Histoires

Made In Paris

J’ai longtemps habité dans le Sud. Il faisait beau, j’étais jeune, j’étais amoureuse, j’avais un scooter, des amies géniales, c’était bien. Je dévorais tous les magazines, j’adorais la mode, mais je m’en sentais un peu loin, quand même.

Il faut dire, le simple fait de me balader en talons en pleine journée faisait se retourner les gens. Soudain les garçons se sentaient autorisés à me siffler. Ça refroidit un peu. Du coup j’avais appris à m’habiller relativement sobre, juste pour ne pas me faire emmerder. Je ne m’en sentais pas moins l’une des filles les plus fashion du coin, et je cherchais avec avidité des copines de style, des boutiques qui m’excitent, des filles qui m’inspirent.

Le jour où je me suis installée à Paris, ça a été un vrai choc. Pourtant je venais hyper souvent avant… Mais y vivre, ça n’a rien à voir. Soudain, moi qui me sentais plutôt à l’aise avec mon style, je me suis pris mon “une des filles les plus fashion du coin” dans la gueule. Ça m’apprendra, tiens.

Je rencontrais des filles au style impec, cool, osé, différent. Des filles avec des looks de rêve, des filles hyper débrouillardes qui se trouvaient des YSL au prix du Zara, des filles hyper féminines qui ne se posaient pas une seconde la question de “mais qu’est ce qu’on va penser de moi” ?

Pendant quelques mois, je me suis vraiment sentie comme un brouillon de fille. Mais quand on aime la mode, on apprend vite…

Et aujourd’hui, alors que ça me semble évident de sortir de chez moi avec des talons de 12cm, un bustier en pleine journée ou même une chemise en guise de robe, et que ça ne fasse même pas lever le sourcil de mon marchand de journaux, je me souviens et je me demande…

Est-ce que les choses ont changé ? Elle se vit comment, la mode, quand on vit loin des capitales de la mode ?


Vous devriez également aimer

  • My Miu Miu!
    Style
    My Miu Miu!
  • Editor’s Letter #4
    Histoires
    Editor’s...
  • Transition
    Style
    Transition
  • Socks + Heels
    Style
    Socks + Heels

307 comments

Ajouter le votre
  • Ricola 1 décembre 2009, 8:11 / Répondre

    Je vous aime, et ton site en plus. Vos dessins sont incroyable, merci pour ceux.

  • Soren Lorensen 1 décembre 2009, 8:12 / Répondre

    hey there cow girl!

    this is charming

    (as always)

  • Peter 1 décembre 2009, 8:13 / Répondre

    I always wonder, what did you do pre-blog? What did you do when you were living glamorously in the South of France and what prompted your move to Paris? I’d love a mini-autobiography.

  • laure 1 décembre 2009, 8:13 / Répondre

    Mon premier message tout court, ton premier message Made in Paris. Quand je sors de chez moi en talon de 12 cm en plein jour ou en blazer a paillettes je me dis, tiens je me sens a Paris aujourd’hui…Voila comment on vit la mode loin de sa capitale. On l’ose et on se croit Made in Paris!

  • Garance 1 décembre 2009, 8:15 / Répondre

    Ricola : Merci ! :-)

    Soren : Thanks !

    Peter : I was doing lots of things like being an illustrator and making music… And… That’s a long story, I’ll try to make a post about it !

  • Marie 1 décembre 2009, 8:15 / Répondre

    Elle se vit difficilement. J’ai grandi dans une petite ville (où il arrive encore de croiser le fameux trio air max chaussettes blanches sur jogging lacoste) et la mode là bas ça reste dans les magazines. dans les magasins en revanche, impossible de trouver quoi que ce soit…
    Alors les gens de chez moi “montent à la capitale” et reviennent avec des fringues qui font se retourner les passants. Non, rien n’a changé : )

  • Cassandra 1 décembre 2009, 8:16 / Répondre

    I started to feel similarly when I went to university. It took me so long to adjust to the ‘mode’ of dressing (read: casual, ad nauseam), as most people wore jeans and t-shirts, while I wore small heels and dresses…

    Cassandra

  • Garance 1 décembre 2009, 8:16 / Répondre

    Laure : Qu’un truc à dire : bravo ! :-)

    Marie : Je me disais qu’avec Internet les choses allaient évoluer, non ?

    Cassandra : My University was the most hippy place ever. Fashion ? How superficial ;-)

  • Laetitia 1 décembre 2009, 8:17 / Répondre

    A Nantes, il n’y a pas ou très peu de mode… Je le vis assez mal car depuis que je vis ici je suis constamment en train de me dire “mais si je mets ça les gens vont mal me regarder??” et c’est vrai! dès que tu oses quelque chose qui n’est pas encore ancré dans leur cerveau tu passes tout de suite pour une folle dingue (Cf mes peep toes sandro en croco et talon bois… ma collègue de travail m’en parle encore…)
    Rahlala “douce France”…

  • Singa Pura 1 décembre 2009, 8:17

    @Leatitia: Moi aussi j’ai vecu a nantes et ressenti la meme chose. Mais ce qui est top en province, c’est que pdt les soldes tu te gaves!! Il y a bp de choses en magasins que les gens osent pas et qui sont bradees a la fin. cz Comptoir a nantes je me suis trouve leur fameux trench en violet a 50euros, car violet la bas, c’est ose! lol
    Et puis y a des friperies de luxe top aussi, a cote de la place Graslin ;-))

    A Singap, les nanas mettent un haut en pseudo satin de soie, une pencil skirt noir et se voila la mode… autant dire que je suis en manque!!! L’absence de saison ( car c’est au niveau de l equateur), veut aussi dire absence de collection et du besoin de renouveler sa garde robe…LOURD!!!!
    VIVE LA REPUBLIQUE, VIVE LA FRANCE!! LOL

  • Ninee 1 décembre 2009, 8:18 / Répondre

    Cette question me touche beaucoup… J’ai eu la même expérience dans le Sud de la France et aux US loin d’une grande ville.
    Je suppose qu’on vit la mode plus personnellement, intimement et moins par identification que dans une grande capitale où les exemples de filles stylées (parfois trop stylées/clonées à mon goût) sont légion. Le meilleur exemple répondant à ta question, je trouve, est Jane Aldridge qui vit la mode majestueusement dans sa petite ville du Texas! ;)

  • maya 1 décembre 2009, 8:20 / Répondre

    I live in a Mediterranean country too and yes, i rise many eyebrows when I pass by, not always in admiration, more like: “ergh… what’s gotten into her wearing that ?!??”..
    But with time i learnt to ignore and wear what I LIKE regardless of any “fashionista-fofolle” label people will give me.
    “La vie est un diamant brut que l’on doit tailler tous les jours pour briller” Jean-paul Goude once said ;)
    Cheers!

  • Peter 1 décembre 2009, 8:20 / Répondre

    Yes I would love that! You know we’re waiting for Garance, the Book! haha

  • Garance 1 décembre 2009, 8:21 / Répondre

    Laetitia : Je me demande si c’est pas encore plus vrai en France qu’ailleurs… C’est un pays tellement centralisé ! Toutes les routes mènent à Paris, un peu trop parfois, non ?

    Ninee : Oui ! Elle est hallucinante Jane… Et c’est exactement pour ça que je parlais d’Internet et que je demandais si les choses avaient changé :-)

  • Aza 1 décembre 2009, 8:23 / Répondre

    Eh oui, malheureusement, nous les petites “fashionistas” de province, on est toujours un peu à l’écart des dernières tendances, et on n’peut pas se permettre grand-chose. Déjà, les talons, on oublie, alors un bustier n’en parlons-pas ^^

    Paris doit vraiment être une ville merveilleuse!

    Bonne journée Garance!

  • Shannen 1 décembre 2009, 8:24 / Répondre

    Awww I love this post…one of my favorites yet simply because of your delightful content. You so easily make us all feel like we’re your best friends….umm we are.. right?? ;)

    I need to get out of my South of France and into my Paris for the same reason you talk of here! Tired of people asking why I’m dressing up when I’m hardly trying. Somebody hire me outside of this bubbled culture lacking in fashion risks and triumphs!

  • Garance 1 décembre 2009, 8:24 / Répondre

    Aza : À part le fait qu’il pleut non-stop depuis deux semaine, oui, c’est très chouette !! :-)

  • Nabila 1 décembre 2009, 8:27 / Répondre

    This is a nice piece of writing :)

    I feel the same way about big cities like London, Milan and Paris – it warrants everyone to wear anything. But even in Melbourne where I live, people are very individualistic in their dressing (well, some of them anyway).

    Though I still don’t know anyone who could find YSL at Zara prices (really!!!!??) ;)

    Bisous!

  • Meredith 1 décembre 2009, 8:31 / Répondre

    Ooooo I would also love the chance to read a little mini-biography about your life! bisoux!

  • Nadia Simple & Funky 1 décembre 2009, 8:32 / Répondre

    Franchement, moi qui vis en Belgique (et qui ai vécu à Paris avant), je peux te dire que les regards des gens sont toujours là, toujours en train de juger, toujours bien premier degré. Ils en viennent presque à conditionner le peu d’audacieux, qui se décourage vite à force de faire tourner des têtes et de captiver le regard des enfants…Eh oui, à Bruxelles, mettre des talons de 12 la journée, c’est du nonsense, les rues sont pavées…Ici, les gens n’aiment pas trop ceux qui se font remarquer…

    Bisous!

  • Frog in China 1 décembre 2009, 8:34 / Répondre

    J’habite dans une grande capitale chinoise … et pourtant des que je trouve une petite piece francaise (made in China) tombee du camion dans une mini semblant de boutique, … cela fait du bien de se sentir a Paris juste 2 secondes … le marchand de journaux lui ne comprend rien : )
    Merci pour ton blog …

  • Ingrid 1 décembre 2009, 8:34

    @Frog in China

    Moi aussi je vis dans une grande capitale chinoise, Shanghai…

    On pourrait créer un fan club garance doré et s’échanger nos bonnes adresses….

    :-)

  • Coco 1 décembre 2009, 8:35 / Répondre

    Marrant, ancienne provinciale et nouvelle parisienne (s’il faut vraiment se définir), j’ai toujours porté ce qui me plaisait de manière plus ou moins excentrique (selon le budget et les envies qui évoluent), et la seule différence pour moi…c’est qu’on est + jugé et regardé à Paris justement!

