Las Vegas ! Ses casinos, ses hordes de touristes en quête de sensations, ses mariées et ses hôtels qui sont plus grands que des villes. Oh la la. On a passé un week-end là bas, un peu perdus dans l’immensité du truc. D’autant plus que les machines à sous me gonflent, et que tout est fait pour qu’on perde la notion du jour et de la nuit. Dans notre chambre, la lumière était filtrée de telle façon qu’on se serait cru continuellement au point du jour. Sortir était compliqué, car tout se passe à l’intérieur, dans une température idéale et constante qui t’assèche la gorge.

Et pourtant, il faisait un temps magnifique dehors. Non mais c’est quoi ce délire ? Fallait que je sorte.

Quand on nous a dit qu’il y avait un rodéo, j’ai poussé un cri de joie. J’ai toujours rêvé d’être une cowgirl.  Une cowgirl sans foi ni loi, et avec une belle boucle de ceinture.

On est arrivés au moment où les enfants se préparaient pour leur course de woolwranglers. Trop petits pour grimper sur les taureaux, il commencent avec des moutons. Ils développent leur agilité, apprennent à faire face à leurs peurs, mais surtout, ils apprennent la chose la plus importante pour un cowboy : le swagger.

Le swagger, c’est l’attitude. Un cowboy ne pleure jamais, il ne connaît pas la peur. Enfin bon. Il ne la montre pas, quoi. Ça se traduit dans la façon de bouger, et de s’habiller.

Cowboy qui n’a pas peur.

Boots de cowboy qui n’a pas peur. ELLES SONT PAS TROP BELLES ?

Swagger du cowboy kid qui vient juste de dompter un mouton. J’ADORE !!!

Swagger dans la posture, avec le chaps, et le jean Wrangler, le must pour un cowboy. JE VEUX UN JEAN WRANGLER !

Non mais vous voyez, qu’est ce que je vous disait. Être une cowgirl, c’est le meilleur moyen pour s’entourer de mecs virils au petits soins. M’étonne pas que j’ai flashé sur le dernier défilé D&G en fait. YEAH ! VIVE LAS VEGAS !!! Enfin bon, la prochaine fois j’irai direct au Texas.