Ce qui est bien avec mon amie Superchic, c’est qu’elle dégomme toutes les idées qu’on peut avoir sur le luxe avant même qu’on ait eu le temps de fantasmer dessus. Elle, elle est passée par là. Elle en est même revenue :

Voyager comme Catherine Deneuve avec son ensemble de bagages Vuitton.?C’est beau, de belles valises. C’est beau une belle nana avec de belles valises. C’est beau une belle nana avec de belles valises contenant des sapes somptueuses somptueusement disposées dans des compartiments sur mesure.?Mais c’est mieux quand on retrouve ses bagages à l’aéroport. Vous trouvez pas ? Parce que je vais pas vous faire un dessin, mais voyager en Vuitton, c’est un peu comme avoir marqué sur ses bagages “je renferme des trésors, tu n’as même pas idée”. Et on se les fait voler.

NB : tant que t’as pas ton jet privé, tu fais comme Superchic. Tu voyages en Samsonite.

Rouler comme Steve McQueen en Aston Martin. Là, j’y suis encore plus sensible. Ne me demandez pas pourquoi, autant je conduis comme une mamie de 90 ans (les deux mains bien calées sur le volant, les lunettes sur le bout du nez, le siège collé au pare-brise et plaf, le trottoir ! Comment ça un trottoir ? Où ça un trottoir ?), le tout en chantant, autant j’adore les voitures. Bref.?Rouler en Aston Martin de collection, c’est un peu, m’expliquait Superchic, comme se transformer en Madonna, les gardes du corps en moins. Sitôt sortie du garage, les badauds se jettent littéralement sur vous. S’assoient sur votre capot pour se prendre en photo, vous prennent en photo, vous demandent de les prendre en photo. Et de sourire, please. Vous êtes déprimée, pressée, stressée ? Mais vous n’avez pas le droit bon sang. Vous êtes en Aston Martin.

NB : on a le droit d’avoir une Aston Martin. On a le droit aussi de souhaiter acheter un vélo pour les jours où on a juste envie d’acheter du lait au supermarché.

Pour conclure, je n’aurais pas de meilleure phrase que celle de ma mère à qui je contais les mésaventures de mon amie, ma mère donc qui est psy, et qui est bel et bien en passe de devenir le docteur Perlmutter* de ce blog à coup d’éclairages psychologiques implacables :

“Évidemment qu’elle en est revenue, c’est du bling bling tout ça, ça va très loin, quels meilleurs accessoires pour se faire remarquer ? C’est comme se marier avec un président de la république !”

——————–

*Le bon docteur Perlmutter, le psy du regretté magasine 20ANS. Professeur, tu me manque comme un régime à son printemps.

Ah, et toutes les Superchic doivent être au courant, mais au cas où, le merveilleux article du Fig’ Mad’ où je suis en MP-N et fière de l’être est ici. Un bisou aux lectrices du Madame, et euh… Je sais pas les anciennes, on se roule une pelle ?