  • Anne ChicAndGeek 1 décembre 2009, 8:35 / Répondre

    Bonjour Garance !!!
    Comme je comprends ce que tu racontes… petite campagnarde devenue parisienne.
    Mais est-ce uniquement la ville ?
    Le fait de grandir, de murir, de viellir ne nous a-t-il par rendues aussi plus… aptes à assumer une extravagance qui était déjà là comme il embourgeoise d’autres dans de la soie Hermes ?
    Et puis vois-tu, même à Paris, la question ressurgit parfois :
    J’ai passé la journée d’hier à me demander où se situait la limite entre l’élégance extravagante, hardie… et le ridicule ;)
    Et surtout de quel côté de cette frontière ténue se trouvaient ces bottes :
    http://www.chicandgeek.com/mode/58m-un-amour-de-cuissardes/
    Si tu as une minute, j’aimerais bien savoir ce que tu en dis…
    Je suis monomaniaque pardon, je ne pense qu’à elles et je me demande…
    Enfin je ne pensais qu’à elles jusqu’à ce que je vois ton dessin et ce chapeau !!! OMG.
    Une inspiration quelconque ou bien il n’existe qu’au bout de ton crayon magique ?
    Bisous et merci
    Anne

  • Sputnik Sweetheart 1 décembre 2009, 8:37 / Répondre

    “But when you love fashion, you learn quick.” love this quote Garance :)

  • Anne ChicAndGeek 1 décembre 2009, 8:38 / Répondre

    PS : note que je ne suis pas contre de la soie Hermes oh la la au contraire… disons qu’il y a plusieurs façons de nouer un foulard :)

  • Modeuse Boudeuse 1 décembre 2009, 8:38 / Répondre

    Que tu nous (te) poses la question montre que tu n’es pas déconnectée avec ton lectorat, et c’est ce que j’aime chez toi. Pourtant, ça serait tellement facile, avec toutes les belles expériences que tu vis, les beautifuls peoples que tu cotoies, Paris, Milan New York …
    Vivre la mode loin de Paris, et en plus à la campagne, c’est un challenge de tous les jours !
    Du coup même si je suis loin d’être une icone du style, j’ai souvent l’impression d’être considérée comme telle par les gens qui m’entourent et pour qui la mode est une langue étrangère, qui plus est inutile. C’est l’avantage de la situation !!! On a les petites satisfactions qu’on peut, hein …
    Bonne journée et gros bisous !

  • no&me 1 décembre 2009, 8:40 / Répondre

    AH la la mais qu’il est beau ce dessin ! la mèche sur l’oeil … j’adore.
    Tu nous gâtes en ce moment, et moi je ne refuse pas les cadeaux, alors, je prends :-) mon nouveau fond d’écran !

    Je n’ai que très peu de temps pour exprimer mon opinion sur le post du jour alors je vais faire court : tout à fait sur la même longueur d’onde que toi, ma jeunesse en province, la mode dans les petites villes, ma grande claque à mon arrivée ici, à Panam, et en même temps une grande bouffée d’air ! ( en plus, quand je suis arrivée ici pour mes études, j’habitais rue Montorgueil ) avec Barbara Bui à 20 m, Comme des Garçons à 30, etc etc …
    Bref, Paris, la mode, les jeunes filles sapées à la mort ou au contraire pas du tout, la province, aujourd’hui, j’ai le sentiment que tout ça, c’est dans l’air du temps, c’est passé dans les moeurs … même si malgré tout, et c’est ce qui fait la magie de Paris, capitale de la mode, un gap reste entre le style parisien et le reste du pays.
    Bisettes et bonne journée !

  • Random Fashion Coolness 1 décembre 2009, 8:41 / Répondre

    J’habite une assez grand-ville mais dans un lieu assez fermé. Un jour deux femmes sont sorties d’une pharmacie pour se rire de mes collants colorés! Ce n’était rien de “différent” mais elles ne pouvaient pas les entendre. Une des elles m’a crié, “qu’est-ce que tu portes?” Est-ce que tu t’es habillée dans le noir?” Quelques jours c’est une monde différente !

  • may s. 1 décembre 2009, 8:43 / Répondre

    C’est super sympa le “vous envoyez vos commentaires trop rapidmeent calmez vous”.
    Ca m’a calmée et je n’ai même pas envie de réécrire mon commentaire….

  • SIMONA 1 décembre 2009, 8:44 / Répondre

    LOVE, LOVE !!! felt pretty much the same , still sometimes do!

  • Aurore 1 décembre 2009, 8:46 / Répondre

    Bon j’ai écris un commentaire énorme et wordpress m’a dit, sèchement, “vous envoyez vos commentaires trop rapidement, calmez-vous”. Hééé hooo doucement hein. Bon… En gros je voulais dire que je me sens à l’aise en talons + robe pour aller chercher mon pain, que ça passe moyen dans ma campagne et mieux en ville où il y a plus de filles “comme moi” et c’est agréable de s’y sentir bien et d’avoir des potentielles copines de style à quelques coins de rue!

  • Coline 1 décembre 2009, 8:46 / Répondre

    C’est une belle question que tu soulèves. J’ai vécu dans une ville relativement grande durant des années avant de venir vivre dans une manifeste petite ville ou les gens sont concrètement “à côté de la plaque” ( mais pas tous, heureusement).
    Ici il n’y a pas de mode, les gens ne savent pas ce que c’est, connaissent à peine Zara et H&M et quant à Comptoir des Cotonniers, n’en parlons meme pas.
    Etre différent ici a un côté dérangeant et excitant à la fois. Mais j’avoue que parfois, la “civilisation” me manque :)

  • Garance 1 décembre 2009, 8:48 / Répondre

    Désolée pour le WordPress qui vous insulte !!! J’ai changé de serveur ce week-end et il y a encore plein d’ajustements à faire… Merci pour votre patience… Et pour vos coms !!!

  • Dina 1 décembre 2009, 8:48 / Répondre

    what gives breath to fashion? not going overboard, but still having fun, dressing up a little, but not too much, picking a character, but not turning into a venice maskarade.

    in my opinion, change is what gives breath to fashion, when you don’t live in a fashion capital.

  • hélène 1 décembre 2009, 8:52 / Répondre

    A Nantes en tout cas, c’est libre mais on ne voit pas de filles très originales. Quand je vois des looks comme ceux de Betty, Adeline Rapon ou encore PunkyB, je rêverais de voir ça à Nantes et pouvoir porter ça sans que des regards bizares viennent se poser sur ses belles fringues. Mais certaines filles osent, et sont habillées “made in Paris” à Nantes (surtout à la FAC, qui est très libre niveau fringues).
    Toujours aussi bien ton blog, un vrai plaisir d’y venir!

  • Milèna 1 décembre 2009, 8:53 / Répondre

    Je reviens juste d’un weekend express à Londres et quand j’ai préparer difficilement ma valise (quelle paire de chaussure, robe, choisir pour un tout petit sac comme celui là ?) j’ai eue l’impression de me déguiser, car habitant depuis peu à Rennes, tu ne peux pas vraiment mettre une mini robe en cuir bustier pour sortir un samedi soir, se serait trop oser voyons!

    Petites villes = anti personnalité, tout le monde s’habille pareil malheuresement…

  • Sophie 1 décembre 2009, 8:53

    Garance,
    Je profite de ton blog pour lier connaissance avec mes nouvelles compatriotes.
    @ Milèna, je suis à Rennes depuis à peine un mois et pas de copines fashions à l’horizon… bref, si tu acceptes de me donner quelques bons plans rennais autour d’un café. Avis aux autres bretonnes ! Merci.

  • Pauline à Stockholm 1 décembre 2009, 9:00 / Répondre

    Avant de vivre entre Paris et Stockholm (2 capitales très fashion!!) je vivais aussi dans le sud de la France, ce qu’il manquait parfois c’était l’inspiration mais il n’était pas impossible d’être mode, notamment grâce à internet… Bon après c’est sûr, on ose moins en province qu’à Paris mais c’est agréable de voir les gens se retourner sur un look parfois non?!

  • Nadine 1 décembre 2009, 9:01 / Répondre

    Lovely story. And I’m reading it in English, so I have to compliment Tim, too.

  • Olivia (à Paris) 1 décembre 2009, 9:04 / Répondre

    Ben tu vois, mi je vis juste à côté de Paris, tellement à côté que je vois la tour Eiffel de mon salon. Ben hier je me suis acheté les chaussures rouges h&m multibrides et ce matin les mamans qui accompagnaient leurs gamins à l’école, quand j’ai accompagné les miennes, elles sont failli s’étouffer, te regardent des pieds à la tête. Ou si je mets un serre têtes avec des noeuds ou des fleurs, ça y est la folle du village est sortie. C’est vraiment très pesant et bien français ça. Je rêve de vivre à Londres où personne ne me jugerait. Mais à 27 ans, j’ai envie de m’amuser avec la mode, même si j’ai deux enfants. Non mais!:)
    Bises!

  • Elise 1 décembre 2009, 9:05 / Répondre

    This is a very honest post actually.

    I think most women (and more and more men) are realizing that everyone else thinks and worries the same things about their appearance, and even more so today with a heightened awareness to one’s sense of style (not necessarily “just” fashion).

    Thank you Garance, for reminding us that even you (!) have had such moments.

    xo.

  • gui 1 décembre 2009, 9:06 / Répondre

    Oooooh j’aime ce billet!!! ….elle ne se vit pas, elle se suicide. A Beyrouth du moins. We F*** la mode, à trop vouloir être à la mode on passe à coté. Tout le monde s’habille de la même façon, “à la mode” mais too much et sans aucun taste personnel. Même quand une fille s’habille “simple”, jeans-t shirt blanc-high heels à beyrouth, on sent un truc fake et je n’ai jamais pu deviner ce que c’était, j’ai bon regardé, inspecté, je ne trouve pas. Je crois que c’est un attitude qui gâche tout, celle qui clame JE suis à la mode, tue la mode. Bonne journée everyone!!

  • Life of A French Fashionista in Milano 1 décembre 2009, 9:08 / Répondre

    Magnifique illustration, ça fait longtemps que je reve d’une capeline à la Faye Dunaway, c’est tellement chic…en revanche bien qu’ayant toujours habité à Paris, j’ai un peu peur que ça fasse too much quand même. Et je crois que même à Paris, les gens se retourneront.

    En fait je trouve que Paris n’est pas la ville la plus téméraire qui soit en matière d’excentricité, (un truc très français qui consiste à mépriser tout se qui se démarque trop) et si l’on compare au niveau international: Londres, New-York ou San Francisco sont beaucoup plus ouvertes à ce niveau. Je trouve.

    Garance, qu’en pense-tu, toi qui voyage beaucoup?

  • léna 1 décembre 2009, 9:08 / Répondre

    Nice, ville de la vulgarité … la mode y est redéfinie … pour mon plus grand malheur.

