Et pourquoi j’ai pas de tatouage, moi ?

Ce n’est pas que j’aime pas ça. Non, j’adore. J’ai toujours adoré. Je trouve ça romantique, déraisonnable, inconséquent et éternel tout à la fois. Donc, j’adore.

C’est juste que pour les tatouages, je fais comme avec les bijoux. Quand l’envie me prend, je me dis ok. Si t’en as encore envie dans un an, tu le fais. Un an, c’est court pour un truc qui va durer toute une vie.

J’y pense depuis mes 18 ans, et aucun tatouage n’a passé le test des un an. À chaque fois même, au bout d’un an, je me disais : “Ouh la la. OUH LA LA. Heureusement que tu ne l’a pas fait malheureuse !!!”

Une fée (18 ans). Le nom de mon mec (20 ans). Une ancre de marin (23 ans). Une rose (25 ans). Un tableau de maître (Non mais la fille, rien que ça)(26 ans). Le nom de mon mec, mais un autre (mec)(28 ans)(Enfin, juste son initiale)(Juste l’initiale ? Il l’avait super mal pris)(Bah quoi, G, c’est bien comme initiale, non ?).

Vous comprenez pourquoi OUH LA LA ?

Je suis pas une fille à tatoo, voilà. Voilà !!! C’est tout.

————–

PS : Mais je les apprécie drôlement sur les autres, et j’adore la simplicité poétique de celui de Mérédith, que j’avais prise en photo dans le cadre d’une collaboration que j’ai faite avec les Kooples, et dont je vous reparlerai bientôt. Bisou !