007, 12:53 / Répondre

    un beau billet, plein d’emotions. Je lui souhaite tout mon courage. Personellement, je crois que Lilo a raison et que la reconnaissance est le premier pas…

  • mariE 29 octobre 2007, 12:57 / Répondre

    wOuw.. ça me fait tout bizarre, j’ai presque les larmes aux yeux..

    bOn cOurage à ELLE.. et cOurage à son super entourage !

    je vous embrasse
    et merci Garance pour ce post un peu différent…
    xxx

  • Juty 29 octobre 2007, 1:04 / Répondre

    On s’en sort…tu peux lui dire et lui transmettre un peu de courage.
    Bises
    J’

  • MesDouDouX 29 octobre 2007, 1:05 / Répondre

    Je ne sais pas qui est cette personne par rapport à toi mais la personne de mon entourage qui a été touché par cette maladie est ma soeur…

    Je sais à quel point on peut se sentir désemparée…
    On aurait envie de crier pour faire réagir mais ça ne marche pas comme ça…

    Ma soeur s’en est sorti au bout de 2 ou 3 ans de maladie… elle a failli être hospitalisé mais les médecins lui ont laissé une chance.

    J’espère que ton amie s’en sortira aussi bien que ma soeur.
    En tout cas, tu as l’air de réagir comme il le faut, calmement et avec amour ;-)

  • M1 29 octobre 2007, 1:07 / Répondre

    Garance, ma technique était purement improvisée, voyant mon amie sombrer sans que les copines n’arrivent a la persuader de se reprendre en main! Je n’ai pas appliqué une méthode de gonzesses* si j’ose dire ;-) Je me demande même si un copain n’a pas plus de “pouvoir” de guérison qu’une copine dans ce cas!
    Sinon un lien pour rappeler qu’Amy reste une grande.. Winehouse!
    http://fr.youtube.com/watch?v=I9mw492VXvE
    même si a Zurich elle était franchement.. bouchonné!
    http://fr.youtube.com/watch?v=UgyJD7dBZOI

    *ce n’est qu’une expression, hein! :-)

  • Frieda l'écuyère 29 octobre 2007, 1:17 / Répondre

    Un billet magnifique assorti d’un tout aussi magnifique dessin. Pour se soigner, il faut commencer par sortir du déni. Ca semble être le cas de la jeune femme que tu évoques. Courage, elle a bien besoin de toi.

  • Marion 29 octobre 2007, 1:38 / Répondre

    très beau témoignage Garance, tu fais preuve d’une sacré sensibilité… j’espère qu’elle va aller mieux… Ca remet les choses en place par rapport à nos “gros pb” de tj 3kg de trop……………….

  • Mlle E 29 octobre 2007, 3:06 / Répondre

    Ben je lui souhaite bon courage, parce que le pire c’est que ça ne sera jamais fini…

  • Soéla 29 octobre 2007, 3:09 / Répondre

    Bon courage à ton amie.

  • poutchi 29 octobre 2007, 3:19 / Répondre

    Très beau message, elle a de la chance d’avoir une amie comme toi.
    Pour l’instant je vis une rel

  • poutchi 29 octobre 2007, 3:20 / Répondre

    oups
    pour l’instant je vis une relation aussi difficile que la tienne, avec mon amie, qui ne souffre pas d’anorexie mais de dépression sévère. ce n’est pas facile, rien de ce qu’on dit ne convient, mais il faut être là et surtout rester présente. ne pas se lasser comme beaucoup de gens. c’est là qu’on voit les vrais amis.
    courage à elle et à toi.
    Bisous

  • Cha (Bliss) 29 octobre 2007, 3:26 / Répondre

    Touchant ..
    parce que je retrouve dans tes paroles, ce qu’a du penser mon entourage pendant un temps (même si je ne maigrissais pas autant). Comprendre qu’on ne peut pas réellement aider, mais seulement accompagner car seule la malade peut se sauver.

    Elle a fait le pas d’aller voir quelqu’un pour en parler (j’adore cette expression, c’est d’un euphémisme!), c’est qu’elle n’est plus dans le déni donc qu’elle est sauvée (dans un sens, car tout reste à faire).

    Malheureusement on reste marquée à vie ..

