oneandonly.jpg

Ah tiens c’est nouveau ça. Voilà que l’on me dit : tu as un style.

Attrapée comme ça, à la volée, l’observation a de quoi faire plaisir. Mince, je vous ai assez bassinés avec ma quête de sens mode pour pas venir râler.

Sauf que moi je sais ce qui s’est passé. Je l’ai compris samedi, en plein shopping de l’humour avec Superchic [ = on va dans les magasins très haute, on essaye les pires trucs et on se marre en testant le sens de l’humour des vendeuses. Les filles chez YSL sont très bien, passé le temps d'adaptation.]
Évidemment qu’on achète rien.

Ok. Évidemment que JE n’achète rien.

Mais je m’égare. Samedi, j’ai compris en achetant mon 37è pantalon à double pince, à rebouler bien entendu, ma 4è paire de spartiates à talons et mon 78è tee-shirt gris so perfect, que j’avais contracté une maladie.

Je ne sais pas encore si c’est grave, docteur.

Je fais une Thierry Ardissonite.

Je suis tout le temps habillée pareil.

Je fais une Thierry Ardissonite. Je suis une obsédée.

Mon placard, c’est l’Armée des Clones. Seule la couleur change : je vogue entre gris clair et gris foncé. Hyper osé.

Je fais une Thierry Ardissonite. Je dois avoir quelque chose à cacher.

Mais que peut-on cacher à ces Dark Vador du style que sont les amies, je vous le demande.
J’en ai fait les frais pas plus tard qu’hier avec Géraldine à qui j’exhibais fièrement mes brand new spartiates vernies Zara, et qu’elle se marre :

“Ahhhh, ben, écoute, c’est ce qu’on doit appeler avoir un style ! ”

Alors ok ma chérie, je te le dis par blogs interposés (et ne fais pas la fille cool, je sais que tu es en train de me lire), on va dire que ça s’appelle avoir un style hein. Et que pour le moment, je vais le garder. Jusqu’à ce que ce soit la fin de l’extrême limite du reboulé et des talons compensés.

Là, je me repose. Trente-deux ans pour trouver UN style, moi je dis que ça mérite bien un petit palier. Après j’attaque la phase 2 de l’ascension du versant mode de ma vie.

Il se peut que ça prenne encore un peu de temps. Mais si, un beau jour de mes 80 ans, quelqu’un vient vers moi et me dis : “Madame, vous avez du style”. Ok je l’assommerais avec mon parapluie en brayant : “C’est mademoiselle !!!”
Mais ensuite je roucoulerais : “DU style ? Viens par là mon enfant.”

Et vous serez les premières au courant.

Mais bien sûr que j’aurais encore un blog, pourquoi ? Je publierais tous les jours à 13h50. Ça s’appellera Les Feux de la Fashion. On aura le droit de parler de mise en plis, de Botox, de chaussures confortables et même de John Galliano.
Ok. Ça s’appellera peut-être Feu la Fashion, en fait.

———————

PS : Merci à toutes celles qui sont venues vers moi pour me signaler les problèmes de spam dans mon flux RSS. C’est comme si Pete Doherty était venu faire un tour dans mon blog hier. J’ai l’mpression que quelqu’un est rentré dans mon interface, à tout remué, fermé les coms, tagué les murs, joué avec mes nerfs fragiles, s’est bien marré et a laissé traîner quelques bouteilles derrière lui.
Ça vous est déjà arrivé? Parce que je sais pas quoi faire, alors si vous avez un conseil, un ami webmaster ou un grand-père magicien, je prends.
La mamie fashion touche moyen sa bille en html. Elle vous lance donc son 4è cri son SOS de la semaine. Ben oui, quoi. Je cultive MON style ;-)