“Pendant dix ans, je disais tous les jours j’arrête demain. On va s’apercevoir que je n’y connais rien. J’ai toujours pensé qu’on finirait par me démasquer”.

Sonia Rykiel. Dans le petit monde coloré de la mode, elle fait partie des gens que je rêvais de rencontrer. Elle représente pour une idée de la femme libre, créative et généreuse. Et ces quelques mots, ce léger décalage, cette timidité feutrée la rendent drôlement mystérieuse…

Je suis à JFK, sur le point de prendre l’avion qui me ramènera à Londres, et je me souviens de ce dernier jour d’août que j’ai passé en compagnie de Sonia. Ça a commencé comme ça : “Bonjour Garance, nous voudrions créer un échange entre votre vision et celle de Sonia Rykiel…”

Donner ma vision de la nouvelle collection, venir au showroom, tout essayer ? Je n’ai pas hésité une seconde. Et comme une enfant à qui l’on a déjà trop donné, j’ai demandé : “Et Sonia, elle sera là ?”

Quelques jours après, j’ai eu ma réponse. Sonia serait là. YIAAAAAAAAHHH. Le stress.

Dans quoi je m’étais fourrée encore. Et si Sonia me trouvais chiante ? Si elle détestait les tenues que j’avais imaginé ? Et si le courant passait pas ? Et si, et si…

Pour les moments de stress intense comme ça, je n’ai trouvé qu’une solution : ne pas y penser jusqu’au dernier moment. À vrai dire, ça marche moyen. Alors j’ai aussi une autre solution :

M’entourer.

On est donc parties avec Claire et Jade, qui m’ont aidé sur les photos et le stylisme, et la belle Diane. Avec ma petite équipe, je me suis tout de suite sentie rassurée. On avait tout prévu, jusqu’au chocolat au cas où je m’évanouirais. Le truc en plus, c’est que quand j’ai une équipe avec moi, je me sens responsable. Et quand on est responsable, on a pas le droit de flipper. Au contraire ! On doit rassurer ceux qui nous entourent.

Je suis donc arrivée à Saint Germain des Prés, chez Sonia avec une grande confiance en moi… Mais alors, complètement bricolée à coup de méthode Coué.

Quand elle est arrivée dans son studio, pendant 1 seconde, le temps s’est suspendu. Fragile et énergique à la fois, elle a prit place parmi nous et s’est mise à nous parler. À toutes nous tutoyer. À regarder les vêtement, à les toucher. À virevolter.

Je lui ai montré la première tenue. Elle a levé un sourcil, a porté sa main au décolleté de Diane et a défait un bouton. Ça m’a fait beaucoup rire. Puis Nathalie, sa fille, est arrivée, puis Salomé sa petite fille, qui prenait des photo de tout ce qu’elle voyait. Un joyeux bordel, un peu comme dans ses défilés, s’est installé.

Puis on a parlé pompons, puis elle nous a lu de la poésie, et puis ses équipes créatives sont venues se rajouter à tout ça, et on a pu la regarder travailler avec passion sur sa prochaine collection.

Diane, Jade, Claire et moi on était vachement émues, quand même. On a mangé tout le chocolat.

Au moment de lui dire au revoir, quand je lui ai pris les mains pour la remercier, elle m’a dit tout simplement : “Tu reviens quand tu veux.”

Ouais. Voilà. Excusez-moi. Laissez passer, je suis la nouvelle BF de Sonia, là. Ouais. Une seconde de plus et elle me donnait sa ligne directe et m’invitait à boire le thé. je vous le dis moi.

Et sinon ces Creepers à diamants, vous en pensez quoi ? Celles que porte Diane sur la première photo… Elles sont pas trop démentes ? Trop bizarrement géniales ? Vous croyez que ça m’irait ? Pour accompagner le retour du plat, ce serait bien, non ? Pour être chic et pratique à la fashion week ? Non ? Je crois que je les veux.

Allôôôôoooooo, Soniaaaaaaaaa ?

—————-

Tous les looks et d’autres photos apparaîtront sur le blog Rykielles pendant une durée de trois semaines, mais il y a plein d’autres choses intéressantes à y voir, des archives, des news, des vidéos, et une jolie leçon de mystère…