  • CM 29 octobre 2007, 3:48 / Répondre

    Effectivement très touchant. J’ai touché cette maladie de très près pendant un an, devant l’incompréhension et la peine de mes ami(e)s. Iceberg d’une dépression qui m’a conduit en hospitalisation à temps. Garde le contact et le courage de l’aider, même si elle ne t’entend pas par moment. L’acceptation de la “maladie’ est le premier pas d’une grande avancée. Elle ne sera cetes peut être plus jamais la même, mais deviendra (avec la psychanalyse, ton aide ?) … la même, mais mieux …

  • garance 29 octobre 2007, 4:09 / Répondre

    Anaïs : Merci beaucoup, je vais essayer, même si c’est parfois difficile de savoir quelle distance adopter.

    nanikaa : C’est vrai ? Mon amie n’est pas marquée. Je pense que ça ne fait pas très longtemps, ça doit être pour ça. Pour ton amie, dieu, ça doit être dur de porter ça sur soi…

    Joce : Woooh, merci, je suis hyper fière là… En plus comme je le disais plus haut, ça fait toujours un peu bizarre de publier un billet aussi triste…

    24faubourg : Merci pour elle, et vive les psys :-)

    Magmag : Merci beaucoup ! C’est toujours un peu délicat de sortir des habitudes en effet, mais en même temps, ça fait du bien… Je suis contente que ça t’ai émue.

    Lilo : Oui, exactement :-)

    MARIE SUE : Merci, je suis super touchée. Surtout de la part d’une fille en or comme toi. A nous deux, on fait bling bling :-)

    la chipie : Merci, et d’accord avec toi, le moment ou tu t’en rends compte la moitié de chemin est déjà faite…

    mariE : Merci à toi, ça me fait trop plaisir de voir que je peux prendre certaines libertés avec mes habitudes et que vous soyez toujours au rendez-vous !

    Juty : Merci, je n’y manquerais pas.

    MesDouDouX : Comme Princesse Audrey… Non moi c’est une amie, une de celles qu’on ne voit pas très souvent. J’espère que ta soeur va bien, merci beaucoup pour ton message.

    M1 : Tu me fais rire avec tes expressions ! J’ai pas le temps, je vais voir les vidéos tout à l’heure, mais merci d’avance, je sens que je vais encore adorer !

    Frieda : Merci beaucoup, c’est trop gentil ce que tu me dis. Oh, et merci pour gueule de com aussi, j’ai pas eu le temps de te laisser un com mais j’étais franchement morte de rire !

    Marion : Merci, oui, et c’est clair, ça m’a grave calmée par rapport à mes prises de tête sur le poids… Enfin, pendant quelques jours, chassez le naturel… Il revient en bottes Margiela ! :-)

    Soéla : Merci pour elle :-)

    poutchi : J’ai une amie qui en lisant ce texte m’a dit qu’elle avait ressenti exactement la même chose quand elle faisait une dépression, je pense que l’anorexie n’est qu’un symptome. Comme tu dis, nous ne pouvons qu’être là, mais c’est déjà énorme. :-)

    Cha : J’imagine que la violence de cette maladie ne s’oublie jamais. Surtout si ça reste gravé dans la chair. Ma mère est psy, je crois très fort au pouvoir de la parole. Mais ça ne cicatrise pas tout…

    CM : Merci beaucoup pour ton témoignage. J’aime beaucoup ta dernière phrase, c’est souvent comme ça que je vois les épreuves de la vie.

  • garance 29 octobre 2007, 4:10 / Répondre

    Mlle E : merci pour elle :-)

  • agnès 29 octobre 2007, 5:12 / Répondre

    ouh la la mais c’est très dur , et très triste tout ça.
    Même si tu te sens désemparée, l’important est que tu sois là, prête à l’écouter quoi qu’il advienne.
    Bon courage à vous deux.

  • coco 29 octobre 2007, 5:57 / Répondre

    Qu’est ce que j’aurais aimé trouvé quelqun comme toi sur mon chemin lorsque j’avais excatement les même mots et les même angoisses que ton amie. Quelqun qui ne juges pas et qui ne coupe pas le contact face à ce truc déstabilisant qui dévore littéralement celle qu’on avait connue pétillante et vorace de vivre dans le passé et qui devient d’un coup un petit moineau.
    L’horreur c’est ces gens qui te trouve bien mieux comme ca et qui lorsque tu bascules du coté des 35 kilos détournent le regard. Comme si ils n’y étaient pour rien alors que mine de rien ils n’ont fait que nous enfoncer refusant de voir notre malaise mettant ca sur le compte d’une “reprise en main” spéctaculaire… Bref une belle saloperie ultra pas facile à gérer cette chienne de maladie. Bon courage à elle, bon courage à toi car on s’en sort pas toute seule. C’est de multiples petites attentions venant des amies et de l’entourage , qui peuvent parfois paraitre stériles, qui finalement font changer les choses.

