Suite —>

Dimanche, 20h45 : Je suis devant l’Espace Pierre Cardin. Toutes mes robes de soirées et mes fringues préférées sont perdues à jamais et j’ai plus rien à me mettre du tout, mais j’m'en fous, j’assure à la Jane Birkin style avec ma chemise blanche de 82. Tiens, même que j’aurais dû prendre un panier pour finir mon look. Et hop, je trouve même des boucles d’oreilles dans mes poches. Pffff. Trop. Classe.

20h46 : N’empêche, j’ose pas trop rentrer toute seule. Je fais semblant d’envoyer des textos. Je me remets une couche de lipstick.

20h46 : Vanessa Seward passe devant moi. Sur son beau visage, une résille sertie de diamants. Et avec elle, en cape de soirée, Bertrand Burgalat.

20h47 : Camille Bidault passe devant moi, avec un grand chapeau et une fourrure sublime.

20h48 : Ludivine Sagnier passe devant moi avec une robe pleine de froufrous et un mec sublime.

20h49 : Dita Von Teese passe devant moi avec une robe Dolce à pois et elle est sublime.

20h50 : Anna Mouglalis passe devant moi en Chanel et Karl Lagerfeld, autrement dit l’accessoire ultime.

20h51 : Pffffff.

20h51 : Texto : “SOPHIE TU M’AVAIS DIT QU’IL FALLAIT PAS SE STRESSER POUR CE GENRE DE SOIRÉE ?!!!”

20h51 : Texto, Sophie : “J’arrive.”

20h51 : Texto, Sophie : “Moi je suis déguisée en Petite Maison Dans La Prairie. Si on a l’air con on sera deux.”

20h51 : Texto, Sophie : “Je suis là.”

20h52 : Sophie est effectivement en Petite Maison Dans La Prairie, mais version Vogue Italie. Je m’accroche à elle en rigolant et là Amira Casar passe devant moi. Elles se disent bonsoir. Cooool ! Amira Casar pour moi c’est une déesse. Je la trouve sublime, stylée, audacieuse et j’adore sa voix. Elle me fait un grand sourire et me dit qu’elle aime bien ma veste. Héhé.

21h : Je suis en grande conversation avec Clothilde Coureau sur l’avenir de la femme. Elle est drôlement cool ! En plus, elle me dit du bien de ma veste. Dans mes bras.

21h10 : Babeth Djian m’accueille, elle est très souriante mais stressée. Même pas un regard à mon Rouge Monop’.

21h49 : Non, non, je veux rien mettre au vestiaire, pourquoi ? M’en fout qu’il fasse chaud. Tout le monde aime ma veste. Je ne l’enlève sous AUCUN prétexte. Et je remets du rouge.

21h56 : La salle est illuminée à la bougie et il n’y a pas de clim. J’ai chaud.

21h57 : J’ai chaud.

21h58 : J’ai chaud.

21h59 : Je regarde autour de moi pour voir si personne n’a une chemise plus blanche que la mienne. Puis, attention, roulements de tambour… J’enlève ma veste.

21h59 : Personne me calcule.

22h00 : COOL ! Personne me calcule !!!

22h01 : Non mais vraiment, personne ne me calcule. Mais alors. J’aurais pu arriver un jog ou quoi ?

22h01 : Sophie : “Bah puisque je te l’avais dit !!! Surtout, jamais se prendre la tête pour un truc comme ça.”

Bah voilà. Désolée de vous décevoir, mais ce qui s’est passé, c’est que c’est la vraie vie : J’ai ni gagné le prix de la fille la mieux habillée de la soirée, ni été conspuée par des fashionistas hystériques. Ce qui s’est passé, en fait, c’est RIEN.

Et c’est ça qui est bien !

Conclusion : Ne jamais se prendre la tête. Ne jamais annuler une soirée pour des histoires à la con. Ne jamais se prendre au sérieux. Appeler Sophie Fontanel pour toute question people ou fashion. Toujours laisser un bon basique au fond de son armoire. ET TOUJOURS AVOIR AVEC SOI UN BON ROUGE À LÈVRES, c’est bon pour la confiance en soi, c’est Gwyneth qui l’a dit (merci Dana) :

Beauty, to me, is about being comfortable in your own skin. That, or a kick-ass red lipstick.

Yeah.

——

PS : C’est bien de raconter n’importe quoi, mais c’est important de dire aussi que ce gala était une soirée de soutien pour la fondation OTM, qui s’occupe, entre autres, de construire des écoles au Rwanda. Merci Babeth.