J’étais à La Jolie Garde Robe la dernière fois, à pousser des cris touchant une robe Balenciaga vintage, puis à pousser des cris en découvrant une vraie saharienne Saint Laurent… Puis à pousser des cris en voyant leur prix.

J’ai quand même décidé d’essayer, puis là j’ai poussé un grand cri.

Je ne sais pas comment elles font, les pros de la fripe. Moi, mon corps, il donne rien dans du vintage. Pourtant c’est bien ma taille marquée sur l’étiquette ! Mais ça baille sur les hanches, et en même temps c’est toujours trop petit, la taille est toujours trop haute, avec des élastiques mal placés, les pantalons trop courts, les jupes trop longues, les tissus trop épais, mes épaules dépassent, je déteste les pantalons qui ferment sur les côtés, il n’y a jamais une paire de chaussures à ma taille, en plus les talons ont des hauteurs bizarre, et les lignes sont toujours… Huuuum…

Ouaaaaaais, à peu près mais pas tout à fait.

Bon, en plus, je suis incapable de trouver une couturière digne de ce nom.

Les seuls trucs qui me tombent nickel ce sont les vêtements d’homme, merci ça fait très plaisir.

Et pourtant, je n’ai rien d’un E.T. Je ne fais quasiment jamais retoucher le prêt-à-porter. Les fringues, que ça soit chez Zara ou Stella, tombent relativement bien sur moi. Au début je me pensais que c’était normal, j’élargissais ma perpective, je me disais que les corps des femmes avaient changé, tout ça. Mais c’était sans compter toutes mes copines qui déboulent avec de sublimes colifichets tout droit sortis des vintageries de Paris.

Non. Le truc, c’est que j’ai pas un corps vintage, voilà tout. Pfff. C’est nul !