  • la môme de NYC 29 octobre 2007, 6:08 / Répondre

    Je n’ai pas lu les autres comments, mais je te dis un truc, ce qu’il faut c’est de l’amour et de la sécurité. et puis, être passionné par quelque chose surtout si ça concerne un job, ça prend la tête et le temps, on peut y gagner en confiance et se sentir plus forte.

    Ne culpabilise pas, c’est une maladie qui désempare tous les proches, allez ma belle! encore un dessin!

    http://lamomedenyc.wordpress.com/

  • audreylagrandefrite 29 octobre 2007, 6:52 / Répondre

    Coucou Garance, ces troubles sont très difficiles à déceler, mais encore plus de s’en sortir.
    Pas tout à fait anorexique, pas tout à fait boulimique, ni mince, ni ronde, entre les deux, sur la tangente, la frontière est faible.

  • Wafa 29 octobre 2007, 7:21 / Répondre

    Le pb c’est souvent le regard des autres. J’avais une collègue très ronde qui a fait un régime, elle a perdu du poids rapidement, tout le monde disait qu’elle était jolie. C’était limite car les femmes étaient hyper excitées par cette perte de poids et puis elle n’a pas sû ou pû s’arrêter et au bout d’un an elle était anorexique c’était affreux. Au lieu de lui dire qu’elle était trop maigre les femmes (car les hommes ne trouvaient pas ça joli) l’encourageaient. Il a fallu qu’elle tombe très malade pour réussir à s’en sortir. C’est angoissant cette fascination pour la maigreur. Bon courage à ton amie.

  • Cicci 29 octobre 2007, 8:33 / Répondre

    Je te comprends. J´ai une copine très importante et proche (nous avons presque 40 ans maintenant…) Elle a eu cette horrible maladie pendant des années. Cetait très difficile de s´en sortir. Elle va bien maintenat et elle a deux petites fillles. :)

  • Emeline 29 octobre 2007, 8:48 / Répondre

    Ton texte et ton dessin sont magnifiques d’émotion et de justesse…

  • M1 29 octobre 2007, 8:56 / Répondre

    Garance, tu vas surement adorer la première, une grande voix et une belle présence “live”, la deuxième, c’est tout a fait l’opposé, mais les Suisses applaudissent tout de même :-)
    Sinon que penses tu des clips d’Amy? moi je les trouve franchement stylisés!

  • Hélène 29 octobre 2007, 9:01 / Répondre

    Ton article est vraiment touchant.. J’ai failli pleurer. Bon courage à Elle et à ttes les autres qui seraient ds son cas.
    Beaucoup de jeunes filles tombent ds ce piège très facilement et très tôt (à partir du collège) parce qu’elles sont fascinées par les mannequins et les stars.. Faudrait trouver un moyen de prévenir ce fléau et VITE.

  • Sblabla 29 octobre 2007, 9:34 / Répondre

    Touchee en plein coeur par cette note.

  • g. 29 octobre 2007, 10:31 / Répondre

    Pas evident de lire cette note…
    g.

  • Roze 29 octobre 2007, 11:01 / Répondre

    maladie dévastatrice mais qui se combat ! ton article est à la fois simple mais percutant, merci d’en parler, car cette maladie ne dois pas etre dédramatisée ! bon courage pour la suite a ton amie et à toi !

  • mode de vie 29 octobre 2007, 11:56 / Répondre

    Je suis touchée par la situation que tu décris, ta réaction me paraît saine. Etre capable d’en parler sans pathos avec elle et avec nous me semble utile.
    Normalement l’amaigrissement est assimilé à la maladie mais aujourd’hui, avoir un corps fat free c’est montrer qu’on a de la volonté, qu’on ne se laisse pas aller.
    Les anoxeriques ont l’impression de mieux maîtriser les événements parce qu’elles “maîtrisent” leur corps. Ton amie a besoin de retrouver confiance autrement qu’en contrôlant son alimentation. Ca viendra avec des gens comme toi qui lui montre qu’elle n’est pas seule.

  • Nahn 30 octobre 2007, 12:06 / Répondre

    Je lis souvent tes billets, ils me font souvent rire ou sourire. Celui-ci m’a beaucoup émue.
    Ton amie a beaucoup de chance d’avoir une amie comme toi, je suis sûre que vos conversations lui font du bien. Bon courage à elle, et bravo à toi pour ton fabuleux blog!

