L’adorable Mollie Gondi de chez Success.

Il m’est arrivé un truc génial il y a quelques temps. J’ai été contactée par un magazine Russe, Afisha. C’était leur anniversaire, ils voulaient fêter ça en demandant à plein de gens à travers le monde ce qu’ils faisaient ce jour là, le tout avec un point de vue mode.

Ils m’ont demandé de m’occuper de Paris.

Vous n’imaginez pas ma joie. Mon premier shooting pour du papier glacé !!! Yiiiihaaaaa !

J’ai dansé toute seule dans mon appart et puis je suis allée me balader.

J’ai eu pas mal de chance. Ce jour là, je suis tombée sur des gens sympas, différents, disponibles. Il y avait un truc dans l’air.

J’ai même eu beaucoup de chance. J’étais sur le point d’aller déjeuner avec ma copine Françoise, et, arrivées au Breizh Café, qui est en quelque sorte mon repaire, ils nous demandent si on peut revenir dans dix minutes. On râle un peu parce qu’on meurt de faim et qu’on est parisiennes, puis je décide de montrer à Françoise un truc dans un magasin.

Et là, je tombe sur Mollie.

Mollie me reconnaît tout de suite. Je l’ai déjà prise en photo. On bavarde, on rigole, elle vient juste de se faire couper les cheveux, ça lui plait beaucoup. Je lui demande si je peux faire un cliché. Elle accepte avec joie. Ce concours de circonstances me ravit, il se passe un truc, je suis sur un petit nuage.

Je rencontre aussi Benjamin, et pour celles qui s’en inquiétaient, je profite de ce post pour vous assurer de la pleine santé du skinny.

Ces clichés sont une petite partie des photos que j’ai envoyées au mag, avec le stress des premières fois au ventre. Pas de réponse. Super. Je commence à échafauder un scénario du type Back in the USSR, puis quelques temps après un message arrive dans ma boîte mail.

« Garance, on a adoré tes photos, on voudrait mettre le portrait de Mollie en couverture ».

Je m’évanouis, puis je re-danse dans mon appart, puis je leur dis que Mollie est mannequin. Qu’il faut contacter l’agence.

Voilà comment Mollie a eu droit à une journée de boulot qui a duré 3mn, et moi à ma première couv. Bon, c’est pas le Vogue, c’est plutôt une sorte de Pariscope marié à Technikart et Télérama, pour ce que j’ai pu en savoir, mais comme je suis émue, vous ne pouvez même pas imaginer.