Silhouette inspirée par le défilé Dolce & Gabbana que j’ai vraiment aimé, pour une fois. Fallait immortaliser ça !

Aujourd’hui, je voulais vous raconter à quel point je suis accro à mes accessoires. Oui. Faut que je vous raconte, sinon vous allez passer un mauvais week-end.

Comment ça on est jeudi, et c’est pas le week-end ? C’est pas moi qui ai commencé. Mardi, un collaborateur m’a dit : allez, à lundi, bon week-end. Surprise, j’ai réfléchi puis j’ai décidé de le prendre au pied de la lettre. Puisque vous le dites.?Et depuis j’en fiche pas une, je sors tous les soirs, et tout à l’heure je vais même manger des Daims chez Ikéa.

Je suis donc accro à mes accessoires.

First (what, c’est toujours mieux que prems, pour dire premièrement non ?), à mes foulards. Sans foulard, je me sens aussi nue que les seins de Kate Moss.?Je choisis donc selon la météo (…) : soit le maxi en laine, soit le mini en soie. Sans cela mon cou rebelle et j’attrape froid.?Ce qui est dingue, c’est qu’en même pas un an, et après le coup d’envoi du défilé Balenciaga et de ses keffiehs, je suis passée de zero à 35 carrés. Bon, j’en ai piqué 33 à ma mère hein. Ah c’est du joli.

Second (bah yes, I know, my frenglish is getting perfectly obnoxious), mes gants. Non mais que se passe-t-il ? Sans gants, mes mains ne veulent plus me parler. Je suis donc obligée de transporter avec moi DEUX paires de gants. Une paire de longs et une paire de gants de conduite, toujours à choisir selon la météo (…), même si, je vous assure, je n’en suis pas encore à conduire mon métro.?Les gants de conduite, c’est juste trop, trop chic. Là aussi, j’en voulais 35, mais ma mère n’avait que des Isotoner, donc j’en a juste deux paires. Et le prix des beaux gants, s’il vous plaît, venez on en parle pas.

Third (avec la langue sur les deux dents de devant), and last but not least, mes lunettes. Ça y est, j’ai enfin un problème de vue !!! J’ai galéré pour y arriver hein. Il en a fallu des heures scotchée à mon écran, mais ça marche !?Je n’ai donc plus aucune justification à donner quand je passe 1h30 chez mon psychologue opticien. Pour le moment, j’ai une paire de Fiction absolument secrétaire perverse vintage, mais je bave déjà devant une paire de Cutler & Gross en écaille absolument indécentes old school.?Sans parler des Benjamin de soleil que je compte m’offrir (je suis dingue de lunettes, je connais toutes les marques du fin fond de la Californie au coins les plus reculés de la Toundra)(je suis dingue de montres aussi, remerciez moi de vous épargner mon amour du mouvement perpétuel).

Je pense parfois aussi à me mettre aux chapeaux. Mais bon, je me dis, si je continue à masquer la mule (=moi) comme ça, même ma mère ne va plus me reconnaître. Pas de chapeau. Mais un foulard dans les cheveux, je peux ?

———————-