  • solenne 30 octobre 2007, 12:48 / Répondre

    au travers des comm’ on se rend compte que beaucoup sont concernées – de près ou de loin, peut être une soeur, sa meilleure amie, soi-même ? – et, c’est flippant !

  • kap 30 octobre 2007, 2:01 / Répondre

    Texte très touchant et émouvant….

  • Cilou 30 octobre 2007, 3:13 / Répondre

    très joli texte, j’espère que ton amie s’en sortira. En tout cas, ça se voit que tu tiens à elle. C’est vraiment une saloperie cette maladie.

  • Titou 30 octobre 2007, 10:48 / Répondre

    Plein de pudeur et d’émotion ton billet… Des questions que je me suis déjà posées… Que faire quand on est à côté de quelqu’un qui se noit?? Peut-on aider les gens malgrés eux? Mon expérience à moi, c’est que non, on ne peut pas. On peut juste être là, ponctuellement, mais on ne peut pas sauver les gens d’eux même. il faut les laisser faire leur vie, leurs choix, être tristes, mals, malades… même si nous aussi ça nous fait souffrir.

  • delphine 30 octobre 2007, 10:58 / Répondre

    Ton post est très émouvant. Une thérapie lui fera le plus grand bien. Je lui souhaite beaucoup de bonheur…

  • Sarah 30 octobre 2007, 11:17 / Répondre

    extrêmement touchant, tout comme ton dessin…. Le plus difficile, que tout le monde la trouve superbe ainsi, elle n’a malheureusement pas tort, j’ai une amie que je pense également être anorexique mais qui est tellement “fashion” que tout le monde l’envie de pouvoir rentrer dans toutes les fringues, que ses jambes maigrissimes paraissent plus longue, qu’elle a le physique d’un mannequin…etc…

    peut être que si les filles des magazines n’avaient pas des IMC correspondant à de l’anorexie, les choses seraient un peu différentes, car ce n’est pas non plus la seule cause, bien sûr…

    Sarah

  • M1 30 octobre 2007, 11:21 / Répondre

    Garance, as-tu remarqué le glamour “débridé” de la mode des défilés en Chine? Après Lagerfeld et son défilé sur la muraille de Chine, c’est au tour de Pierre Cardin (si si, ça existe toujours) de faire défiler ses modèles en plein désert, entre les dunes et caravanes de chameaux! une sorte de Paris-Dakar de la mode. Maintenant, puisque c’est un concours d’originalité, il fait espérer que l’extravagant Galliano ne fasse pas défilrer ses modèles devant un peleton d’exécution!

  • Maya 30 octobre 2007, 11:31 / Répondre

    Très beau texte, simplement.
    :)

  • emma 30 octobre 2007, 12:43 / Répondre

    Tu as eu le courage de lui dire, moi je n’y arrive pas, mon amie est un squelette, c’est effrayant comme la pub de nolita et elle ment…
    Cette maladie me rend furieuse moi qui adore Jamie Oliver. J’y pense tous le jours, comment l’aider et puis des que je commence a lui dire la verite, j’ai peur qu’elle ne parle plus… Mais si j’y pense souvent, meme loin d’elle, c’est qu’elle peut mourir demain… un sachet de graines pa jour mon petit oiseau!

  • MARIE SUE 30 octobre 2007, 1:44 / Répondre

    oui on est bling bling en plus d’Amy : curieuse association, A très vite ma belle

  • gazelleparis 30 octobre 2007, 2:17 / Répondre

    Garance, je suis dans le même cas que toi , j’ai eu les mêmes réactions face a une amie qui m’est chère, qui a aujourd’hui 30 ans et qui alterne entre boulimie et anorexie depuis 15 ans. elle a été hospitalisée en mai dernier, c’est elle qui le voulait, elle a été enfermée dans le noir jusqu’a ce qu’elle remange, et a chaque kilo prix, elle avait droit a un livre, la télé , le téléphone…elle a réussi a prendre 5 kilos…on a diné ensemble la semaine dernière, elle se trouvait énorme, on a bien mangé…mais je sais où le repas a fini une fois qu’elle est rentrée chez elle… quelle impuissance….

