Samedi après-midi, j’étais comme un Paris-Brest écrasé par la chaleur. Les jambes en l’air sur mon canapé. Mon ventilateur en position 3, vent d’arctique, tu parles. Un jus d’orange glacé en intraveneuse…. J’essayais de bosser.

La vérité c’est que dans une tentative désespérée de trouver une étincelle d’inspiration, j’avais mis sur ON un slideshow sur la collection Chloé. Affalée, la bouche ouverte, je rêvais de la nouvelle moi que je serais à la rentrée.

Le seul truc, c’est qu’on est le 7 juillet. Je suis toujours à Paris à bosser, et mon été n’a MÊME PAS officiellement commencé. Normalement, là, je suis en phase rêve de plages Corses. PAS DE RENTRÉE.

Alors, qu’est ce qui s’est passé ?

Ben comme d’hab. C’est de la faute des magazines. Vous avez remarqué ? Déjà plus de trois mois qu’ils nous abreuvent de tendances automne-hiver. L’été ? Baaaah, attends Garance, on en parlait en janvier. Hein. Alors, s’il te plaît. T’avais qu’à te tenir au courant.

Il paraît aussi que c’est de la faute des défilés. On dit qu’ils sont à présent si en avance et si exposés (merci, internet !) qu’ils donnent à toute une industrie et à ses fans (nous) le temps de connaître, disséquer, copier (Zara), digérer et se lasser des tendances avant même qu’elles ne soient en magasin.

Ben comme d’hab. C’est de la faute d’internet.

Retour dans mon salon, 45 degrés à l’ombre sous mon canapé et des rêves de combi en laine bouclette, à peine schizo la meuf, quand soudain la sonnette fait son boulot : elle sonne.

Devant ma porte, mon amie Marion, toute de sueur vêtue, le visage rose de bonheur comme après l’amour un safari-shopping léthal. Je baisse les yeux. Gagné ! Dans les mains, une demi-douzaine de shopping bags alléchants pour la desperados du samedi aprèm que j’étais.

Je la colle devant mon ventilo, lui file un jus d’orange glacé et plonge toute habillée dans ses sacs pour faire un inventaire en règle.

D’un grand sac L’Éclaireur, je sors… Un énooooorme manteau.

Elle me regarde d’un oeil coupable. Me dit qu’il était trop beau, ce manteau. Qu’il sera parfait pour les grands froids de cet hiver. Que non. NON. Il n’était pas en soldes. C’était bel et bien la nouvelle collection. Que si elle ne l’achetait pas maintenant, à la rentrée il n’y en aurait plus.

Un manteau pour les grands froids. Un 4 juillet.

Bon. Ben me reste plus qu’à aller faire un tour chez Chloé. Et puis en septembre, la nouvelle moi que je serais depuis juillet pourra peut-être commencer à se chercher un maillot pour l’été d’après… Qu’est ce que vous en pensez ?