Toutes les lunettes me vont. Si je vous assure ! Vous pouvez essayer. Toutes, sans exception.

Quand j’essaye des lunettes, j’entends souvent : “Ah mademoiselle ! C’est merveilleux comme elles vous vont.” Là, je lève un sourcil fier, et je dis :

“Alors, bon. Je vous arrête tout de suite : toutes les lunettes me vont. Arrêtons de nous extasier sur mon ovale parfait s’il vous plaît et concentrons-nous sur le modèle. Dites : qu’est ce que vous avez de nouveau ?”

Résultat : J’ai des tas de paires de lunettes. De tous les styles, des plus extravagants, comme cette paire de Chanel achetées au prix du diamant il y a un an, recouvertes de cuir, mises 1 fois, ou cette paire de Chloé asymétriques ET fluos, si je vous jure, ça existe, à une paire de Mango en plastique dans le style Annie Hall, exagérément portées jusqu’à ce que je me rende compte qu’Annie Hall était certes sympa et super lookée, mais sexy, ça, en fait… Pas si sûr.

Malgré ma belle assurance opticale, la dernière fois, je me suis retrouvée sans lunettes. J’étais à New York, le soleil frappait comme dans un film de Cassavetes (c’est juste parce ça sonne bien, souvent, chez Cassavetes, il pleut. Mais les acteurs ont de super lunettes !), et j’ai trouvé une simple paire de Ray Ban Aviator toutes con qui traînaient sur une étagère. J’ai soupiré devant tant de banalité, mais je les ai mises et je suis partie.

Ce jour là, j’ai eu plein de compliments.

J’ai continué à les porter, bien que dans ma tête de collectionneuse de lunettes j’entende raisonner : “Ringarde ! non mais ça va pas de porter ces trucs qu’on voit partout depuis 10 ans ? Toi la grande prêtresse de la lunette ? Toi la poule aux oeufs d’ors de Marc Le Bihan ? Toi qui serait prête demain à rivaliser avec Jackie O ? Des Aviator ? Que même Sarah Jessica Parker elle n’en veut plus ? Toi ?”

N’empêche, quelques temps après je vois ma soeur, qui me connaît sous toutes les coutures, qui est LA personne à qui je fais confiance. Elle me regarde et me dit : “Tu sais, elles te vont bien ces lunettes. C’est pas comme toutes les autres merdes que t’achètes d’habitude en criant à qui veut l’entendre que de toutes façons, toutes les lunettes te vont, espèce de follasse. Avec, celle-là, t’es… Juste belle.”

Wooooo wo wo. Ok t’es ma soeur, on est pas avares de compliments entre nous, je veux dire, on s’aime, tout ça. Mais faut pas trop m’en promettre hein ! Des aviator = Juste belle ?

Ok Roger. Message reçu 5 sur 5, Fox Trot, parée pour l’atterissage.

Me voilà donc redescendue du paradis des lunettes. Chevilles dégonflées, “autres merdes que j’achète d’habitude”, rangées. Plus de folies, j’ai trouvé mon modèle. Maintenant je sais. Même si je peux leur faire des infidélités, les Aviator, il n’y a pas mieux pour mon visage et mon ovale parfaitement normal.

Oh désespoir ! Mais qu’est ce que ça va être chiant ! Mais que mes yeux vont s’ennuyer ! Et qu’est ce que je vais dire aux vendeuses de lunettes, moi ? Hein ? Mais que c’est triste de mûrir et de se trouver ! Marc Le Bihan, viens donc pleurer avec moi. Viens là, contre mon ovale normal, ouuuui, je sais. Tu es triste. Alors dis-moi, qu’est ce que tu as de nouveau cette semaine ?