  • Soshopping 1 décembre 2009, 9:09 / Répondre

    Parisienne depuis toujours, j’ai parfois senti en province un regard pas très bienveillant, comme si le simple fait de vivre à Paris était du snobisme, et aimer les vêtements encore plus…

  • Volga 1 décembre 2009, 9:12 / Répondre

    Garance,
    exactly to the point. What is left for us – living in the surburbs.
    In my city a good looking woman is dressed in good boots, perfect jeans, white shirt and a blazer.
    No, it is OK, it looks perfect, but I never wear this combination, because there are already enough women in blazers, jeans and boots and white shirts. My outfits causes sometimes looks, or no compliments, while I feel “one of the best dressed girls on the street” . I have a Stella McCartney for H&M amazing blazer – I never got occasion to wear. Still I never regreted buying it.
    So, time probably didn’t change; in provience we are adapting to the background. No, I wouldn’t put Jimmy Choo’s shoe’s in the office, but stylish “less party look” shoes – yes. And I love fashion and dress me up every day to impress my t-shirt/jeans male collegues.

    Volga

  • Helena 1 décembre 2009, 9:13 / Répondre

    Well I live in the fashion tundra and sometimes it REALLY gets to me especially when I want to wear my Comme twisted coat and people will stare! But mostly I try to disregard the fact that no-one here has any imagination or aesthetic curiosity. I adore clothes, I read vogue (since 1987 -LOL), I check out all the streetstyle blogs now available and I go to Paris/London as often as I can. Oh yes and I have a dear stylist friend in NYC who helps me stay ‘fashion sane’ when the dirge I have to see people wearing every day here gets too much.

    Hmmmm maybe I should dig out my margiela all-in-one for today.

  • Puflita 1 décembre 2009, 9:16 / Répondre

    I grew up in a tiny suburb of NYC where Ugg boots and sweatpants were the most common outfit (asdfl;kfa YIKES) and now I’m living in Buenos Aires which isn’t the most fashionable place either, plus guys will find ANY reason to call out to you on the street.
    Because of all of this, I’ve learned to keep my personal style totally casual (heels? hardly ever) but still interesting. I’d like to think a girl can still play with proportions, texture, color and style without it being at all glam. What do you think, G?

  • Estevania 1 décembre 2009, 9:17 / Répondre

    Confirmation que dans le Sud et encore plus a MC, le regard est encore et toujours présent quand tu oses un effet de style… un regard venant de toutes ces demoiselles et dadames stéréotypées avec le dernier logo la ou il faut, mais sans aucun style a proprement parle. Alors oui tu te fais remarquer, et tout comme Modeuse Boudeuse, mes amies me considèrent comme leur icône de style.

  • Diana 1 décembre 2009, 9:22 / Répondre

    E.g your blog is a big influence, if one lives faaaar away from a fashion capital :-))))
    And Scott´s, too, of course.

    Ahh, YSL for Zara price???, She IS surely a really valueable friend ;-)))))

  • Véronique 1 décembre 2009, 9:24 / Répondre

    Garance, les choses n’ont pas changés. J’habite en Suisse dans un petit village dans la montagne alors ….. je vis la même choses que toi dans le sud. A l’exception peut-être que les meilleures magasins se trouve à 2h30 de train …
    C’est pour ça que je me rends le plus possible dans votre magnifique capitale française (où en arrivant j’ai l’impression de n’avoir jamais su m’habiller effectivement).

    Merci pour ce blog, il est génial !

    Salutations.

  • Céline 1 décembre 2009, 9:25 / Répondre

    Après 7 années à Paris j’ai parfois l’impression que je la subis, la mode: je m’envisage pas de sortir sans maquillage et je sors très rarement sans talons.
    Bon pour les talons, mon osteo m’a dit qu’avec mes pieds creux, je devais porter des talons, c’est mieux pour mon dos. Alors si c’est bon pour ma santé :)

  • Linda 1 décembre 2009, 9:26 / Répondre

    Pour avoir vécue loin de ma capitale chérie, je crois qu’on ne la vis pas, on la rêve, et on finit par la faire. Elle n’est plus palpable et accessible, alors on s’y fait et on mets la main a la pâte pour avoir le look du mois, peu importe ou on se trouve et c’est ça qui est le plus drôle. Il y a une espèce de révélation, un souffle de liberté face à l’inconnu qui te fais oser tout ce que tu n’aurais jamais oser dans le métro parisien mais que tu assumes complètement dans une rizière avec comme seuls spectateurs, trois buffles et un coq. Finalement, loin des yeux, tout prêt du cœur…

  • Le Fashion 1 décembre 2009, 9:30 / Répondre

    oooooo i want to hear more about your music!!!!

    xo

  • orelyly 1 décembre 2009, 9:32 / Répondre

    Et bien à Nantes (encore une nantaise ici) le plus fun qu’on puisse faire étant “comptoir des cotonniers”, les rues sont bien tristes.

    Ici les filles interprètent la mode, mais pour ne pas qu’on les regarde comme des bêtes de foire, elle font tout en noir ou gris.

    Il n’y a guerre que les lycéennes en bande qui osent des trucs colorés. Un peu comme dans Gossip girl.

    Pour ma part quand je vais chercher mes 3 gosses (c’est ça la province aussi, on y fait des enfants) à l’école avec des collants violets on me demande si je me suis déguisée.

  • Sophie 1 décembre 2009, 9:37 / Répondre

    Je viens de quitter Paris pour aller m’installer à Rennes. 10 ans que j’y vivais dont 4 en plein coeur du Marais. J’adorais cette liberté, le fait de pouvoir sortir de chez moi sans crainte du regard d’autrui, aller au bureau sur des YSL de 12 cm, pouvoir me sentir féminine sans jamais sentir un regard insistant… adieu belles années, ma première surprise de nouvelle bretonne : les pavés creux dans toutes les rues du centre ! J’ai dû abandonner mes louboutins, mes YSL sont bien soigneusement rangées dans leur boîtes comme toutes les autres. Vive le plat… tout de suite, ça le fait moins… pour le reste, on apprend vite à rentrer un peu + dans le moule. La moindre mini-jupe et les regards (hommes et femmes) s’attardent. Je n’aime pas me sentir mal à l’aise… je renonce pour ne pas être cataloguée “parisienne qui s’est pris pou une star des magazines”…

  • Léonie 1 décembre 2009, 9:40 / Répondre

    Pour être “monté à la capitale” il y maintenant quelques années j’ai un peu senti la différence, mais pas tant que ca …et puis comme tu l’as dis : on s’adapte vite, on observe et la deuxieme sortie d’immeuble on ne la ratera pas celle là.. (même si la première arrivée à paris on la fait dans une rue pourrie d’un quartier reclus où la mode est encore moins reconnue que dans le sud…)
    Et puis j’ai ma petite soeur, lycéenne, qui y est toujours et les choses ont quand même évolué : face à une armada de “cagoles” assez influente dans cette région il faut l’avouer, elle se débrouille plutot pas mal la petite , il arrive même qu’avec ses copines elles m’inspirent quelques trucs.
    Bon il est vrai qu’elle rêve de venir vivre à Paris avec moi et que lorsque que je rend visite à mes parents j’en repars la valise délestée de pas mal de fringues “mysterieusement” oubliées, quand je vous dis qu’elle se débrouille…

  • francisco 1 décembre 2009, 9:44 / Répondre

    Malhereusement les choses n´ont pas chnagé….même pour les hommes!! vous vous imaginé a un garçon si charmant que Charles Guislain dans les rues d´un petit village?….c´est la grand cité qui a été et qui est encore le refuge de la mode!

  • Andrée 1 décembre 2009, 9:45 / Répondre

    Un joli article qui me fait penser à Carrie Bradshaw. Non je ne sais pas pourquoi !

  • BelAmi 1 décembre 2009, 9:45 / Répondre

    I live in a province town in the north of Italy and we love fashion! Many women have their style and love playing with their clothes. And the more you dress up in your own way, the more people (women!) admire you.

  • Flore 1 décembre 2009, 9:48 / Répondre

    Etant née dans un mini mini mini village, la mode c’était plutôt le legging (mais à l’époque on appelait ça un caleçon) de couleur porté avec une parka et des baskets. Donc là, fashion, non.
    Puis j’ai déménagé, j’ai quitté ma montagne pour aller dans la plaine, environ 20 km plus loin. J’ai eu droit aussi au superbe combo air max, chaussette, jogging (lacoste ou sergio tachini, au choix), casquette portée sur le dessus de la tête. Et là déjà on me prenait pour une folle, avec mes jean slims (c’était en 2000 / 2002, et en province, personne n’en portait. p e r s o n n e)
    Puis j’ai déménagé à Annecy. C’est déjà plus grand. C’est déjà plus mode. On est pas encore à Paris, c’est sur. Mais je n’étais plus la seule excentrique ou “fashion”…
    Par contre une fois arrivée à Paris, oui je me suis pris une bonne bafasse à coups de talons vertigineux dans ma tronche, du genre “ah oué ici on peut faire ça et … ça passe ? COOOL !”

  • virginie 1 décembre 2009, 9:51 / Répondre

    Il ne faut jamais faire quoi que ce soit en fonction du regard des autres… Il faut se trouver sa propre vérité, et en matière de look si pour certain c’est dans un non look et pour d’autres dans une exubérance folle, pourquoi pas. A Paris comme ailleurs il y aura toujours des gens pour vous regardez de travers sauf qu’ici il y a du monde, on recroise rarement les mêmes personnes et il y plus une “communauté fashion” qui fait qu’on ne se sent pas complètement extra terrestre… Mais il faut de toute façon ne pas perdre de vue qu’il y a autant de façon de vivre la mode que d’individus…

  • Yasmine 1 décembre 2009, 9:53 / Répondre

    Salut garance,

    tu sais quand on vit super loin de la capitale de la mode et en plus dans le tiers monde , qui ne connait rient à la mode, les filles généralement essaient de se faire discretes.

    Mais je te dirais que finalement quand on se sent bien dans son look on s’en fout pas mal des sifflements, des remarques acerbes, des regards insistans , et c’est ma philosphie.
    Si j’ai envie de sortir à 08 H du matin du haut de mes escparpins de 12 cm ROUGE vernis et ben je le fais , personne ne me guidera mon style car cela fait partie de ma personnalité, mon identité.

    Donc meme si on est trés loin de Paris,New York , …..etc , on s’habille comme si on y était car ce n’est pas la ville qui fé le style mais l’état d’esprit des personnes.

