C’est marrant ces robes Miu Miu et Prada qui se baladent comme ça de show en show. Je n’ai jamais vu de collections autant portées. Les fameuses chaussures-fleur sont partout, et ces robes, ces jupes aux dessins organiques hantent les rues brûlantes de Milan, ça fait un peu comme des apparitions.

Et quand je dis brûlantes, je déconne pas. La ville fond sous mes pieds. Chacun de mes pas laisse une empreinte profonde dans l’asphalte.

Des collection si fortes que je me demande presque si ce n’est pas la robe qui finit par vous porter. C’est une vraie question, pas une critique. J’ai justement pris en photo ces deux filles car je trouve qu’elles ont assez de chien pour enlever l’ensemble et être juste belles dans leurs robes.

Mais j’ai fait un tour au 10 Corso Como (on va dire que c’est le Colette milanais, même si l’esprit est sensiblement différent) cet après midi, et, à passer la main sur toutes ces pièces si belles et si fortes, de la robe-fleur en néoprène Balenciaga en passant par les fameuses jupes d’Alaïa, je me suis demandé comment je les porterais, moi. Il faut avoir une sacrée personnalité pour les faire siennes, ces pièces-là, vous ne trouvez pas ?

——————