Londres, ville tropicale. Envoyez les ventilos. Il fait un temps splendide. SPLENDIDE !

Un temps splendide, ouais. Surtout pour les autres*. Parce que moi je suis sur le lieu de mon expo, où je passe le plus clair de mes journées à dessiner sur les murs** en buvant des latte. L’autre moitié, à parler balance des couleurs* à Bob, mon imprimeur. Et puis parfois, je m’échappe pour aller voir mes copines et boire un café**.

Hier, je me suis offert une heure et je suis allée voir Yasmin. J’ai tout simplement adoré sa tenue, ses accessoires géniaux (Les lunettes ! La planche de surf autour du cou ! Les bracelets ! Les talons Acne à tomber par terre !). Je sais pas comment elle fait pour être toujours aussi elle-même en étant toujours aussi mode tout en étant toujours aussi pas pareille. Je sais pas ! Je sais pas. Du coup j’ai pensé***, ça doit être astral. D’ailleurs je me suis souvenue de cette photo…

Alors. Il y a un alignement des planètes là ou pas ?

Bref. On a rigolé, on s’est raconté plein de choses, et puis je suis retourner dessiner.

Je me suis dit*** que ce qui est bien quand il fait beau dehors, c’est que même si on peut pas aller boire des cafés en terrasse, le soleil change tellement la vie, l’énergie ambiante et l’humeur des gens que même à l’intérieur on le ressent.

Puis je suis montée sur mon échelle avec mes crayons de couleur, j’ai vu mon dessin prendre forme petit à petit** ****, j’ai mis de la musique, et chanté Phoenix en yaourt pendant des heures. Et je n’ai même pas vu la nuit tomber.

Ah la la, les beaux moments…

————

* les boules.

** le rêve !

*** attention : philosophie cosmique II, le retour.

**** demain, mon but dans la vie : prendre des photos : c’est la première fois que je réalise un dessin plus grand que moi ! Faut que je vous montre ça !