Pour reprendre un concept, évoqué ici-même pas plus tard qu’hier, un concept très fort en cet instant palpitant qu’est la f_sh_n w__k, instant tellement palpitant qu’en ce dernier jour je ne supporte même plus de dire le mot fa__i_n, ça me donne des palpitashions, d’ailleurs je comprends même plus pourquoi je regarde des filles marcher sur des podiums toute la journée, ça me plonge dans des abîmes de réflecshion…

Mais où vont-elles toutes ces filles qui marchent, hein, où Garance, où ?!!? Ouh là.

Bref. Pour reprendre un concept évoqué ici-même pas plus tard qu’hier, en ce moment je parle en franglais je shoppe à mort dans mon closet. Et même, parfois, dans le closet de mon boyfriend, lui demandant de m’en extirper les trucs les plus oversize et les plus élimés qu’il puisse y trouver.

Le boyfriend jean élimé, wow, ça me plaît.

C’est bien. C’est beau, c’est trop beau. Ça rend les filles cool et sexy, donc en un mot, sublimes. Et en plus, c’est confort.

Confort. Voilà tout mon problème.

À force de passer mon temps à moitié pas chez moi, à boulotter absolument n’importe quoi entre deux défilés [ça y est, je sens que vous voyez où je veux en venir] et à être confort dans mes boyfriend jeans, mes boyfriend pants et tous ces trucs qui nous rendent la vie cool, classe et coolasse, je me demande si un jour je pourrais encore rentrer dans ça :

Ça, c’est un jean magnifiquement slim ET élimé. J’en ai vu quelques uns, portés courts et avec des escarpins comme dans les années 80, et ça m’a un peu donné envie, QUAND MÊME. J’ai donc décrété ce matin à mon miroir, ambiance Rocky III, qu’à partir de ce week-end je commençais ma fa__h_n rehab. Ça va commencer vendredi par un massage, faut toujours garder le meilleur pour le début (D’ailleurs si vous connaissez un bon endroit pour un massage à Paris, je prend !). Puis après on passera aux crudités et au blanc d’oeuf cru et puis on chaussera des baskets SANS talons, et on montera les marches du Sacré Coeur en courant très tôt le matin en hurlant Adrieeeeen !!!

Avant de m’enfuir en sautant à la corde à sauter de ce billet radicalement sans objet, si ce n’est comme d’hab, parler de moi-même, je voulais quand même vous faire noter un truc. Vous avez vu cette veste, ci-dessus ? C’est mon manteau !!! Je veux dire, cette veste au départ c’est un manteau Zara, et j’ai le même dans mon closet. Susan a eu la géniale idée de le faire couper. Et ça donne une veste double boutonnage oversize absolument trop bien.

Voilà, c’était juste une idée shoppage de closet au passage, parce que bon, quand on lance des concepts de la mort après faut assumer, hein. Surtout que c’est absolument pas moi qui l’ai lancé. Bonne journée !