Chez moi, la mode, faut que ça infuse, et pas qu’un peu. Il n’y a qu’à voir l’effet que me fait aujourd’hui le défilé Gucci de cet hiver, que j’ai dû regarder 350 fois environ à partir du moment (tardif) où j’ai compris que la femme qu’y peignait Frida Giannini me transcendait. Avec ses ceintures rayées, ses touches de fourrure, sa mèche sur l’oeil à la Veronica Lake et son rouge sombre, que j’ai fini par trouver chez Armani même s’il file aussi, le salaud.

Temps d’infusion : 9 mois environ.

gucci

Puis il y a mes richelieu à talons, que je porte quasiment tous les jours malgré leurs neuf centimètres, c’est dire comme je les aime. Là aussi, je ne les avais pas vus venir. Cette forme a mis longtemps a atteindre les couches supérieures de mon cerveau. Au début, je trouvais même ça hyper moche.

Puis un jour je les ai aperçues, chez Castaner. Ramenées chez moi, essayées avec toute mes fringues. Ben ça va avec TOUT. Même avec un jog j’ai testé (ben quoi?). Je vous surconseille ces trucs les filles, c’est sublime porté casual comme plus habillé. D’ailleurs, Nadia veut les mêmes. Moi je dis, c’est une preuve.

Temps d’infusion : quasiment un an que c’est l’invasion des richelieu à talons. Et on appelle ça une bloggeuse mode…

Ah oui, et cet hiver, ma tenue de base se constitue d’un pantalon… D’été.

Un Vanessa Bruno débusqué in extremis sur Net-à-Porter grâce la géniale Punky qui m’envoie des alertes fashion aussi affutées qu’une Ferrari TestaRossa. Un reboulé qui arrive donc au-dessus de la cheville, aux poches un peu larges, que je porte avec des collants et des talons et qui me fait la vie meilleure.

Premier contact avec l’idée : cette photo d’Emmanuelle Alt chez le Sartorialist en avril 2007. Temps d’infusion : 7 mois.

The Sartorialist Emmanuelle Alt

Autant vous dire que le défilé Isabel Marant SS08 (aka la consécration du reboulage) n’a été qu’une sorte de cerise sur le gâteau fashion.

Et enfin, les derniers bonheurs de ma vie, ce sont mes gants de femme fatale. Des Natalia Brilli, presque les mêmes que la créatrice sur cette photo de Géraldine mais gris vison. Quand je les ai vus, j’ai su. Depuis, je dors avec tellement je les aime.

Temps d’infusion : 1 seconde, l’amour pur n’attend pas le nombre des années.

Bon allez, sur ce je vous laisse, je vais me faire un thé et réflechir à mon avenir sans passer par la case macarons, je suis en semaine détox. Adieu veaux, vaches et mojitos, je vous en reparle bientôt. Souhaitez moi bien du courage.