  • Julie 1 décembre 2009, 9:53 / Répondre

    Bonjour Garance,
    Ici, en province belge, je me suis fait sifflée hier par des étudiantes qui trouvaient scandaleux que je porte un béret léopard (100% faux, 5 euros chez H&M) : “C’est le réchauffement climatique et elle met du léopard” ai-je entendu soupirer dans mon dos, très sérieusement. J’étais morte de rire, et en même temps un peu désespérée! Pour le coup, c’était même pas une divergence de goût mais carrément une béance culturelle ! Pour le reste, c’est vrai qu’il faut pas mal d’aplomb pour assumer ses choix fashion “en province”‘ mais en même temps c’est parfois plus agréable d’être la première dans son village que la seconde à Paris !

  • MONICA 1 décembre 2009, 9:58 / Répondre

    never say never but I cant even imagine myself living somewher else than a big and hectic city with all the global and shades of fashion “available”!

    xoxox

    http://www.moneasywardrobe.com

  • Sonia-FashionBox 1 décembre 2009, 10:02 / Répondre

    Ahhh ma belle c’est pas pareil en province, hein! Bon, j’habite dans le sud ouest, c’est vrai qu’on me regarde souvent comme une extra terrestre, comme a Dijon ou j’ai passer mon enfance… et lorsque j’ai passé presque 9 ans a Paris, c’était génial de pouvoir avoir le style que l’on veut et qu’on ne te regarde pas des pieds à la tête…la liberté en fait! ;-) bon, par contre, je peux être sexy dans le sud ouest sans avoir peur de me faire agresser!

  • Christine 1 décembre 2009, 10:06 / Répondre

    Je n’habite pas en province mais je travaille dans un domaine où tout le monde s’habille très casual (book publishing) ou alors très bookish, genre APC. Moi, personellement, je n’aime pas le bookish, j’adore les chaussures knockout, les gros bijoux, des accessoires très féminins. Mais si je mets tout ca, personne ne me prendra au sérieux (je suis blonde en plus). Alors quoi faire? changer de boulot? Aller faire un tour chez APC?

  • Alexandra 1 décembre 2009, 10:13 / Répondre

    Hello Garance,
    J’ai été au lycée (à Arles) où j’étais “la fille bizarre” (= parfois je m’habillais comme la chanteuse des Dresden Dolls et j’avais un humour foireux), à Aix, étudiante toujours, je me sens plus proche des Erasmus que des Aixoises (vestimentairement parlant)(c’est pas que je porte des collants jaunes avec une jupe bleue et le chapeau de Peter Pan non plus, mais on va dire que je vais au-delà du Zara et de l’éternel slim ballerines).
    Ya toujours la remarque des copains (“ah lala cette Alexandra alors, toujours l’accessoire pour rire!”)(j’exagère un peu, oui). Mais avoir un tant soit peu de créativité et d’originalité dans la manière de s’habiller dans ce genre de villes (provinciales, mais pas trop perdues non plus) attire le regard et les réflexions un peu étroites “mais attends tu vas pas mettre un vêtement avec des sequins!” (qu’on appellera paillettes ici) (regard apeuré, la personne fuit/ hoche la tête de gauche à droite, l’air dépité/me donne une claque pour me faire revenir à la raison/etc…).

    En tout cas, bonne continuation Garance, c’est toujours un plasir de te lire!

  • Hélène 1 décembre 2009, 10:13 / Répondre

    Ton blog est mon livre de chevet, Merci!!
    Je suis à Paris depuis 5 ans mais avant j’habitais un petit village de Bretagne et il est vrai que la mode là-bas ça n’existe pas.
    Je me souviens encore d’un jour où je suis arrivée au lycée en tutu rose avec mes ballerines Repetto aux pieds, c’était osé mais bon… Je n’ai pas arrêté d’être observée, critiquée (négativement) de toute la journée, mais cela m’était bien égal, j’assumais. Alors depuis que je suis à Paris je peux enfin me laisser aller dans mes inspirations, envies et vivre pleinement ma mode!!
    Bonne Journée!

  • Sonia 1 décembre 2009, 10:14 / Répondre

    A mon plus grand malheur rien n’a changé! Et encore moins lorsqu’on est dans une école polytechnique en suisse, la cuissarde le lundi matin au milieu des couloirs c’est un peu mon mai 68 à moi! La moitié de mes camarades de cours m’appelle la fille sans pantalon!
    C’est assez terrible de ne pas pouvoir vivre et mettre tous ses habits entassés dans la garde robe de peur de s’écrouler sous le regard des gens! Grandes chanceuses ces parisiennes!

  • Nadine 1 décembre 2009, 10:16 / Répondre

    Ce matin, je sors de chez moi en jupe velours The Kooples que j’ai choppé ce week-end à Paris avec un collant 40 deniers, ma voisine me scrute de la tête aux pieds et me lance: “EH ben, t’es réchauffée toi !”
    M’en fiche, je me sens bien et belle, et mon homme m’a dit je t’aime :-))

    Très belle journée Garance

  • missyou 1 décembre 2009, 10:19 / Répondre

    IDEM IDEM IDEM
    La vie de la mode ou la mode de la vie en province
    (Genève c’est la province on est bien d’accord !!?)
    Et bien c’est dur-dur !
    Alors des fois j’assume, et des fois, non !
    C’est bien pour cela que je la vis par procuration via ton blog !
    Et le net en général…
    Merci ;-)

  • Stacey Kelly 1 décembre 2009, 10:25 / Répondre

    i feel the same way living in berkeley! everyone here dresses down, even just wearing a blazer or heeled booties gets stares… it makes me excited to move to NY.

    fall in love with a young kate moss:
    youareashootingstar.blogspot.com

  • Morgane 1 décembre 2009, 10:31 / Répondre

    On ose pas et je trouve ça dommage… une bonne excuse pour essayer de monter le plus souvent possible à Paris ? … OUI !

  • Izzy 1 décembre 2009, 10:33 / Répondre

    Garance. Entry after entry I follow your blog with stars in my eyes. I haven’t quite figured out the meaning of my life yet but I know that it completes my day to fill my heart with fashion, art, music, and love. I threw myself headfirst into fashion and don’t know where to go from there. How to make a life out of it. But you are such an inspiration to me. I hope to one day be able to photograph with such intelligence and inspiration. With an eye for such style and grace. To be able to write with smart wit and passion. You are a true hero.

  • Lucie 1 décembre 2009, 10:33 / Répondre

    Coucou Garance,
    je crois que c’est un phénomène planétaire, ici en Suisse (hé oui) c’est la même chose. En dehors des grandes villes on nous prend directement pour des artistes délurés !
    Dur dur d’assumer les talons 12cm quand tous les regards se retournent sur vous, c’est généralement là que la chute survient, tous les regards posés sur nos pieds nous tendent des croches pattes !
    Mais peu importe.. Assumons !

  • AliceSprings 1 décembre 2009, 10:37 / Répondre

    quand je suis rentrée de New York, je me suis dis que Paris faisait tellement province à côté…
    les parisiennes (dont je fais partie hein!) ont l’air de clones triste parfois…
    et parfois tu croises quelques jolies filles, un sursaut d’imagination et tu te souviens que tu es quand même à Paris!

    les new-yorkaises rêvent surement de Paris mais moi je rêve de New-York désormais et pas seulement pour la mode!

  • Glass No Kamen 1 décembre 2009, 10:37 / Répondre

    Bonjour Garance, ton article m’a interpellé et je t’avoue que ça m’a donné “envie” de te laisser un “message” alors que ce n’est pas du tout mon habitude !

    Eh bien moi, mon rêve, c’est de pouvoir m’habiller comme “Carrie Bradshaw” mais mon problème, j’habite en province… Comme certaines ont pu le dire “on n’ose pas parce qu’on pourrait nous lancer des cailloux dès qu’on a un style un peu trop original”… C’est véridique ! Donc le placebo c’est d’en “rêver dans les magazines”, d’observer les jolies photos (NY, Milan, Londres…) que tu nous proposes sur ton blog !
    Bien entendu j’aime la mode, j’ai ma marinière et “mon top à sequins” mais j’adopte un style “basique” ! Je me fabrique mon émotion, mon style… Pas facile, pas facile… MAIS, il faut parfois laisser “les gens” pisser dans leurs violons (expression typique d’où je suis) et assumer pleinement ses envies modesques !

    Voili, voilou, pour conclure je dirais que “La mode s’est une expression intime de soi” donc peut importe ce que l’on peut en penser…

    Take care Garance, bye…

  • Flannie 1 décembre 2009, 10:44 / Répondre

    Ca, c’est intéressant parce que j’ai eu beaucoup de mal à trouver mon style dans mon petit bled peuplé d’intolérance. J’avais tellement peur des moqueries et des regards. Ensuite, je suis allée à Londres. J’ai d’abord mis du temps à avaler et digérer tous les styles, toutes les couleurs que je pouvais croiser. Une mini-jupe chez moi, ça ressemblait à une incitation au viol alors qu’aucun homme ne se retournait jamais sur une “sans-culotte” à Londres. Au fur et à mesure du temps, inconsciemment, je me suis libérée et je remercie le London Spirit pour cette thérapie ! :-) Par contre, maintenant de retour dans une petite ville de province, j’ai à nouveau du mal à vraiment me lâcher mais c’est moins grave qu’avant ;-)
    Il n’y a qu’une solution: retourner vivre à Londres avec ma marmaille ! :-)

  • Sara Bianca 1 décembre 2009, 10:46 / Répondre

    I think no matter where you live you must always follow one simply rule — you wear your outfit, don’t let your outfit wear you. If you feel great in it then chances are you’ll look great.
    Gorgeous sketch Garance!

    http://www.sarabbentley.com

  • MAISON CHAPLIN 1 décembre 2009, 10:47 / Répondre

    I AGREE WHEN SOMEONE HERE SAID THAT YOU SHOULD “LAUNCH” A MINI-BIOGRAPHY, YOU HAVE SO MANY THINGS TO TELL ^^

    @ http://MAISONCHAPLIN.BLOGSPOT.COM

  • Emma 1 décembre 2009, 10:56 / Répondre

    Non rien à changer… Je vis dans le sud ouest et il m’arrive d’acheter des fringues que je ne mets jamais de crainte d’être emmerdée toute la journée par mes collègues ou autres car elles sont un peu extravagantes…
    La mode pour la majorité ici est au faux, faire croire qu’on a du style ou plutôt de l’argent en portant des t-shirts Armani ou Calvin Klein avec de très gros logos ou des ceintures avec des boucles DG énormes et fausses bien sûr.
    Il y a tout de même quelques bons looks qui tuent mais cela reste toujours assez discrets, frustrés je crois.
    La mode en province se vit donc en rêve grâce à toi :)

  • nati 1 décembre 2009, 11:01 / Répondre

    Good morning Garance, thanks for sharing this little story. I will be moving to Paris in January and the thoughts, you just described are running through my head now all the time…how will it be to live there and how to dress and to follow up with all these fabulous Parisian girls..?? well but you are probably right, if you love fashion, you learn fast and that is what I am gonna try! Thanks for all your daily inspirations!!
    xx nati

  • frà 1 décembre 2009, 11:04 / Répondre

    quite the same feeling when i left Padua (where all girls have te same, depressive, dress-code made of jeans =, flats, pull and mommy’s vuitton speedy bag…) and I went to Milan….where is a bit harder to be original and glamourous because original and glamourous here is the basic…
    but I feel better here, even if no one looks at me like i’m an alien only ’cause i’m wearing a panama hat. the fashionable environment around me is an incentive to dare and to be even more original and peculiar.

    p.s. peter’s right, we want Garance’s pre-blog bio :-)

  • Cecylia 1 décembre 2009, 11:07 / Répondre

    How did you learn to draw like that?!

