Raaaah ce blog est vraiment trop rock. En fait tout est rock dans ce blog depuis quelques jours, sauf moi. Car il y a un truc qu’il faut absolument que je vous avoue, sinon je serais hyper malhonnête et ce ne serait pas rock du tout. Je ne connaissais pas 70% des groupes qui étaient au festival*.

Ça vous déçoit à mort hein ? Je sais, un monde s’écroule. Ben je vous le dit, pour moi aussi. Faudra que je vous explique pourquoi, mais le fait est que je suis en ce moment une rock-ignare.

Voilà donc comment je me suis retrouvée (notez que je n’inclus pas Géraldine mais vous pouvez mettre un nous sur tout ce papier, je pense qu’elle ne m’en voudra pas) (pas trop) à compulser frénétiquement le petit carnet du festival avec les portraits des artistes pour voir si je devais leur courir après. Oui, parce que comme me le faisait remarquer mon ami Alex hier, niveau fashion, Zach Condon est un peu comme Alain Bougrain-Dubourg au milieu des grands singes de Bornéo : il dénote. Mais niveau classe musicale internationale il méritait bien une photo.

En même temps, on pourrait presque imaginer que ça m’a donné une imperceptible fraîcheur, voire une innocence toute virenquienne…


Par exemple quand je me suis retrouvée avec Shingai dans sa loge, et qu’elle m’a sauté dessus pour me dire “donne moi ton pantalon** tout de suite”, et que je lui ai répondu “mais je peux pas me balader en culotte je suis pas épilée !” Immédiatement on est devenues hyper potes, elle m’a dit que nous les françaises on était grave avec l’épilation, je lui ai dit pas du tout pourquoi, et on a bu des coups ensemble. Et on a pris cette photo au sol parce que quand même je pers pas le Nord, je pense à vous.
Je sais pas pourquoi soudain elle s’est mise à pleurer et s’est jetée dans mes bras. Le reboulage sûrement. Ben je l’ai consolée, qu’est ce que vous croyez.

Dans le style fille dans mes bras et le style pouvoir de la photo, j’étais en train de replacer la main d’un de mes modèles, une jolie blonde, vous la retrouverez tout seuls please, et je lui dis pour m’excuser “oh, you’re like my puppet” ce à quoi j’entends ” oh, I really like that… ” Bon, euh heureusement que mon innocence est grande moi je vous le dis. Parce que sinon j’aurais pu me poser des questions. Surtout quand elle m’a filé son mail avec un grand coeur dessiné… Ahh, la vie est pleine de portes qui resteront à jamais entrebâillées…

Ma naïveté et ma liberté de ton face à des rocks stars (je vous le répète, je ne les connaissait pas, c’était facile) fait que je me retrouve face à un anglais (non, vous n’aurez pas son nom, n’insistez pas) reniflant de manière très appuyée. Comme j’ai la maladie de parler pendant les photos (alors que vu la lumière, faut PAS que les gens bougent, mais bon). Je lui dis donc “hey man faut arrêter la cocaïne”. Soudain il s’énerve. ” Non mais ça va pas elle est dingue celle là je ne prends rien moi, jamais, jamais de trucs comme ça, ça va pas ? ” nanoseconde de solitude. Il rajoute : ” t’en as ? Tu peux m’en trouver ? Tu veux boire un coup ? ” Of course, trois fois yes je lui dis, puis je file me cacher derrière un ampli.

Bon, j’arrête là ce roman bordélique et… Ben rock, ce roman rock, parce que sinon ça va être trop long et vous allez encore râler. Je n’ai pas du tout eu le temps de répondre aux coms*** ni aux mails, je m’en excuse mais sachez que je n’ai pas du tout eu le temps de m’acheter autre chose à manger que des Choco Pops depuis 5 jours, si bien qu’hier il y avait un truc sur le diabète à la radio et que j’ai commencé à me sentir toute bizarre.

Ce week-end, tout rentre dans l’ordre normalement. Maman, promis, je te rappelle.

——————

* Des inrocks, je sais je me répète, mais les blogs c’est comme dans les séries télé, faut pas oublier qu’il y en a qui tombent dessus par hasard en voulant juste trouver  “je fais de la couture avec chaussure a talon” par exemple (oui, c’est l’une de mes requêtes Google, on est fashion ou on ne l’est pas.)

** Mon reboulage Mango. Je vous le dis tout de suite les filles, c’est énorme le reboulage, pas un jour sans qu’une fille, et pas des moindres tiens faudra que je fasse un billet là-dessus, me saute dessus et me mette le couteau sous la gorge pour que lui cède sur le champ.

*** Et c’est pas parce que je me la pète à mort d’avoir touché les cheveux de Devendra, n’allez pas prendre de raccourcis aussi vulgaires, voyons.

NB : C’est vrai, le dessin n’a aucun rapport avec le billet. Je voulais vous faire un truc sur notre stress à Géraldine et à moi, et puis mon billet a fusé tout seul comme ça (comme si ça se voyait pas) . Mais toutes façons c’était pas si intéressant notre stress. A part que moi quand je stresse je mange du chocolat (diabèèèèèèète la la laaaa) et que j’ai donc passé le week-end a piquer du chocolat de partout (si si c’était drôle). Ben j’étais tellement stressée que j’ai même pas prix un kilo. Bon par contre je ne dirais rien sur l’état de ma peau. Rien, vous m’entendez ?