  • Cassie 30 octobre 2007, 5:17 / Répondre

    L’anorexie n’est pas une maladie en soi, je sais de quoi je parle, c’est plutôt une mauvaise manière de régler ses problèmes.
    Si je devais définir l’anorexie telle que je l’ai vécue, telle que la vis encore, je dirais que c’est cet état d’esprit vaporeux, un peu comme si on flottait au dessus de la terre et des gens tout en en faisant partie, comme si on vivait à un autre degré, plus qu’un état physique de maigreur. C’est un petit coin bien douillet qu’on transporte dans un coin du coeur et où l’on court se blottir quand on n’a un peu de mal à vivre, quand la vie est trop lourde. On oublie, on s’étourdit, la tête dans les nuages, on s’allège le corps mais surtout l’esprit. De l’intérieur c’est beau, on se retrouve, on est rassuré. L’extérieur prend une autre allure, s’éloigne, un filtre s’installe, on ne comprend plus rien ou les autres ne nous comprennent plus: pour preuve, on nous dit qu’on est maigre alors qu’on est énorme.
    Aucun psy ne m’a jamais vraiment aidé. Contrairement aux bras de mes amoureux et de mes amis. Chaque anorexique est différente mais ce qu’on a en commun c’est un besoin incoercible d’être rassurées. Tout le temps.

  • Princesse Audrey 30 octobre 2007, 7:18 / Répondre

    Ma soeur va mieux, on ne l’a pas lachée d’une semelle, et même si c’était culpabilisant de la fliquer, comme si on ne lui faisait plus confiance, ça a marché, parce que notre force l’a portée et aidée à se hisser la tête hors de l’eau… Ca a pris du temps, elle nous en a voulu, de la coller et la surveiller, mais ça a porté ses fruits. Elle a pris cinq kilos, elle porte du taille 34 ( avant, elle flottait dans le 32 ), ses cheveux sont plus sains, sa peau aussi, ses yeux sont moins hagards et jaunes… Bref, elle est en forme, mais vulnérable, donc elle est suivie par un nutritionniste et un psy. Pour qu’elle ne replonge pas.
    Ta soeur a la chance de t’avoir, car tu as l’air à la fois compatissante et énergique. Apporte-lui ton énergie, sois proche d’elle, et si vous vous y mettez tous, ça s’arrangera. De toute façon, ça s’arrangera.
    Courage à toutes les deux.
    Bisou.

  • M1 30 octobre 2007, 7:22 / Répondre

    Gazelleparis, la chambre d’isolement est d’abord une technique d’interrogation de la CIA (compilée a d’autres subtilités), même dans sa version “light” en psychiatrie (et dans le cas précis de l’anorexie) elle a fait plusieurs victimes et je pense qu’elle n’est plus utilisée!
    Cassie, l’anorexie est une vraie maladie psychologique qui se manifeste par de très graves troubles de l’alimentaion, il y aurait même une prédisposition génétique a cette maladie. C’est donc plus qu’une mauvaise manière de régler ses problèmes. Je dirais que les problèmes sont les facteurs qui déclenchent cette maladie. D’accord avec toi sur le fait que les psy ne peuvent pas aider, seuls les amis peuvent le faire, quitte a se faire détester pendant un moment…

  • zabou 30 octobre 2007, 7:30 / Répondre

    Je lis chacun de tes billets, même si j’avoue que je laisse très rarement des commentaires: quand je vois qu’il y en a déjà 83, je me demande ce que je pourrais bien rajouter à ce qui a été dit! Mais là, je tiens à dire bravo, ton billet m’a beaucoup émue et touchée, avec beaucoup de justesse, et surtout sans pitié! Merci!

  • M1 30 octobre 2007, 8:22 / Répondre

    Garance, voila un bon entrainement pour les sessons shopping! :-)
    http://fr.youtube.com/watch?v=14GzFOPmM4Q

  • Erika 30 octobre 2007, 9:53 / Répondre

    Oui pareil que Zabou !

  • petitp 30 octobre 2007, 10:00 / Répondre

    Je viens régulièrement sur ton site, et la je doit dire que se billet me touche beaucoup. Parce que c’est dur de trouver les mots pour parler d’anorexie, surtout quand on vie à côté d’elle, en spectateur.
    Alors bravo, et bonne continuation.

  • no&me 30 octobre 2007, 10:37 / Répondre

    il est vrai que ce billet est super tout : émouvant, touchant, et sans trop de choses à rajouter …
    Mais je tiens quand même à saluer ta performance graphique, ce nouveau style d’illustration, cette nouvelle touche en plus, sublime la beauté de ton trait. J’adorais déjà vraiment tes illustrations avant, mais maintenant, ouah !!!! BRAVO !