  • severine 1 décembre 2009, 11:23 / Répondre

    La mode, la mode, la mode ! Etant une vraie déménageuse de beaucoup de villes de France et qu’à la base je viens de l’ile de la Réunion, la mode peut également se vivre au quotidien en Province.

    Bien sur, dans mon ile au départ c’était surtout sur papier glacé mais j’y ai vite pris goût à mon arrivée en métropole et plus particulièrement à Aix en Provence (mini-Paris fashion perdue en Provence). Les filles osent tout et sont aussi à la pointe que dans la capitale.

    Malheureusement, il y a des villes où il n’est pas possible de s’exercer en vrai fashionista sous peine de passer pour un E.T. et je pense à beaucoup de grandes villes pourtant.

    Mais , Paris reste la capitale de la mode et c’est un peu pour ça qu’on y vit ! (Enfin, je parle pour certaines d’entre nous bien sur, une pensée pour celles qui sont en Province et qui se lèvent avec le soleil). N’est ce pas Garance ?

  • Charlotte 1 décembre 2009, 11:27 / Répondre

    Moi je vis ce decalage mais entre Londres et Paris. Paris est ma province et Londres ma grande ville. Honnetement, des mecs qui te sifflent parce que t’es en talons, ca court les rues à Paris! A Londres tu te ballade A POIL, c’est à peine si on te lance un regard. Et le look des gens est autrement plus pointu ici !! Bref Paris c’est pas si mechant que ca, c’est meme un peu province, I should know, j’y ai habité mes 25 premieres années !!!

  • Yona 1 décembre 2009, 11:28 / Répondre

    Belle écriture, deux belles illustrations, l’une le dessin et l’autre d’un mode de vie et/ou de la vie avec la mode, tu nous gâtes Garance!
    La mode c’est quoi sans nous (vous surtout!), si on se l’adapte ou l’adopte pas à notre guise?
    Et là, seulement, elle vous va à merveille, elle devient seyante… à mon humble avis.
    On vous regarde? Ce n’est qu’un compliment, vous sortez du lot!
    Je me dis ça, à force, à 56 ans et on me complimente! :)
    Du moment où on porte ce qu’on a envie ça vous va à merveille, non?

  • jane 1 décembre 2009, 11:34 / Répondre

    Salut Garance, me concernant c’est un peu différent car j’habite une grande ville du sud de la France. Alors avant de partir en cours chaussée de mes boots Chloé et chaudement emmitouflée dans mon manteau léopard, je voulais juste faire l’apologie de cette super ville qu’est Toulouse et dire à quel point c’est chouette de pouvoir se saper comme on le souhaite. En quelques temps, le coin est devenu un vrai repère de fashionnistas en herbe!
    Sur ces bonnes paroles…J’ai beaucoup aimé cet article .. Et plus encore je crois les réactions ! Instructif!
    Bonne journée !

  • Tour d'ivoire 1 décembre 2009, 11:38 / Répondre

    Je ne suis pas sûre qu’on soit beaucoup plus libres de s’habiller comme on veut à Paris qu’en province. Partout j’ai l’impression de voir un uniforme sur toutes les filles ; certes cet uniforme arrive de Paris avec cinq ans de décalage dans ma ville natale mais à Paris aussi je me sens parfois jugée, et pourtant je ne suis pas particulièrement excentrique ! Quand toutes les filles de ma fac rivalisent d’originalité parisienne, ça devient leur uniforme, et ne pas s’y conformer attire tout autant les regards que les écarts à la tenue “100% Zara” qui régnait dans mon lycée de province.

  • Piia Harris 1 décembre 2009, 11:38 / Répondre

    You’re an inspiration!

  • la flore et la faune 1 décembre 2009, 11:39 / Répondre

    Oh, elle se vit très bien.

    Je suis retiré depuis 6 ans dans une petite borie dans la partie sauvage du Luberon, après avoir laissé derrière moi une brillante carrière de trader.

    Parti là-bas avec mes fringues de prix. j’ai peu à peu adapter ma garde-robe aux nécessités : exemple, couper mon “friday wear”, aka un jean 7 à 278 € au-dessus du genou pour supporter la marche dans le maquis. Ou me servir de mes cravates Dior pour faire un genre de drapeau tibétain qui part de ma fenêtre pour arriver au puit.

    Ou patiner mes costumes P. Smith à la demi-saison, lorsque je bine. Mon duffle-coat Burberry s’avère une excellente tenue de jardinage vers février, quand je sors pelle en main pour aller planter un olivier autour de mon bassin-piscine…

    Et ça ne m’empêche pas de surfer sur les fashion blogs, comme le tien, Garance. M^me en vieux jean usé et pull en poils de chèvre acheté à ma voisine 68arde indécrottable.

    Tiens, d’ailleurs mon vieux chat Burnous saute mes genoux et ronronne devant ton blog !

    Bises d’un Robinson Crusoë qui ne remettra pas les pieds à Paris de sitôt.

  • Jo Yana - Deco-Design 1 décembre 2009, 11:42 / Répondre

    Moi qui habite Marseille, je peux juste te dire que rien n’a changé depuis ton départ, c’est même pire. Une fille ne peut pas se balader seule sans être siffler toutes les 5 minutes par des bandes d’affamés…

  • sophie 1 décembre 2009, 11:47 / Répondre

    Hello,

    Sur la Côte s’es du délire un simple collant imprimé léopard est s’est la cata, un serre tête avec un noeud et on vous prend pour une fillette!! De plus on a 6 mois de retard!!

    http://www.le-shopping-beaute-de-sophie.com/

  • rose 1 décembre 2009, 11:52 / Répondre

    J’habite un tout petit village de 5000 âmes, sur le Bassin d’Arcachon…La population est majoritairement constituée de personnes âgées…
    Aujourd’hui, lorsque j’achète un vêtement ou une paire de chaussures, c’est plus que jamais pour me faire plaisir, pour me ressembler.
    Depuis que je vis dans ce petit village, mon sens de la mode c’est aiguisé, il est devenu plus personnel, intime. J’ai l’impression que je suis au plus proche de moi.
    Étrange et paradoxale, non ?
    Merci Garance, pour ce beau billet.

  • Muriel chou 1 décembre 2009, 11:54 / Répondre

    Née à Paris et y ayant vécu jusqu’à mes 22 ans, je vie depuis mon mariage dans une ville de province de 30 000 habitants. Içi il est vrai qu’il faut mieux adopter un style plutôt “rangé”, les femmes aiment la mode comme partout mais sont sur la retenue! Les plus jeunes me semblent se lâcher depuis quelques années (internet, les voyages, les grandes villes proches, H&M, Zara and co, les magasines féminins…) J’adore les talons, j’en ai toujours porté et les gens n’y voient là rien d’extra terrestre, contrairement à ce que j’ai lu dans les précedents posts! Je vais souvent sur Paris et il m’arrive souvent de voir de grosses fautes de goût, être extravagante ne veut pas forcemment dire “fashion”. Parfois on en a marre de ces “Parisiennes” (souvent nées en province) qui vous toisent de haut quand elles viennent en vacances dans nos belles provinces! Le bon goût, l’art d’interpréter la mode, le style, les belles femmes se trouvent partout, même dans les tréfonds de la France profonde-:))))))))

  • Rowena 1 décembre 2009, 11:55 / Répondre

    I am still trying to master my coquettish back kick….

  • Méla 1 décembre 2009, 11:55 / Répondre

    alors là je ne peux m’empêcher de réagir ! Je suis accro à ton blog depuis des mois et des mois pourtant je n’ai jamais prit la peine de commenter mais là, la tentation est trop forte !
    La mode en province se vit mal ! Originaire du Nord de la france je profite de mes réguliers sauts à la capitale pour prendre une bouffée d’air frais ! Enfin, tu peux être toi même sans te préoccuper du jugement ou du regard des autres.
    Car ici attention à ce que tu fais, tu as presque droit au linchage public si tu laisses trop exprimer ton goût pour la mode. Les talons de 12 cm, tu passes pour la fille qui se la raconte dans les rues. Porter une tunique rose pétante au dessus d’un leggings c’est donner le baton pour se faire battre, sans exagération !
    Alors tu baisses les bras et tu te confonds avec les autres, en mettant au fond du placard tes objets de scandale, sauf qu’un jour t’en peux plus et tu sors l’artillerie lourde ! va falloir les secouer les provinciaux !

  • giorgia 1 décembre 2009, 11:58 / Répondre

    My parents are from a town in Southern Italy, but I was born and have been raised in Rome. Now they’re both retired, they went back to their hometown to live there and I visit them not as often as I wish but as often as I can. Yet, the uneasiness I experience when I’m there is something I just don’t experience here in Rome: here I can sport my own simple style and feel alright most of the time, well, at least I feel comfortable, but over there I always feel underdressed — or, better, I realise that girls, women there are always overdressed. When they go out, even if just to do their groceries, most of them dress up almost as if they’re going to an opera house opening soirée, which is pretty much ridiculous if you think about that, as strolling down the aisles of a supermarket looking for, say, tomatoes and eggplants while one’s wearing way too many jewels and a fur coat is quite odd… :)

  • Bailey 1 décembre 2009, 12:11 / Répondre

    Revenez-vous au Sud ou on peut retrouver les jeunes filles (françaises et internationales) très fashion a la fac! I’m an American student in Nice, where I find the most inspiration–the coolest, most carefree girls on my way to class. Come pay us a visit please!
    PS- Je vous aime et vous admire! MAIS je dois vous dire: les traductions magnifiques de Tim Sullivan sont ce qui me sauvent. Il est mon nouveau prof de français. Merci!!

