J’ai une copine qui, connaissant mon oeil retro-laser et mon avis éclairé sur la médecine esthétique (je n’en ai pas), n’a pas pu s’empêcher de me révéler un secret brûlant il y a peu.

Quel intérêt a un secret si l’on n’a personne pour le partager ?

Elle me dit, me regardant droit dans les yeux, approchant dangereusement son visage du mien façon Cliffhanger, et prenant une voix de gorge que je ne lui connaissais pas : “Regarde”.?“Est ce que tu vois quelque chose de changé ?”

Moi : (inspection minutieuse, chaque pore passe un interrogatoire, tiens, un micro-spot là.)?Moi : “tu as meilleure mine. Tu as repris du poids ?”?Elle : “non.”?Moi : “tu as une belle peau. Ça y est je sais ! T’as fais un peeling merdeuse !”?Elle : “non, mais ça va pas ? C’est ma vraie peau !”?Moi : “alors, euh, je vois pas. T’as un spot sur le front ?”?Elle : “non. Salope.”?Moi : “bon allez, raconte, parce que là je vois pas.”

Elle : “Ah ben voilà je le savais. Ça ne se voit pas. Si toi tu ne le vois pas c’est que ça ne se voit pas. J’ai fait un truc que PERSONNE ne voit, même pas ma propre mère, et encore moins mon mec, et même moi je suis pas sûre, d’ailleurs.?Et le pire c’est que je suis contente. Regarde, là.

Me montrant sa lèvre supérieure : j’ai fait mettre de l’acide hyaluronique. Je lui ai dit d’y aller hyper mollo hein. Juste pour ourler. Un coup de gloss inside quoi. Alors alors ?”

Moi : “NOOOOON !!! Souris ? Arrête de sourire ? Souris ? Fais la moue ? Ne fais rien ? Souris ? Parle ? Arrête de parler ? Passe-moi 100€ ? Souris ? Arrête de sourire ?”?Elle : “Oui bon ça va. Cherche pas ça se voit pas.”

Et puis là elle me raconte pourquoi, comment, où, combien, qu’est ce que ça fait, etc, et je vous JURE que je vois sa lèvre supérieure gonfler devant mes yeux limite ça fait un bruit comme dans les dessins animés.?Soudain, je me rends compte que ma copine a bel et bien la lèvre supérieure méga-pulpeuse. Oh mon dieu c’est horrible, comment a-t-elle pu toucher à son beau visage, comment a-t-elle pu succomber à la dictature des apparences, se jeter à corps perdu dans le grand capital (?!) ?

Je le lui dis, avec un air réprobateur. Elle me regarde, narquoise.

Elle : “je le savais que j’avais bien fait de pas te le dire tout de suite. Puisque je te dis que ça ne se voit pas. J’aurais du t’enregistrer il y a 5mn. Pffffffff. Nan mais c’est pas vrai d’être aussi moralisatrice ! Ça ne se voit pas, ça ne se voit pas ! Je me suis fait plaisir et ça s’arrête là.”

N’empêche, je vous jure, depuis, je ne vois plus que ça. Je ne saurais jamais si c’est dans ma tête où dans ses lèvres, même si le bruit de dessin animé me met sur une piste.

Mais c’est bien la preuve que, comme dans les cartoons, l’important c’est d’y croire.?Et c’est ça le problème : tout est dans la tête, le meilleur comme le pire, et beaucoup perdent contact avec la réalité après la première micro-intervention en croyant que les autres n’y voient que du feu.

Et voilà. Je recommence à être moralisatrice. Pfffff.

That’s all folks !

———————

Ah non, that’s not all ! Par un curieux hasard, on parle exactement de la même chose avec Géraldine aujourd’hui. Mais je vous promet, on fait pas encore de Botox Parties ;-)