Vu à quel point je suis épuisée en ce moment, maquiller mes yeux serait comme proposer à Courtney Love une petite séance de Botox : une tragédie esthétique.

Comme je suis quand même une fille, faut bien que je mette du make up quelque part. Bon, ben reste plus que la bouche.

Oh mais je rêve.

Elle va encore nous parler de rouge à lèvres. Allons bon. Fuyons. Faisons comme son rouge, fuyons, etc.

Mais non, restez malheureuses ! Pour une fois que j’arrive avec des solutions !

C’est que grâce à vos précieux conseils, ma science lipstikesque a fait des bonds.

Récapitulons : je ne voulais pas de crayon contour des lèvres. Je suis trop brouillon pour ça et la perspective de me retrouver avec une bouche cerclée à la Eve Angeli, ça me disait moyen.

En plus, j’utilise trois teintes de rouge (pas en même temps nous sommes bien d’accord), et je ne me voyais pas claquer 80€ de contours des lèvres, y a pas marqué Paloma Picasso là.

J’ai donc suivi vos conseils et acheté le Prep + Prime de Mac. Ça s’utilise comme un baume mais c’est pas un baume. C’est une sorte de sous-couche de l’underground du rouge. Et ça marche ! Plus de filage qui tienne, moi je dis avec mes lèvres rouges : God bless Mac.

Et ensuite, comme je suis vraiment très très sage, je vous ai écoutées : une couche de rouge, on embrasse un Kleenex (paraîtrait que ça écrase les pigments de couleur, on est à la limite de la scientologie non ? Tom, t’entends ça ?), on poudre, et re-une couche. Et ça tient du feu de dieu. Enfin, du feu de l’être suprême quoi. Fatal.

Voilà. Promis. Plus de rouge jusqu’à nouvel ordre, pardon, merci et bisou.

Ah mais non mais si, faut quand même que je vous dise. Toute cette perfection lipidinale serait merveilleuse si, autour de mes lèvres, il n’y avait pas moi. Qui mange son rouge, qui le laisse en consigne sur son tee-shirt blanc, ou sur la joue de ses copines, ou sur mes doigts, donc sur mon bouquin, donc n’importe où ailleurs que sur mes lèvres.

Mais rassurons-nous, tout cela est un long apprentissage. Il paraît qu’on ne naît pas femme mais qu’on le devient. En tout cas moi et mes rouges on peut en témoigner.

Oui alors euh…Voilà voilà. Pardon Simone, en tout cas merci à toi, et bisou.

———————-

Ps : pour la détox, ça marche (diable mais tout marche en ce moment !). En revanche, n’allez pas vous imaginer que je bois des infusions de queues de cerise en claquant des ohm devant mon diffuseur d’huiles essentielles. Juste j’achète des poireaux, des carottes, du fenouil et des trucs comme ça et je me fais de somptueuses soupes. Mais vu la vie dissolue que j’ai d’habitude, mon corps n’arrête plus de me remercier (il voudrait juste dormir un peu, aussi, mais celui-là, tu lui donne la main, il te prend le bras) (si ça continue il va me demander de faire du sport) (n’importe quoi).