  • CG 1 décembre 2009, 12:22 / Répondre

    Non, la mode en province ne se vit pas en rêve !
    Faut oser c’est tout.
    Comme disait ma grand-mère : “Ma fille, dans la vie faut être tendanceuse, pas suiveuse ;))

  • Lena 1 décembre 2009, 12:24 / Répondre

    J’habite en Belgique, et a la base je viens de Bruxelles ou les gens savent s’habiller, mais quand j’ai débarquée a Namur (capital de la Wallonie, donc ni perdu ni minuscule) ca a été le choc, ici les filles sont habiller mode (en fait je sais pas si c’est normal mais les garçons beaucoup moin) mais a l’extrême et sans originalité. Genre tout les jours je croise des grappes de filles toute en short, botte cowboy, et chemise. En fait elles ont les mêmes gouts, vont dans les mêmes magasins et jamais ne transgresse leurs codes, ca fait peur! Ici c’est le genre: si tu veux être ma copine t’as intérêt a avoir le même style que moi sinon on sera pas s’incro quand on marchera en rue, sic…
    En plus elle porte la mode de l’année dernière, repaire les tendances avec des plombes de retard. Mais ca ne les empêchent pas de se balader avec ce petite aire supérieur…
    Pffffff pauv filles!
    Haaaaaaaaaaaaaaaa Bruxelles ma belle!!! La tu peux te balader a poil c’est a peine si on te remarque…

  • Priscilla Joy 1 décembre 2009, 12:33 / Répondre

    Hi Garance, thanks for the story.
    I always do wonder how the women in Paris can pull of the “i don’t really try so hard, but look amazing” type of look. I guess it has to do with the city you live in. xx

  • Eugénie 1 décembre 2009, 12:36 / Répondre

    Ok ça fait plus d’un an que je suis ton blog tous les jours mais j’ai jamais pris le temps de laisser un commentaire… Honte à moi, Honte à moi.
    Enfin, AUJOURD’HUI est une grand jour JE COMMENTE!
    Ton article sur les filles qui vivent la mode loin des capitales de la mode ça m’a juste fait réfléchir un peu étant donné que c’était clairement mon cas il y a quelques mois encore, et que maintenant ça l’est toujours en quelque sorte, mais beaucoup moins.
    J’habitais au Grand Duché de Luxembourg, j’habite à Bruxelles.
    Et à Luxembourg être la plus stylée de façon générale c’était se couvrir le plus possible de marque, sans fait attention à ce que l’on portait. Je détestais ça. C’était moche, sans originalité, sans idée de “mode”… Rien à voir avec un vértiable style. Et don au final, j’étais la stylée marginale. Celle qui voulait vraiment avoir du style, sans pour autant se recouvrir de vuitton et chanel. La petite icône de mode en soi.Tout bon.
    Puis maintenant à Bruxelles, je m’attendais à la même chose parce qu’ici ce n’est pas une CAPITALE de mode, je dirais. Pourtant en arrivant je suis vite retombée de mon piedestal. Simplement parce que ici il y existe quand même des filles horriblement stylées. (Génialissimement en fait, parce que horriblement c’est pas très représentatif) Peu, mais quand même.

    Même genre d’histoire que la tienne, en fin de compte.

    Voilà, c’était mon premier commentaire. TADAAAAAAM!

    Bref, si tu passes un jour par Bruxelles. Surtout que j’ai entendu dire que ça devenait de plus en plus fashion par ici! Enfin…. N’hésite pas à venir nous rendre visite à nous les belges :)

  • Yovomaltine 1 décembre 2009, 12:40 / Répondre

    pas besoin d’aller jusqu’en province pour trouver un contexte aussi peu propice à explorer son goût pour les fringues et cultiver son look. surtout quand on est un mec. je suis rentré cet été d’Helsinki (Finland) ou j’ai vécu 3 ans -après avoir été expatrié pendant 7ans- à contre coeur et suis retourné m’installer chez mes parents en banlieue parisienne en attendant de retomber sur mes pieds professionnellement.

    Et bien contrairement à Helsinki ou les gens sont extrêmements créatifs et libres quand il s’agit de s’habiller et où je me suis vraiment “trouvé” en terme de look et où j’ai appris à me laisser aller à ma créativité, la banlieue…. pas besoin de vous faire un dessin. si on ne porte pas un levi’s 501 et des air max on vous taxe immediatement d’homo :/

  • Ineke 1 décembre 2009, 12:44 / Répondre

    I know that feeling too… I live in a small village in Belgium and when you wear something fashionable they look at you like what is she’s wearing… when i got to the city they think the same thing because it’s not fashionable enough…

    I hope I’ll also learn fashion quick…

  • Rosa 1 décembre 2009, 12:49 / Répondre

    I live in a small village where all the girls wear H&M divided and Zara young, high fashion is uggs and parkas and pinko clothes.

    The true fashion icons in such a small village are the old people. As someone said, they are truly works of art. I am in awe every time i pick up my grandma to go to the market, so chic in her monochromatic mix of textures, tartan with silk and matelassè with hand knitted cardigans, shoes from the 50s and a 5euro bag. Or the painter and his wife, who are so stylish and always wear hats. Ladies with bikes and amazing coats, gentlemen in suits that were probably made during the war. Beautiful people in beautiful ensembles, yet they don’t get a second look from the zara-clad crowd. I try to keep my burning passion for them to myself, lest I scare them with my fangirl-like enthusiasm. but I quietly stare from the cafè, smile at them when they enter the shops or when they gather so that they don’t have to cross the streets alone.

  • Grenadine 1 décembre 2009, 12:54 / Répondre

    ça m’amuse un peu de voir certains commentaires, surtout ceux des nantaises, bah oui moi aussi je suis Nantaise à la base.
    [le plus fun qu’on puisse faire étant “comptoir des cotonniers”] ça me laisse assez perplexe parce que pour moi comptoir des cotonniers n’a jamais été une marque revendiquée comme fun. Ou alors j’ai pas la bonne définition.

    Alors en effet en “province” (qu’est ce que je déteste ce mot soit dit en passant, je trouve ça snob au possible) c’est surement plus difficile de dénicher la perle, on a pas les friperies du marais etc., oui il faut un peu plus ruser et fouiller, il y a moins de fille “stylé” dans la rue mais quand même!!

    Alors peut être que j’ai une vision déformée par rapport à mes concitoyennes nantaise ou pas dailleurs, parce que depuis le collège j’ai toujours aimé la couleur et voulu volontairement me distinguer vestimentairement de mes camarades. Alors oui quand en 5e j’ai débarqué avec des chaussures rose et mauves (à l’époque les baskets colorées ça courait pas les rues ni même les devantures de magasin) je me suis pris des remarques et des regards de travers à la pelle. ça m’a un peu refroidi mais je n’ai pas laissé tombé pour autant! Je m’en prend toujours des regards de travers, moins de remarque parce que j’ai grandi et que je me suis affirmée, j’ai surtout appris à ignorer le regard des autres! Si ça vous plait c’est le principal, à Paris ou ailleurs il y aura toujours quelqu’un pour vous trouver bizarre!

    Venez en chine pour vous entrainer à affronter le regard des autres, ici du simple fait d’être étranger on est dévisagé comme des bêtes de foire, alors quand au niveau du look je vous laisse imaginer! J’étais pourtant entrainée, bah jme suis encore pris une claque en arrivant ici!

  • Ingrid 1 décembre 2009, 12:54

    Je vis en Chine depuis deux ans et le seul fait d’être étranger nous fait passer pour des “oiseaux rares”… Le gros avantage c’est qu’on ne se sent pas jugé, ils nous regardent, nous dévisagent devrais-je dire, intrigués… et nous demandent une autorisation pour prendre une photo…. Bon pour l’ego!!
    Je me sens beaucoup plus libre ici qu’ à Lille… On me dévisageait dès que je portais des talons de plus de 7 cm…Il faut dire que dans ma fac, pour faire partie du club il fallait porter un trench beige avec des ballerines noires, un foulard Hermès sobre, et avoir les cheveux blonds au carré!! Pour l’originalité, on repassera…
    A chaque retour, j’ai du mal à assumer mes tenues pourtant relativement sobres…

  • Eleonore Bridge 1 décembre 2009, 12:55 / Répondre

    Quand je rentre chez mes parents (en île de France pourtant) je ne laisse pas pour autant ma garde robe à la maison. C’est vrai que les gens se retournent si je porte un manteau rose, des talons de plus de 5cm ou des nœuds dans les cheveux, mais ça m’amuse. Même si bon… Je sens bien qu’ils me prennent pour une folle.

  • Heba (in Cairo!) 1 décembre 2009, 1:01 / Répondre

    G,
    I can only ever play around with fashion when I travel abroad.
    Living in Cairo now for four and a half years, I’m mentally and emotionally deprived from all things fashion. Don’t get me wrong, I love living in my country once again and Cairo can be very inspiring at times. But most often, forget heels (the sidewalks are badly paved), a short skirt or a crazy studded top and fedora hat. You don’t want to get anyone’s attention by how you dress. Sadly, a lot of people also are very poor and it’s been a humbling experience trying to learn how to dress fashionably without looking too put together. Also, it’s so damn hot most of the year so forget playing around with winter layers or knitted tights. *Sigh* someone find me a job in Paris. Xx

  • Heba (in Cairo!) 1 décembre 2009, 1:01

    G,
    I can only ever play around with fashion when I travel abroad.
    Your blog fills a great gap in my life as well.
    Living in Cairo now for four and a half years, I’m mentally and emotionally deprived from all things fashion. Don’t get me wrong, I love living in my country once again and Cairo can be very inspiring at times. But most often, forget heels (the sidewalks are badly paved), a short skirt or a crazy studded top and fedora hat. You don’t want to get anyone’s attention by how you dress. Sadly, a lot of people also are very poor and it’s been a humbling experience trying to learn how to dress fashionably without looking too put together. Also, it’s so damn hot most of the year so forget playing around with winter layers or knitted tights. *Sigh* someone find me a job in Paris. Xx

  • ladyplay 1 décembre 2009, 1:04 / Répondre

    je vis à paris, j’aime la mode et je ne sors pas en talon de 12cm sauf en soirée, donc je te dis bravo!

