C’était l’été, le soleil tapait sur mes baies vitrées, j’étais complètement déshydratée… Bon n’importe quoi. J’étais pas du tout déshydratée. On m’avait juste confié une petite mission pour le Printemps Nation, et l’idée c’était de prendre en photo une sélection de leur collection d’hiver. Chouette, je me suis dit, moi l’été, je ne pense qu’à l’hiver. Ça tombe bien. Je vais appeler mes copines, on va aller choisir ce qui nous plaît au Printemps et on va faire plein de photos, ça va être cool.

Et puis on rendra jamais les fringues et on s’enfuira au Guatemala, ça sera trop, trop cool.

En plus, Louise fait les mojitos comme personne, à toute heure du jour et de la nuit, et au Guatemala c’est bien connu du matin au soir ils ne boivent que ça. Non, non. C’est vraiment une bonne idée.

J’ai donc appelé Louise, Margaux et Alice, (vous vous souvenez, je vous en avait parlé…) on est allées chercher les vêtements, puis on s’est donné rendez-vous quelques jours après pour prendre les photos.

Sauf que.

Ça, c’est le dos d’Alice. Il est beau non ? Et ça, c’est le foulard que je lui avais choisi pour mettre autour du cou, par exemple.

Sauf que.

Sauf que juste les jours où on a décidé de faire les photos, une espèce de chaleur de malade, genre l’horreur pour une fille comme moi, qui a juste envie de baisser ses volets et de prendre une résidence dans son frigo quand c’est comme ça, s’est abattue sur Paris et par la même occasion sur mes pauvres modèles à qui aujourd’hui encore j’envoie toutes mes excuses d’avoir fait endurer ça.

Genre, là, ça ne se voit pas parce qu’elle est de dos, mais Alice vient juste de me jeter par la fenêtre et elle me regarde m’accrocher à l’arbre en se demandant si elle va venir me sauver, tout ça parce que j’ai refusé qu’elle pose avec juste le foulard autour de la poitrine tellement on étouffe.

Non, mais parce qu’en fait, je lui avais réservé une autre tenue, à Alice.

Et Louise a de bonnes raison de se marrer dans les fleurs : sa combi-short, même si elle est d’hiver, ce n’est rien. Rien à côté de ce que j’ai fait endurer à Alice et à Margaux.

Je vous montre ça demain !

 

La combi vient de chez Guess et le foulard c’est le Printemps. Le pantalon d’Alice c’est Sandro et les collants de Louise, plein de gens m’avaient demandé d’où ils venaient, et bien c’est une ancienne collection d’H&M. Bisou !

Le mag où l’on peut trouver les photos et plein d’autres choses est distribué dans l’Est Parisien, dans les cafés et les lieux où l’on se cultive et où l’on boit des cocktails, qui sont les mots qui vont très bien ensemble.