  • Val 30 octobre 2007, 11:41 / Répondre

    très très beau!!!
    Le dessin….le texte…
    Même si l’anorexie est pour moi vraiment incompréhensible puisque j’ai plutôt le comportement inverse, j’ai tout le temps envie de manger.
    J’espère que ton amie ira mieux rapidement, ça doit être trop difficile pour elle, pour toi, pour son entourage….
    Bon courage à tous

  • garance 31 octobre 2007, 8:29 / Répondre

    agnès : Merci beaucoup, je vais essayer :-)

    MonsieurLâm : Hello you, hum, sorry, what do you mean ?

    coco : Les gens qui détournent le regard j’ai connu ça à un autre moment de ma vie, qui n’avait rien à voir avec l’anorexie, mais je sais comme ça peut blesser. C’est dans des moments comme ça que tu voit ou sont tes amis, et même si ça fait un peu table rase, ça éclaire d’un nouveau jour certaines personnes discrètes et pas dans le jugement. Pour ma part, j’y ai gagné quelques une de mes plus belles amitiés… :-)

    la môme de NYC : Merci la môme ! Ce qui est frappant c’est que mon amie a une vie très remplie, un boulot passionnant, un homme adorable et tout… C’est peut être certaines fondations qui s’éffritent. Mais elle va déjà mieux.

    audreylagrandefrite : Tout à fait, ne pas se fier juste à la maigreur. Mais de toutes façons ce genre de choses, ça se sent tout de suite, tu ne penses pas ?

    Wafa : Oui, c’est fou. Et c’est fou comme tout le monde a des choses à dire dans ces moments de régime etc, c’est comme une grossesse, c’est super énervant, parce qu’un régime c’est beaucoup plus que trois pages dans un magazine.

    Cicci : Elle a eu ses petites filles après la maladie ? Parce que j’iamgine que les enfants doivent vraiment donner un immense souffle de vie. Même s’il n’ont jamais emp^ché personne, malheureusement, de déprimer…

    Emeline : Merci beaucoup ma belle !

    M1 : Roooh M1, tu m’en veux pas si je te dis que j’ai pas encore eu le temps d’aller les voir ? Promis, aujourd’hui c’est chose faite ! :-)
    Bon, j’avoue, j’ai vu la vidéo en Chine : Pffff, morte de rire !

    Hélène : Merci. Je ne me rends pas compte de l’ampleur du fléau, on en parle beaucoup, il y a certes de plus en plus de filles anorexiques, encouragées dans leur quête par la maigreur des mannequins, mais j’ai parfois l’impression que c’est surtout un bon sujet pour les mags, genre “la mode et ses ravages et hop on te claque trois paires de fesses au nez… Bref ça reste tout de même un fléau, à prévenir, et VITE !

    Sblabla : Merci, je sais pas si ça s’applique à cette note, mais merci.

    g. : pas évident de la poster :-)

    Roze : Merci beaucoup, je ne voulais surtout pas être dans le jugement ou la leçon :-)

    mode de vie : Tout à fait, ça m’est arrivé d’avoir ce sentiment enivrant de contrôle lors de périodes de perte d’appétit et donc de poids. Ca ne m’a pas donné la mesure de ce que peut être l’anorexie, mais une petite idée… Quelle angoisse !

    Nahn : Merci mille fois pour mon blog, et pour mon amie aussi, vraiment.

    solenne : Oui, c’est fou. Moi qui disait plus haut que je ne connaissais pas l’ampleur du fléau, ton observation me fait réflechir… Brrrrrr !

    kap : Merci.

    Cilou : Merci, oui, quelle étrange et vicieuse maladie…

    Titou : Merci. J’ai exactement la même réflexion que toi, vraiment rien à rajouter.

    delphine : Merci pour mon post. Souhaitons-lui bonne thérapie.

    Sarah : C’est dingue ce truc hein ? Ou tout le monde te trouve superbe et tu rentres dans les fringues et tu te sens trop cool…. je trouve ça d’un piégeux !
    Et bien évidemment que c’est une image véhiculée par les magazines, et aussi par toute une industrie !

    Maya : Merci.

    Emma : Brrrr quelle angoisse. le fait de ne pas pouvoir en parler je crois que c’est le plus dur… Voir ton amie te filer entre les doigts… Tu devrais peut-être essayer de crever l’abcès, mais tu es vraiment le seul juge. Courage.

    MARIE SUE : Yes, mais ça nous va bien. A très vite :-)

    gazelleparis : Oh mon dieu mais ce que ça doit être dur. Ton amie est déjà très très loin dans la maladie. Je t’envoie plein de courage pour arriver à la soutenir. Et à ne surtout pas culpabiliser. Bises.