  • A balanian in Paris.. 1 décembre 2009, 1:08 / Répondre

    Hello Garance… Comment as tu été capable de tant d’empathie, en tant que corse fraichement arrivée, je peux te dire que je m’accorde totalement à ta petite description, ce fut notre dure réalité avec mes amies, et oui désormais chaque matin je me prends ma petite claque quand rue des Saint-Pères des filles entrent chez Rykiel avec LES creepers que je ne pourrais surement pas m’offrir avant une décennie… Hard life in St-Germain..
    Ps: si tu cherches de la main d’oeuvre sans frais, je suis entièrement disposée, même à porter lamentablement ton manteau… haha la mode nous rend insane…

  • chloé 1 décembre 2009, 1:15 / Répondre

    rien n’a changé ici, dans le sud. pour éviter les “charmantes” à tout va, mieux vaut se faire plutôt sobre.
    vrai choc culturel avec Paris c sûr.

  • Frenchie 1 décembre 2009, 1:17 / Répondre

    Je me reconnais un peu dans ton post. Je suis de marseille, ai demenage a Paris pdt longtemps et recemment quitté Paris pour Londres.
    Moi j’ai plutot l’impression que d’une maniere tres generale, tout le monde se fringue partout pareil ! avec des exceptions qui osent, des creatifs ou qui ont trouve leur style, des affirmés ou bien qui ont un budget qui permet de diversifier sa garde-robe.
    A marseille c’est les boucles d’oreilles gas, a paris le pull gris zadig et a londres c’est la robe asos ! recemment en vacances a copenhague , ils sont tous en sneakers ou bottes fourrees la – bas.

    Ce qui est dommage dans le sud c’est que les gens adorent se fringuer ! mais tu te fais vite embeter si tu thabilles court ou trop car ya une mentalité de machos qui planne..
    Je faisais pareil que toi, tjrs chercher a me differencier (j’allais souvent chez Make et Creatis a l’epoque tu connais j’imagine et je sais ou degoter les YSL pour peinuts). A 13 ans je deniche des converse dans une vieille boutique et je deviens la risee du college, on m’appelera desormais “la clown”. 2 ans apres ils les avaient tous aux pieds.
    Mon pere me disait ” arrete avec tes chiffons, ca te servira a rien dans la vie.” A 20 je quitte la ville et depuis je ne me vois pas y revivre un jour ! alors que cest ma ville natale !! (sentiment de culpailite) mais je suis tellement mieux ailleurs, loin de cette intolerance.
    J’y retourne tres souvent et rien a changé malheureusement, j’ai mis mes cuissardes en daimn noir avec gros long pull noir (vraiment pas vulgaire !!) et je me suis fait insulté dans la rue. Mes copines, elles, ont bavé dessus ! Elles qui sont restees, en souffrent d’ailleurs. Alors elles se font alors des ptits weekends shopping chez moi :-)

    Et puis a Londres.. grosse claque ! Il ya tellement de mélange, de creativite et de styles que tu ne sais plus ou donner de la tete, ya de tout et en abondance (un peu trop de ugg = pantoufles sales) que tu ne sais plus comment t’habiller!

    Mais on s’adapte vite comme tu disais, jusqu’a ce que ca ne m’inspire plus comme pour Paris , alors ds 3-4 ans je me ferais une capitale asiatique ou NY !!

    Le tout est de trouver son style, l’assumer, s’aimer, etre bien dans ses baskets.
    Bonne journée !

  • anita 1 décembre 2009, 1:18 / Répondre

    another great blog!
    i feel like that still, i get fashion, i get it to the core but yes,it feels far away….naturally,most of it is because of my limited means but zara makes up for most of it coz it has acceptable prices….i hope one day i’ll get to where you are
    again-great blog!

  • arwen 1 décembre 2009, 1:24 / Répondre

    je rejoins l’avis de Modeuse boudeuse! je rajouterais qu’en même que internet a tout changé parce que l’on peut se procurer tout ce que l’on a pas en magasin (souvent pas toujours).Je m’habille comme je veux et tout ce que j’ai pû contater c’est la réaction mentionnée par Modeuse Boudeuse.Les choses ont bien évolué…

  • isabelle 1 décembre 2009, 1:46 / Répondre

    Pas le temps de lire tous les com’, je vais peut-être dire la même chose que d’autres .. Moi c’est le contraire, je suis venue de Paris pour le sud-est… Une région où les filles sont assez concernées par la mode. Globalement la foule est la même qu’à Paris.
    En revanche, bien sûr, il n’y a pas ces filles si pointues que l’on peut voir dans certains quartiers parisiens. le manque d’émulation et le manque de choix de marques y est pour beaucoup.
    Ceci dit, il y a une nette amélioration dans la tenue des ados. Indiscutablement, l’effet web/blog et le fait que l’on peut acheter de chez soi n’importe quel vêtement pointu de Londres a considérablement changé la donne. Le décalage entre Paris et la province chez les jeunes n’est plus aussi flagrant qu’il y a seulement 5 ans.

  • Masha 1 décembre 2009, 2:11 / Répondre

    Bon bah je vais dire un peu comme tout le monde je pense!

    J’ai habité Paris pendant longtemps, et je me permettais tout. Même si les gens ont tendance à vous examiner dans le métro, voire à vous lancer des regards irrités et irritants, vous n’êtes pas la seule à être un peu ” originale”

    Maintenant que je suis dans l’Est (malheur!) je pense que le vrai problème n’est pas tant le regard des autres que le découragement qui nous assaille quand il s’agit de mettre des talons alors que l’on va passer la journée à ne voir que des gens en baskets, que ce soit des nike pour le commun des mortels ou des Gucci pour les provinciaux qui pensent être fashion.

    J’ai dans mon placard une quantité de fringues que je ne peux pas mettre ici et ça me désole (ma vie est un enfer!)

    Pour les parisiennes qui se plaignent du regard “français”, je vous assure qu’en plus de ça, le regard des parisiens est bien moins fréquent et bien moins difficile à supporter que celui de mes voisins nancéiens!

  • The Photodiarist 1 décembre 2009, 2:28 / Répondre

    If you live far from a fashion capital, you get a subscription to vogue and bloglovin – and check out all of the fashion blogs!

  • Anchka 1 décembre 2009, 2:44 / Répondre

    Idem… J’ai grandi en province pour finalement poser mes valises à Paris il y a de ça bientôt 8 ans
    Et je confirme ce fut le choc des cultures :)

    J’apprécie énormément le fait de pouvoir aller travailler en jupe à plumes et talons de 12cm mais je dois reconnaître que dès que je rentre en province les regards deviennent + insistants voire dérangeants
    Apparemment la province ne supporte pas de voir en “vrai” ce qu’ils peuvent éventuellement lire dans les magazines :)
    Un exemple ?? Quand gentillement je descends chez le boulanger de mes parents (en province donc) elle frôle l’attaque cardiaque dès qu’elle me voit débarquer en stilettos et Gaucho alors que la norme serait plutôt mocassins + pliable de Longchamp pour la plupart de ses clients
    Alors oui j’adore retourner à Paris et pouvoir me faire plaisir en choisissant au lever du lit une tenue en fonction de mon inspiration : chemise et jeans ou bustier et mini jupe tout en sachant que là personne ne me fera de réflexion
    Paris… La ville où l’on peut se promener en pyjama sans que personne n’y trouve à redire et rien que pour ça je l’aime ma ville !!

    NB / Garance je suis fan de ton blog, tes commentaires me mettent de bonne humeur régulièrement ainsi que ton trait de crayon

  • maths&jasmin 1 décembre 2009, 2:49 / Répondre

    mais quel dessin, mais quel dessin, mais quel dessin…
    si c’est comme ça que tu vois la mode en province, je retourne en province demain.

    Sinon, je dirais que ce sont les chaussures qui pêchent le plus ailleurs que dans la capitale
    je dirais qu’il y a partout un uniforme, chaque ville a le sien, et je suis tout à fait d’accord avec tour d’ivoire, il y a aussi l’uniforme parisien, qui consiste parfois à rivaliser d’originalité.
    Je dirais que Vive ton blog, car partout où tu vas, tu captes des allures qui n’ont précisément rien à voir avec ces uniformes…
    bon ok, tu ne vas presque que dans des capitales…à quand un petit voyage à triffouillis les oies?

  • Jane 1 décembre 2009, 2:50 / Répondre

    Garance, I lived on a resort island when I was first out of college, way back in the ’80′s and we thought we were divine! All Norma Kamali shoulder pads and huge door-knocker earrings, Pat Benatar hair and Flashdance-chopped up tee-shirts sliding off our shoulders. And I suppose in a way, we were because we were so fearless in our harem pants and belted tee-shirts as dresses and strapless jumpsuits.

    Then I moved to Boston for 10 years of stodgy corporate dressing – think Signourney Weaver in Working Girl, not Melanie Griffen, thank goodness! My few fashion excursions were to the original Filene’s Basement where I’d find a Valentino dress for my friend Nan for $150 and a Vera Wang column gown for my 5’10″ fashion muse Jen.

    And then I moved to New York. And like your experience in Paris, it literally blew my mind. These were not women emulating looks from the fashion magazines, they were inspiring it. The days are gone for 5″ heels or shirts as dresses, but I do love that I look like a New Yorker when I walk out my door (having a cool/cute dog helps!)

  • Volga 1 décembre 2009, 2:51 / Répondre

    But…
    we, people from province, have an advantage over “fashion capital girls” – we have more chance to be called faboulous because of less competition here. Let’s take it as our mission to do our best to bring more fashion to the streets.

  • Noon 1 décembre 2009, 2:54 / Répondre

    C’est une bonne question je pense. J’ai envie de dire que la sensation que l’on a dépend de l’endroit où on se trouve. Il y aura toujours dans chaque ville/village/hameau… une fille qui se considérera comme “la fille la plus fashion du coin”.
    En attendant, ce genre de sentiments nous aide parfois à avancer, à nous améliorer. Il y en a même pour qui ce sentiment est indispensable pour survivre dans la vie de tous les jours.
    Une autre question que l’on pourrait se poser est : “comment on vit la mode dans les autres capitales du Monde ?” parce que, après tout, la vie d’une parisienne n’est pas la même que celle d’une new-yorkaise ou d’une tokyoïte, ni même les sentiments qu’elles éprouvent envers la mode ou leurs goûts vestimentaires… Tu ne trouves pas ?

  • Carole 1 décembre 2009, 2:57 / Répondre

    Alors moi je n’ai pas du tout vécu ça, dans ma petite ville de province (du sud-ouest) dans les années 80 c’était le top, et je me permettais à peu près tout ce que je voulais, et dépensais tout mon argent de poche en fringues, Sonia Rykiel ou Marithe et François Girbaud. Et parfois on allait à Toulouse pour trouver des trucs mais franchement aussi complexée que j’ai pu être pendant mon adolescence, je n’ai jamais ressenti ça. Voilà qui me réjouit profondément. Je pouvais même porter en ville les chemises de mon père en guise de robe, et si quelqu’un était choqué, tant mieux… Vive ma petite ville de province du sud-ouest de la France. Maintenant à New York, c’est presque trop facile, et à Paris c’était la découverte des petits créateurs, quel bonheur!

