Trop de chance !
Il y a quelques temps, je suis contactée par l’adorable équipe d’Anolis. Ils bossent sur le festival des Inrocks et voudraient faire quelque chose de nouveau. Ils nous proposent, à Géraldine, Yvan et moi de venir y faire des photos. Je hurle que oui, quand ils veulent.

Trop de stress !
Au même moment descend sur moi un magma de stress qui ne va plus me lâcher. Je suis folle. J’ai dit oui, alors que je ne sais absolument pas prendre de photos la nuit. La flash me hait, je hais le flash. Je téléphone à tous mes copains photographes. Je n’en ai qu’un. Qui est parfaitement d’accord avec moi, pas de flash. Ca commence bien.

Trop de tests !
Pendant deux semaines, je prends des photos de Chatou* dans mon placard pour faire des tests lumière. Je finis par en déduire que la meilleure chose que j’ai à faire, c’est d’aller derechef m’acheter le canon 5D avec une une top optique à 5000€. Puis je redescend sur terre. 5000€ ? Allright boys, je garde mon 350D, c’est bon c’est bon, ça va.

Trop de pros !
Hier, jour j. Je commence par me réveiller à 6 heures du mat toute seule, c’est un signe. J’ai deux millions de choses à faire. Je fais tout de travers. Nous décidons avec Géraldine qu’il n’y a pas meilleure idée que d’aller demander des conseils dans un magasin de photos. Conclusion de la vendeuse : sans flash ? Ahahaha vous voulez rire ? Je sors de là dans la plus rigoureuse catalepsie.

Trop de monde !
Bon, ça y est, on est à la Cigale. On commence à shooter. C’est un travail et un public complètement différents des shows fashion, et même si c’est difficile de naviguer dans la foule, ça devient très vite grisant, sauf qu’on est jamais sûr du résultat. Et que du coup on mange des Carambars pour oublier.



mon éternel blocage sur la parka…


…Mon éternel blocage sur les lunettes, j’adore !
Trop people !
On est dans les backstages de la Cigale. J’aperçois Jean-Charles de Castelbajac, toujours là où il faut être jeune, et je me dis qu’il y a un truc à faire. Je me glisse dans son sillage. Il pousse la porte des loges, on est chez les New Young Pony Club, plus adorable c’est pas possible. Ils m’offrent du champagne dans la salle de bain et posent avec grâce, je fais ce que je peux niveau photo, mais c’est pas ça… Passe Mareva, je bavasse un peu avec toute la bande et puis je file.


J’étais pas sure de la Moncler, maintenant si.


J’étais pas sure des épaulettes, maintenant non plus, mais ça lui va très bien.

Trop jolie !
Dans les couloirs, je croise Toupie du groupe Koko Von Napoo. Elle est trop chic, trop patiente, prend la pose pendant une heure pendant que je m’énerve sur mon Canon et m’explique que ce petit combi-short que je veux vient de la collec printemps été 2008 d’APC. Penser à re-monter un groupe de rock.

Trop de fatigue !
Bon j’arrête le roman, surtout que j’espère avoir encore plein d’autres choses à vous raconter demain. Et surtout qu’après Second Sex à la Boule Noire, on est rentrées, mortes. Alors qu’on avait prévu d’aller fêter les 20 ans du festival des Inrocks à la Loco, comme tout Paris paraît-il. Vous y étiez, vous ? Pas nous.

—————

* Chatou, mon chat, pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ?