Tenue insirée par le défilé Isabel Marant SS2010

De retour à Paris, me voilà revenue à mes questions existentielles. Je me disais, toutes les fringues ne nous veulent pas du bien. Tiens, regardez. Prenons mon jean slim taille basse. En théorie, je l’adore.

Et en pratique aussi, pendant les cinq premières minutes ou je le mets. Où je pars de chez moi, telle une femme heureuse et accomplie, cheveux au vent. Heureuse, jusqu’à ce que je sente mon jean glisser lentement le long de mes jambes, un peu à chaque pas. Arrêt net du vent dans mes cheveux. Et meeeerde, j’avais oublié. Pas besoin de regarder, je sais très bien ce qui est en train de se passer : dans deux secondes, la ceinture du jean sera à mi-fesses et l’entrejambes à mi-cuisses. Le jean taille basse, ça tombe, ça glisse, ça reste pas en place.

Et c’est là que commence la danse qui va rythmer toute ma journée sans que je m’en rende compte, LE REMONTAGE DE JEAN. Il s’agit de l’empoigner des deux côtés, et là, wooooooh ! de tirer un grand coup dessus pour le remonter bien haut, plier puis allonger les jambes en un mouvement stupéfiant de grâce et dans les grands jours remuer les fesses pour qu’il reprenne bien sa place initiale.

LA CLASSE. LE REMONTAGE DE JEAN TAILLE BASSE, C’EST LA CLASSE.

Et ne croyez pas vous en sortir en attendant un moment ou personne ne vous regarde. Il y a TOUJOURS quelqu’un qui vous regarde. Même si c’est vous-même. C’est comme ça que j’ai croisé mon propre reflet, la dernière fois, en plein remontage discret-quand-tout-le-monde-avait-le-dos-tourné. Et eu un moment d’effroi. Le remontage de jean taille basse, c’est pas joli-joli.

Cherchez pas, j’ai essayé avec une ceinture, c’est pareil, la ceinture c’est encore pire, c’est comme un lest qui l’attire encore plus bas vers le bas. Si j’ai essayé les tailles hautes ? Bien sûr ! J’en rêve la nuit des tailles hautes tellement je trouva ça beau. Mais non, rien à faire, ça me va pas.

J’ai déjà banni les collants qui tiennent-tout-seuls (mon oeil, tu passe ta soirée à les remonter) les bustiers-pas-parfaitement-ajustés (aaaaah, très classe le replacement de poitrine en plein milieu de dîner.)(Le faire discret ? Mais puisque je vous dit qu’il y a TOUJOURS quelqu’un qui regarde.) les cuissardes (les cuissardes c’est simple, soit tu passes ta vie à les remonter, soit t’en a toujours une plus haute que l’autre. Et puis sur les collants, ça glisse !) et là du coup je me demande, ce jean lui aussi serait-il une entrave sur mon chemin vers le bonheur, l’accomplissement et les cheveux dans le vent ?

Ce jean, devrais-je le bannir de ma garde-robe ?

Bah, je sais pas, être de retour chez moi ça me rend beaucoup trop compliquée. Allez, puisque c’est comme ça, je file à Madrid ! Bonne journée !