Je m’apprêtais à passer un week-end desperate housewifes, à faire la working girl chez moi pendant que d’autres mangent des marrons chauds en faisant du shopping.

C’était compter sans le venin que Géraldine avait glissé avec un sourire espiègle dans mon sac quelques jours avant. Gossip Girl.

Gossip Girl pour ceux qui viennent de la planète Mars (donc moi pas il n’y a pas deux semaines de ça) c’est la série événement encore plus it baguisée que Sex and the City. Si, c’est possible.

Entre deux sessions de boulot, désespérée du ground zero de glamour de ma journée, je me décide à me préparer un petit latte et à voir deux secondes à quoi ressemble ce truc. Hop, dans le mange disque.

Ouch.

Par Bill Clinton. Enfer des lois de l’attraction et american dream. Ce truc est plus addictif qu’une soufflette par Monica Lewinsky.

Quatre heures après, mon plan de boulot est parfaitement révisé. Je bosse deux heures, je m’offre un épisode. Le new deal parfait. Allez hop. Mange-disque, latte amande.

Je me laisse griser par les délices de cette série aussi savoureuse et artificielle qu’une fraise tagada. Ces lycéens richissimes, aussi crédibles que les yeux bleus de Naomi Campbell, deviennent vite mes meilleurs copains. Finalement, je bosserais demain. Où est mon verre de champagne ?

Plus je regarde, plus je plonge. Je m’identifie à mort. Soudain, je décide de me faire les ongles. Ça suffit les conneries. Dans mon nouveau monde, on a les ongles faits.

Puis une amie m’appelle. Hi, how are you ? je lui dis, très naturelle. Je ne sais pas ce qui lui prend, mais elle me répond en français. Soit. J’ai quelques notions. Je rebondis sur chacune de ses phrases. Des trucs tordants. J’ai un répondant de dingue. Là d’où je viens, tout est dans la réplique. Elle ne comprend rien.

Elle raccroche en me rappelant que ce soir on va voir Blonde Redhead en concert. Yes of course je lui dis, at 8 !

Et je raccroche. Quoi, vous dites au revoir au téléphone vous ? God, you’re so boring !!

Concert de Blonde Redhead ? Ok, allons nous frotter aux bas-fond. Je me demande quel it-bag je vais pouvoir choisir dans ma collection, je n’en trouve qu’un. Bizarre. Bof, pas le temps. Je mets ma cravate et je sors.

Ben quoi. C’est joli la cravate. Toutes façons on est tellement obligés de la porter dans ma high school que c’est un peu devenu la base de mon look. Avec mes robes Chloé ça colle pas mal en fait !

Je sors dans la rue, et je hèle un taxi. Mais aucun ne s’arrête. Merde, mais ça n’arrive jamais ! Puis je regarde autour de moi, et j’ai soudain comme l’impression d’être à Paris.

C’est là que je me souviens. Arf. Je ne suis pas une Gossip Girl. Je descends dans le métro avec un visage boudeur d’enfant gâtée. C’est insupportable, la réalité.

Heureusement, je retourne à New York en novembre. Serena, Blair, Dan, wait for me !!!

xoxo,

Garance -complètement gossipgirlholic- Doré

—————