Il faut voir la tête que fait ma mère quand j’attrape la malle où sont rangées les photos de famille. Interdiction de les sortir de la maison. Le périmètre est plus protégé qu’un défilé Balenciaga. C’est qu’au fil des années, à force de me faire des murs d’inspiration avec les photos des tenues de ma mère, de ma grand-mère et de tous ceux qui passaient par là avec un truc sympa sur le dos, euh… J’en ai perdu quelques unes. Parmi les mieux. Bien sûr.

N’empêche, il en reste assez pour qu’à chaque passage dans la maison familiale, je m’y arrête un instant.

Ma mère dans les 70. Je crois que la petite tête qui dépasse, là, c’est moi !

Ha, euh… Je ne vous ai pas dit, en fait ce n’était pas du tout prévu. Vendredi, j’ai soudain eu trop envie d’aller faire des bisous à ma famille et de manger des oursins. J’ai sauté dans un avion et j’ai atterri, deux heures après, en Corse.

Entre deux thés et 37 canistrelli au vin blanc, avec mes soeurs et ma mère, on a sorti la boîte aux trésors. On s’est dit que dans la famille, on aimait vachement les tenues de marin. Faut croire que c’est papa qui a lancé ça, ahah.

On s’est aussi dit que souvent l’été dans les 70′, on s’habillait d’un rien. Une serviette suffit, pas vrai maman ?  Des fois même, on s’habillait d’un rien du tout du tout, mais on a préféré garder ces photos là pour nous.

J’ai appris pour la 678ème fois que ma grand-mère était à son époque “la plus belle femme d’Ajaccio”. Votre grand-mère aussi, non ? L’important, c’est de se construire son mythe familial perso, moi je dis.

Ouais, les albums de famille, c’est trop bien. C’est plein de fous rires, de chaleur, d’émotions, de photos sublimement ratées et de coupes de cheveux bizarres. Ne faites pas comme moi. Faites-y vachement attention.