    Cassie : Je suis hyper touchée par ton message, j’en ai les larmes aux yeux. J’ai vraiment l’impression de comprendre pour une fois ce que ça peut faire, ce mélange d’étourdissement et d’évasion. Tu as de la chance d’être entourée. J’espère que tu prends bien soin de toi et que tu arriveras à t’en sortir définitivement. Tu en parles déjà d’une manière très mure et distanciée, je suis sûre que ça va aller mieux. Je t’embrasse.

    Princesse Audrey : C’est touchant parce que tu fais une petite erreur, ce n’est pas ma soeur mais mon amie. Mais que je te comprends, vu ce que tu vis ! J’appliquerai tes conseils à mon amie, je te remercie chaleureusement. Et bravo pour ton courage. Bisou.

    zabou : Salut zabou, et merci de prendre le temps de me laisser ce com. J’ai eu un peu de mal à poster ce billet je t’avoue, tellement habituée à mon ton leger etc… ca faisait un moment qu’il dormait, puis je me suis sentie prête. Alors ça me touche d’autant plus qu’une fidèle lectrice qui ne commente pas souvent prenne un peu de temps pour me le dire. Merci à toi.

    Erika : Merci beaucoup !

    petitp : Hello ! Merci beaucoup.

    no&me : Rooooh mais ça alors ! C’est vrai ? Tu sais que ton com est un total bliss ? Je vois bien que j’évolue dans mon trait, mais vraiment des encouragements comme le tien raisonnent pendant des mois… Alors merci!

    Val : Merci pour le dessin et le texte ! Moi aussi j’ai tout le temps envie de manger… Mais ça reste de la gourmandise ! Même si des fois, je me trouve un peu flippante avec ma tablette de chocolat ;-) J’espère que c’est pareil pour toi.

  • Audrey H. 31 octobre 2007, 12:07 / Répondre

    “Et puis aussi que personne ne voulait la croire quand elle disait qu’elle avait des désordres alimentaires, que les filles croyaient juste qu’elle voulait être jolie”

    Cette phrase, elle fait mal car c’est exactement ce que je ressens. Les gens ne savent pas que c’est aussi une maladie et NON une coquetterie. Ton amie de la chance que tu abordes le sujet avec Elle, ça fait longtemps que de mon côté, les gens tournent la tête mais bon je ne me plains pas, je vois chaque mois des filles à l’hopital qui sont terriblement seules car leur entourage ne comprend pas.

    Ce commentaire est tout petit parmis les 91 commentaires déjà laissés, il passera peut être inaperçu mais au moins il m’aura permis de m’exprimer deux petites secondes ^^

    Et bon courage à l’amie dont tu parles =)

  • garance 31 octobre 2007, 12:42 / Répondre

    Audrey H : Hyper touchée par ton com’. Qui est loin d’être tout petit parce qu’on sent justement une vrai douleur mêlée à une grande pudeur. J’espère que tu arrives à communiquer avec des gens bienveillants autour de toi. N’hésite pas à aller vers eux. Bon courage à toi, bisous.

  • Marie-Hélène 31 octobre 2007, 10:28 / Répondre

    Bon courage à ton amie.
    Nommer la maladie, accepter d’être malade et faire la démarche d’aller se faire soigner, c’est déjà énorme.
    Et apparamment, elle s’y prend avant de s’être fait trop de mal.
    Je crois sincèrement que tu as fait le mieux possible : ne pas brusquer ton amie, mais ne pas fuir la vérité.

  • yza 31 octobre 2007, 11:25 / Répondre

    quel temoignage touchant et émouvant ! j’espère que ton amie va aller mieux – je suis sûre que ton soutien va beaucoup l’aider -

  • sophie 1 novembre 2007, 4:25 / Répondre

    j’ai vu une patiente hier en consultation, elle aussi voit un psy mais elle est loin d’être guérie, elle a 38 ans et ses troubles ont commencé à 15 ans, elle ne s’en ai jamais remise. Au niveau dentaire tous les signes sont là et avec toute la volonté du monde elle continuera à perdre ses dents une à une.
    Supporte ton amie, aide là, sois là pour elle parce que c’est loin d’être fini.

  • Alice chez la Reine 3 novembre 2007, 4:59 / Répondre

    J’ai été touchée par ton article, le commentaire de Princesse Audrey également…

    L’anorexie est une bataille de tous les jours. Je ne suis pas sûre que l’on s’en sorte vraiment un jour. Même si cela s’arrange en apparence, les cicatrices restent, avec les risques de rechute qui ne sont jamais très loin.

    L’illustration est tout simplement parfaite.

