Écharpe à carreaux, Burberry. Écharpe à étoiles, Crumpet.
C’est marrant comme on a du mal à parler des choses qui nous tiennent le plus à coeur. Cette note, j’ai essayé de l’écrire des tas de fois, à chaque fois je me suis pris les pieds dans mon émotion et je l’ai remise à plus tard.

Cette phrase, je vous l’avais écrite il y a quelques mois. J’y parlais d’un projet que l’on m’avait proposé, qui m’emballait et me stressait à mort, celui d’écrire et d’illustrer un livre. Cette phrase, elle est aujourd’hui encore si vraie.

Depuis, je reçois souvent des mails qui me demandent quand mon livre va sortir. Je souris. Et je me dis qu’il serait quand même temps que j’en parle, une fois pour toutes.

C’est marrant comme il y a parfois des choses qui ne viennent pas.

Et bien ce livre, il n’est pas venu. J’ai bossé pourtant. J’ai cherché, j’ai angoissé, j’ai cru tenir un truc, j’ai même eu de grands moments d’inspiration…

Mais je l’ai surtout lu et relu, et en toute honnêteté, je ne l’ai jamais trouvé assez bon. Parfois, ça m’a mise dans de drôles de sales états.

J’ai tourné en rond. Je l’ai montré à mes proches, je les ai interrogés.

Les proches, ils vous aiment tellement qu’ils vous croient toujours capable d’abattre des montagnes.

Et puis il y ceux qui vous disent que c’est votre chance, qu’il n’y en a pas beaucoup des moments comme ça. Qu’il faut les saisir.

C’est donc toute seule que j’ai du me rendre à l’évidence. On ne sort pas un livre pour sortir un livre. Pour saisir une chance. On ne fait pas un livre parce que tout le monde rêve de faire un livre. Je me suis regardée dans une glace, j’ai chialé un bon coup et je me suis dit que ce n’était pas le moment.

Puis je n’étais pas seule dans ce projet. J’ai appelé mon éditeur. C’est terrible. Ça fait un peu comme une rupture. C’est un échec.

Sauf que comme après une rupture, une seconde après, j’ai recommencé à respirer. Des mois que ça ne m’était pas arrivé. J’ai su que j’avais fait le bon choix.

Voilà, ça tenait en quelques mots. Je sais que certains vont être déçus. Je suis vraiment désolée, mais si ça peut les rassurer, moi ça va très bien !

Je suis contente avec le recul de ne pas avoir sorti un truc dont je ne suis pas fière juste pour surfer sur je ne sais quel succès.

J’ai des tas d’idées et je me dis qu’un jour peut-être ce bouquin viendra. Qu’il sera fait dans la joie, parce que c’est comme ça que j’aime faire les choses, et que ça se sentira.

En attendant, ma joie, je vous le dis, elle est très simple, elle est ici.