Les espagnols sont dingues. Ils ne pensent qu’à faire la fête. Longtemps, tard. Et bien !

Ça faisait longtemps que je n’avais pas passé une soirée comme ça. La dernière fois, on nous a amenés au Cock*, un grand bar tout simple où tout le monde se mélange et se marre en buvant des coups. J’y ai rencontré une fille du Vogue Espana**, une créatrice de bijoux, un avocat, une mère de famille, un artiste maudit et puis après je me rappelle plus parce que… Pfff, trop morte de rire à raconter des conneries avec le premier venu en essayant de monter sur les tables.

Bref, hier matin j’ai eu ma première panne d’oreiller depuis 1956, et ça, n’empêche, moi je dis***, ça c’est le genre de trucs qui m’arrive en Espagne.

Puis j’ai fini par mettre le nez dehors. Il faisait un temps splendide, et sur la place de la Chueca, j’ai croisé Bimba. On a bavardé et là j’ai regretté de devoir prendre un avion quelques heures après. Elle est marrante, Bimba. Mannequin, puis chanteuse, (allez écouter le morceau Beauty in Vogue, il est coooool) nièce de torero, maman, couverte de tatouages hallucinants, j’aurais bien aimé avoir un plus de temps pour la découvrir.

Mais il était déjà temps de repartir. Barceloooooonaaaaaaaa, que tal**** ?

———–

* Oui, non, mais je sais, nous aussi on a passé la soirée à faire des blagues vaseuses sur le sujet. How far is the Cock ?

** Mais merde elle est où la jota sur mon clavier ?

*** Quand je dis ‘moi je dis’ c’est signe de lendemain de fête, moi je dis. Et quand je dis je dis.

**** Rooooh la la, le vieux truc de touriste qui ne sait dire que trois mots en espagnol. Ça tal bien, merci !

PS : merci pour toutes vos adresses à Madrid, vous êtes des anges et ça m’a bien aidé, même si, pfffffffff… J’ai pas eu le temps d’en faire la moitié. Moi je dis, les voyages devraient toujours durer plus longtemps. Le temps de se faire des amis, de se perdre dans les rues, de se perdre devant la beauté d’un tableau, de faire la fête, de récupérer, et de recommencer, de s’assoir à un café, de regarder les gens passer, et même de s’ennuyer. Et quand je dis… Je dis ! Bonne journée !