L’un des problèmes de ma vie très compliquée est le suivant : tous les jours, pour rentrer chez moi, je passe devant les vitrines de la boutique d’Isabel Marant.

Et trop souvent, malgré des stratégies d’évitement aussi machiavéliques qu’inventives (coup de fil à mon comptable, achat de viennoiseries dégoulinantes, moonwalk) je pousse la porte.

Régulièrement, j’y croise Olivia. Olivia sait porter Isabel. Et si je suis parfaitement capable de résister à un vêtement sur un portant, de le regarder et le toucher sans même l’envisager, me mettre sous le nez un truc bien porté, avec cette impression de confort sexy qui sonne comme une promesse, c’est très très cruel.

Surtout quand la promesse de confort sexy en question arrive au moment où je viens juste d’engloutir à la va-vite ma viennoiserie dégoulinante histoire de pouvoir, allons-y toutes en coeur : rentrer jeter un oeil juste 2 secondes.

Ah, pièges et vicissitudes de la vie moderne… J’adore mon nouveau pantalon !

Bonne journée !