  • tepani 7 novembre 2007, 11:03 / Répondre

    il y a bien 1 commentaire sur 2 qui emploie le mot “touchant” pour qualifier ton post, dommage, c’est aussi l’adjectif que je voulais utiliser… Pour l’originalité je repasserai! Disons alors : émouvant et superbement écrit

  • Clémence 8 novembre 2007, 6:26 / Répondre

    J’aurais aimé qu’on me dise ces mots ….” Mais tu veux disparaître?”.

    C’est tout. Le doigt dessus….tes paroles ont dû être encore plus salvatrices que tu ne te l’imagines.

    Que quelqu’un s’étonne de notre envie, de notre besoin de s’étioler… ça nous redonne de la densité.

    Merci Garance pour ces mots si justes. Tu dois être une bien belle personne!

    Clémence

  • Clémence 8 novembre 2007, 6:40 / Répondre

    Le centième sera pour moi.

    En parcourant rapidement les précédents commentaires, j’ai ressenti …un besoin de dire que, si, on en sort réellement, de l’anorexie. Certes, l’acte de manger restera toujours un peu problématique-notre talon d’Achille ( s’il en faut un …!).

    L’anorexie ne se résume pas à ses symptômes, du moins en suis-je convaincue. C’est l’envie, la force qui te pousse à disparaître, l’incapacité à prendre sa place, à éprouver du désir. A accepter notre finitude, nos limites, la fuite du temps, le peu de contrôle que nous avons sur l’ordre des choses.

    Et je suis persuadée que c’est le travail de toute une vie, que d’apprendre à s’accommoder de cette lucidité. L’anorexie….elle a une fin. Parce qu’on progresse, que la bouffe et notre nombril ne sont plus des obsessions ( des préoccupations, peut-être, mais ce n’est plus du même ordre…). Quand on a compris qu’il fallait se lancer dans la vie et ne plus la regarder passer au risque de s etromper, de déplaire et de déranger…..On n’est plus anorexique.

    Ce n’est que mon point de vue, mais je tenais à vous en faire part.

    Courage à tous ceux et à toutes celles qui n’ont pas encore la tête hors de l’eau, et à leur entourage. Sur le long terme, si je puis me permettre un petit conseil, ne les lâchez-pas. Quand bien même ils vous rejettent, c’est le contact, la relation qu’ils refusent. Vous les retrouverez, un jour. Juste,tâchez d’être là, envers et contre tout.

    Un grand baiser à tous ,
    Clémence ( qui prend sa place petit à petit ….)

  • garance 9 novembre 2007, 11:43 / Répondre

    Clémence : Merci beaucoup d’être venue t’exprimer (si bien ici). J’espère que ton message servira à d’autres, et je t’embrasse.

    Merci à vous toutes. Vraiment, j’ai été très surprise et touchée (et oui, encore) par vos réactions pleines de sagesse.

  • marionfizz 10 novembre 2007, 5:51 / Répondre

    magnifique billet.
    bravo, et courage à elle.
    je me retrouve un peu dans ces mots, moi aussi j’aimerais bien du L parfois…

  • Audrey H. 27 novembre 2007, 9:17 / Répondre

    Me revoilà à poster un ptit com ici.

    J’ai appris qu’une amie (re)rentrait en hopital de jour et avant qu’elle se (re)fasse hospitaliser, j’ai voulu lui montrer ton article qui m’avait moi-même énormément touché. Elle avait les yeux tous brillants et le pire (le meilleur?) c’est quand Elle m’a dit “Tu es un peu ma Garance à moi..” Quelque chose qu’elle ne m’avait encore jamais dit, avant tout passait dans les regards.

    Alors ce soir, je (re)viens dire “merci”. Merci pour quoi, je ne sais pas exactement.. peut être pour m’avoir apporté un moment touchant sans le savoir..

    PS: Clémence, je ne suis pas tout à fait d’accord avec toi mais bon.. on dira que ça dépend des personnes, hein =)

  • melle Naomi 11 juin 2008, 10:37 / Répondre

    Je tombe par hasard sur cet article, qui me touche énormément.
    Et pour cause.
    Maintenant, je comprends un peu mieux le désarroi de mes proches, même quand moi, je croyais me sentir heureuse dans mon miniscule 32.
    J’ai cru à de telles illusions, longtemps, un peu trop longtemps…

    Décidément, Garance, vous savez manier les mots aussi bien que les pinceaux, les fringues et les appareils photo. :)

    “Et puis aussi que personne ne voulait la croire quand elle disait qu’elle avait des désordres alimentaires, que les filles croyaient juste qu’elle voulait être jolie”

    C’est tellement vrai…

In The Spotlight