Ceinture inspirée par une Alexander MCQueen, Tee Shirt par un Katharine Hamnett.

“Comment ça Garance ? T’es jamais allée chez Régiiiine ? Non mais au secours !!! Allez, tu montes dans le taxi, c’est parti.”

Vous avez en face de vous une vraie party girl. Correction. Une ex-vraie party girl. J’ai eu une période dans ma vie où rien ne me faisait peur. Monter sur les tables, danser toute la nuit, faire des kilomètres pour aller à une fête, finir un week-end en préparant déjà celui d’après et tout le truc. Avoir des copains de la nuit, des gens bizarres et fascinants qu’on ne voit jamais le jour.

“Bah non !!! Ça fait deux heures que je vous explique que je sors jamais !”

Puis un jour, la nuit a perdu son mystère. Au lieu de la voir comme un lieu de liberté, de gaité et de rencontres, je me suis ennuyée. C’est chiant d’être chiante. Du coup j’ai arrêté de sortir. J’ai continué à faire la fête avec des amis et à improviser des beuveries, hein, quand même. Mais petit à petit, je suis devenue complètement étrangère au monde de la nuit.

“Bon ben raison de plus. Taxiiii !”

On arrive donc, vachement classes mis à part les pompes qu’on a toutes changé avant de partir vu la pluie. Jarvis Cocker doit mixer, paraît que c’est bien quand il passe des disques le loulou. Bah non j’en sais rien. Je vous dis que je sors jamais !!!

“Tu bois quoi ?”

Ouh merde. Je suis en boîte et je sais même plus quoi boire.

“Je sais pas tu prends quoi toi ?”

Technique ancestrale du retournement de question, me dites pas que vous ne l’avez pas déjà fait.

“Vodka-tonic”

Wow, déjà que le club a un fort arrière-goût de revival, là même les boissons elles sont redevenues 80′s.

“Moi aussi, vodka-tonic.”

 

Quand à s’immerger dans une ambiance, autant le faire à fond. J’attrape mon verre et je me dirige vers le dance-floor.

“Woh. Attends c’est quoi ce bordel ?”

 

Sur la piste, dans la boîte, tout autour de moi, des gens dansent et s’amusent. Ils sont beaux ! Ils sont cools ! Ils dansent bien ! Ils sont super sapés ! Ils sont, ils sont, ils sont… JEUNES !!!

“Hahum. Les filles, c’est quoi le délire, on tourne un épisode de Gossip Girl ici ou quoi ?”

 

Je me marre. Je blague, je danse un peu, on m’offre des verres, Jarvis est mignon avec ses cheveux dans les yeux. La même coupe que 90% des garçons ici. Les filles sont vachement plus originales. Plein de super looks, elles dansent comme des folles et me font trouver tout ce petit monde craquant. Mais rien à faire, I’m not there. Je préférais avant, première partie de la soirée, à updater tous les potins de la terre avec les filles, à se marrer et à s’imaginer les promesses de la nuit.

“Pffff. C’est samedi voilà c’est tout. Faut pas sortir le samedi. On est connes aussi. En plus, un week-end de Pâques. Y a personne ici. Allez, on file chez Moune !”

Euuuuh.

Je sais pas. J’ai comme envie de rentrer. Et ça me pose aucun problème existentiel. Juste envie de dormir en fait, c’est con hein ? Et je pense pas que tout ça ait un rapport avec le fait qu’on soit samedi, ni avec l’endroit, ni même avec l’âge moyen de la population. Et encore moins avec mes copines qui sont tout simplement géniales. C’est juste plus moi, les boîtes. J’ai dû dilapider mon capital-sortie.

“Euh, non. Moi j’y vais. Mais promis on se le refait ! Et la prochaine fois, regardez-moi bien dans les yeux les filles, j’explose le dancefloor jusqu’à l’aube !!!”

Elles se marrent et se foutent de ma gueule en levant les yeux au ciel.

Mais quoi ? Bien sûr que j’y crois. Il ne faut jamais dire jamais.