Tenue inspirée par le défilé Céline

Alors dimanche, j’avais un shooting. On avait tous rendez-vous au petit matin chez moi. Mannequins, assistants, et aussi la télé, parce que la télé me suit depuis environ trois semaines. Ça fait beaucoup de monde dans mon salon, et pas mal d’inconnus. On étais tous là, à boire du café et à dévorer d’énormes pains au chocolat en attendant de sortir shooter.

Avant que tout le monde n’arrive, j’avais fait du rangement. En ce moment, j’ai besoin de changement, alors je jette. Je vide mes placards, je retrouve des trucs, je les jette, comme par exemple ce Rabbit (oui, vous avez bien entendu, un Rabbit, comme celui de Charlotte dans Sex & The City) tout rose très, très, très embarrassant, très technologique avec des trucs qui bougent dans tous les sens et surtout très inutile. Et que j’essaye de dissimuler par tous les moyens à ma femme de ménage depuis que mes copines me l’ont offert un jour de grand délire Sex & The City et “aucune femme ne devrait vivre sans son Rabbit”. Ouais.

Comme je suis plus abscisse qu’ordonnée, je mets tout dans un grand sac poubelle que j’entrepose dans l’entrée pour la prochaine fois que je descendrai de chez moi.

On mange donc d’énormes pains au chocolat, on boit des cafés en racontant des blagues, et puis on se prépare à sortir. Le technicien son me dit d’attendre trois minutes, qu’il va me mettre mon micro. Il va chercher ses affaires dans l’entrée.

Vous la voyez arriver, la chute ?

Ouais.

Si, si.

J’entends un cri partir de l’entrée :

Heeeeey !!! Qu’est ce qui se passe ! IL Y A UNE POUBELLE QUI VIBRE, ICI !

Oh mon dieu. Mon Rabbit, mécontent de se voir jeté comme une vieille chaussette, venait de se rebeller. Et il vibrait, à puissance tellement maxi orgasmique, que ma poubelle en faisait des bonds de joie dans l’entrée.

Qu’est ce que vous vouliez que je fasse ?

J’ai explosé de rire.

Et voilà comment je me suis retrouvée à expliquer, à 12 personnes que je ne connaissais pas, ce qui se passait dans ma poubelle : exactement ce que je viens de vous raconter là.

Si j’ai rougi ? Mais noooooooooon !!!