Robe inspirée du défilé Alexander McQueen.

Ça m’arrive rarement de commenter les défilés, je préfère souvent vous faire le dessin d’une pièce que j’ai aimé. J’ai toujours peur de ne pas savoir en parler et je trouve que d’autres le font beaucoup mieux que moi.

Mais là, moi qui ne jure que par le casual, le masculin-féminin, moi qui cherche encore une robe dans mon placard, j’ai été vraiment soufflée par le défilé McQueen de cette année.

Pour une fois mon manque de culture mode ne m’a pas plus gênée que ça. Pas du tout encombrée par des références que l’on dit indiennes, victoriennes, Empire, j’ai pu me laisser emporter par la romance.

Et trouver enfin tous les costumes pour l’un de mes livres préférés, Les Brumes d’Avalon de Marion Zimmer Bradley. Je suis sûre que vous connaissez. Le Graal, Morgane, Guenièvre, Lancelot, Brocéliande. Les chevauchées, les châteaux, les mystères, l’amour fou, la magie, et les rêves et sortilèges qui se mêlent au fil que l’on tisse en attendant le retour des chevaliers.

Alors c’est clair, je me suis fait my own private délire. Mais, comment dire ? L’imaginaire n’a pas de limites. Et quand on vous donne un support aussi éblouissant pour vos rêves, ne faut-il pas se contenter de l’accueillir et d’applaudir ?

——————-