Hier, j’appelle une copine. J’entends :

Heeeeey Garance !!! Tu sais quoi ? J’ai le cul dans la neige, c’est toooooooop !!! Wouhou, yaaahhhhaa !!! Fuuuuun cooooooooly topisssssimisssime !!! Olé ! Tu viens ?

Bon, d’abord, il faudra m’expliquer un jour pourquoi les sports d’hiver nous rendent si débilement heureux. Est-ce la réverbération du soleil, le vin chaud, est-ce à force de se casser la gueule de son snow ? Comment ça, parle pour toi ?

En tout cas, ça me manque, et je rêve de vous écrire un billet qui vous raconte comment je me la pète à mort dans la poudreuse avec ma combi de compèt… Mais ça fait plus de trois ans que je n’y suis pas allée.

Alors en attendant, sachez que je suis parfaitement du genre, sur les pistes, à porter ce genre de bandeau en laine ambiance Courchevel vintage. Et que quand j’ai vu cette gueule d’ange passer devant moi l’autre jour devant la Comédie Française, ben j’ai bien cru deux secondes que j’y étais, à la neige.

Bah, pas de neige, mais je vais faire un tour à Toulouse ce week-end, histoire de voir un peu si la lumière est moins humide qu’à Paris. Je vais d’ailleurs rendre visite à une amie qui bosse dans la mode et qui un jour m’a dit, alors que je me plaignais de ne plus aller au ski :

“Mais voyons Garance, tu sais bien que les gens qui bossent dans la mode ne vont pas au ski ! Les calendriers ne concordent tout simplement pas. C’est tout.”

N’empêche. C’est un peu vrai ce truc là.

Alors je vous embrasse bien fort et à tous ceux qui vont au ski : je vous déteste !!!

Bisou :-)