  • Elsa 1 décembre 2009, 2:59 / Répondre

    Salut,

    Bizarrement à Toulouse, j’ai rarement ressenti ce regard. Peut-être du à des années d’errance stylistique dans ma jeunesse (oui, on peut passer du gothique au fashion) je ne fait plus attention, et, à vrai dire, les regards et réflexion m’importe peu.

    Mais d’après les parisiens expatriés, Toulouse serait une ville très “fashion”.

  • Laura 1 décembre 2009, 3:00 / Répondre

    Garance, pour moi la mode est une expression artistique, fugace, éphémere. Comme tout art est subjectif, chacun réinterprète à sa manière.Plus loin o plus proche la recherche pas soumis à des règles spécifiques. J´aime ton blog!

  • Anne à Ibiza 1 décembre 2009, 3:14 / Répondre

    J’ai connu Bruxelles où, comme le dit Nadia, on n’aime pas ceux qui se font remarquer (bilan 10 ans en noir!). Je connais Beyrouth, où, comme le dit Gui tout est si codifié que les filles sont uniformes. J’ai aussi connu le Texas, celui des cow-boys ou presque, mais Dallas, c’est 6.000.000 d’habitants et du pétrole! Donc une ville “wealthy” et sophistiquée comme le montre la formidable petite Jane -dont parle Ninee-, plus stylée selon moi d’ailleurs que vraiment mode. Et j’ai connu Paris aussi où, il faut perpétuellement être “en représentation”, avoir les codes de son “clan”. Tuant!…

    Alors aujourd’hui, mon choix, c’est Ibiza et c’est la province (la ville fait 30.000 habitants). Ici, on n’est pas fashion, on n’est pas glamour, mais on est stylées. On ose les couleurs fortes, les imprimés fous, les coupes débiles, les superpositions impossibles ou les accessoires déments. Sans que les autres se retournent. Par contre, fi des grandes marques et des talons de 12cm. Cà c’est réservé aux pachistes (afficionadas du Pacha en été). Ici souffle un rare vent de liberté, très post soixante-huitard…

  • Simon 1 décembre 2009, 3:20 / Répondre

    Chère Garance!!! alalah!!! ton article me touche bcp!!! eh! NON les choses n’ont pas changés d’un mm … helas, étudient à l’école de mode Duperré à PARIS (ui ui ui!!!) depuis la rentrée et venant du sud de la france… comme toi, tout sa me semblai loin et le fait de vivre ici, c’est absolument FORMIDABLE!!!!
    Je ne suis pas du style à faire des extravagances avec mon style mes rien qu’un bon vieu jeans slim noir bien délavé et des boots pour homme en province sa peut faire crier! “OH MON DIEU!!!”
    bref je vis dans un rêve depuis septembre (premiere fashion week, la vie parisienne, les études d’art appliqués….)

    PS: je t’ai appercu quelques fois chez colette ou au défilé Chanel tu es RADIEUSE!!!
    sur ce… je te souhaite une agréable après midi dans la ville la plus fabuleuse du monde…

    Simon

  • robin 1 décembre 2009, 3:22 / Répondre

    Garance, you again show the breadth of your Being by going straight for the heart of the matter. Who hasn’t felt intimidated or superior at some time or other with their fashion sense?
    I may be amongst your older fans and still find myself in and out of that Vortex! :)
    Raised outside of NYC, I now live in rural New England where Birkenstocks and felt slippers are worn as fashion. Everyone looks the same. (sigh)
    But I still dare to “dress up” (by local standards) for the delight of it. And I get my vicarious thrills by perusing your blog (and Scott’s). That’s what we country-folk fashionistas do.
    I love you.

  • Cookies 1 décembre 2009, 3:30 / Répondre

    C’est tout à fait ça. J’habite dans un trou paumé dans le Sud de la France (et depuis que j’ai commencé mes études de photos à Montpellier) et chaque mots de ce post me collent à la peau. C’est dur parfois surtout quand on tient un blog mode, on a l’impression que plein de trucs et de rencontres super nous passent sous le nez. Par exemple, la dédicace du livre de Scott, j’y aurais été SI j’avais PU ahah.

    D’ailleurs, t’étais dans quelle région avant ?

  • IIDA K. 1 décembre 2009, 3:33 / Répondre

    I live in Helsinki, and although there’s a lot of fashion going on here, it’s definitely more hipster and minimalist than in the UK, where I used to live. I’m influenced by the minimalism (and anyway, my favourite colours are grey, blue, white, and black…), but I don’t find it confining. And sometimes I like the way I can pull on some heels and get looked at.

  • bisou-joue 1 décembre 2009, 3:38 / Répondre

    eh bien la mode, loin de la capitale n’a pas beucoup changé depuis ton départ ! Les hommes de province ont toujours aussi peur des talons haut comme si nous allions les leur planter en plein coeur, les gens dévisage votre bouche carmin comme vous aviez désobéi au sacro saint code vestimentaire du coin et c’est tout juste si l’on ne vous fait pas un proces pour avoir tenté un ernis à ongle autre que, au choix, transparent, noirou rouge …
    Moi aussi j’aimerais bien rejoindre la capitale voir ce que ça fait d’être soi …

  • FASHION SNAG 1 décembre 2009, 3:39 / Répondre

    I hate when people think they can whistle at you because you are wearing heels. Are heels really considered to be a foreign object? Geesh! Great post. xoxo

  • Cam Cam 1 décembre 2009, 3:55 / Répondre

    La mode, ailleurs qu’à la capitale se vit toujours comme tu l’as si bien décrite.
    Même à Cannes, oui oui, ville “top super méga fashion” du festival du film.
    Il faut être à la mode, mais classique.
    Ne pas faire dans l’originalité. Non mais ! Quelle idée ?!

  • Garance 1 décembre 2009, 3:58 / Répondre

    Hello !
    Merci pour vos commentaires, c’est vraiment passionnant d’en savoir plus sur vous et comment vous vivez la mode ! Vraiment, merci !!!!

    Thanks so much for your comments. It’s so intersting to learn about how you live fashion… ! A huge thank you !

    G

  • Sylvie 1 décembre 2009, 4:07 / Répondre

    is this a record number of posts responding to today’s blog? Garance, you have definitely tapped into something here (once again!!).

    Rosa’s post about the elderly being the truly fashionable ones in the fashion hinterland was spot on, reminded me of my beautiful grandmother – she always wore fabulous hats, gloves and was never without an elegant little purse. Nothing was new but always beautifully put together.

    I live in the fashion doldrums and your blog is what keeps me connected … it’s inspiring.

  • Lillejenny 1 décembre 2009, 4:12 / Répondre

    Habitant Montréal et ayant habité Paris trois mois il y a quelques années, je suis certaine que la mode est bien différente loin des capitales de la mode. Bien que Montréal ait son monde de la mode et son propre style, le climat ne se prête pas du tout aux talons hauts en plein hiver par exemple. Quand il y a plus de 5 centimètres de glace sur les trottoirs, on ne se pose pas de question et on met nos bottes à semelle plate, antidérapante, fourrée de mouton et imperméable. Quand il fait -30, on essaie seulement à ne pas ressembler à un paquet de vêtements bien qu’il faille mettre plusieurs couches pour ne pas avoir froid. Personnellement, je trouve imprudent les gens qui sortent sans bonnet par temps froid. Souvent, la coiffure est approximative à l’arrivée au bureau.

    Je crois qu’une femme trop habillée ou une autre trop négligée n’est pas mieux. Tout est une question d’équilibre et d’occasion.

  • sev 1 décembre 2009, 4:15 / Répondre

    c’est marrant les points de vue : pour moi les Parisiennes s’habillent toutes avec le même style, et on voit de suite qu’elles sont parisiennes : elles ont le look parisien ! ;)

    C’est l’effet “mode”, qui se différencie de l’effet “chacun son style”, où là peu importe le regard des autres, tu es bien dans ton style, c’est tout. :)

  • sev 1 décembre 2009, 4:16 / Répondre

    c’est marrant les points de vue : pour moi les Parisiennes s’habillent toutes avec le même look, et on voit de suite qu’elles sont parisiennes : elles ont le look parisien, suivent la mode parisienne ! ;)

    C’est l’effet “mode”, qui se différencie de l’effet “chacun son style”, où là, peu importe le regard des autres, tu es bien dans ton style, c’est tout. :)

  • didi 1 décembre 2009, 4:27 / Répondre

    eh ! profond (-ément intéressant) cette remarque…

  • Marija 1 décembre 2009, 4:33 / Répondre

    Hi Garance!
    I hope you will read this :D
    I stumbled on your blog and was intrigued by the picture of a girl wearing jeans jacket. After I’ve watched the photo I read your post, and then another one, and another…for 3 hours! Photo’s of most stylish women with great texts. I’ve never seen anything like that!
    See, I don’t live far from Paris, but it really feels miles away! I’m from Zagreb, Croatia. I’m 17. In one year my decision of where am I going to college is going to be final, but there’s the thing – I don’t know what I would like to study. I always thought it’s going to be architecture, but then I got interested in fashion. Really interested. I’m now really thorned because I really want to do something I love in life and I find real passion in fashion (rhymes XD) and photography. And in Croatia there is no such school. Design in architecture is interor or exteror, but that is not the thing I would love to do for all my life. And that’s why I like your job (that’s a first, ha? :D). I could do fashion for all my life. Travels, photography, meeting designers… oh, it sounds perfect! So, I’m studying hard (I go in one of the 2 most difficult high schools in country) and I hope I would get a scolarship for a college in Paris, my dream town, so I can study what I love and live up to my potential.
    I know that there are many comments on your blog and you can’t read every one of them. I just want you to know that you’re my inspiration. Thank you for writing this blog!

    Bonne journee!

  • didi 1 décembre 2009, 4:35 / Répondre

    aussi : je me fais la réflexion que lorsque je travaillais à la capitâââle, on adorait mes baskets de la “fille cool” au bureau.
    Maintenant de retour dans ma province, et ben mes baskets elles font “pas sérieuse” au bureau…

  • Wiwish 1 décembre 2009, 4:43 / Répondre

    Je suis aussi à Paris depuis 5 ans, et je ressens mot pour mot ton récit !! Ici on prend une claque d’abord, puis on se redresse comme on peut en observant et en suivant… Après on se créé son style! ^^ Depuis quand je retourne en Province, je suis épatée car je trouve qu’il y a des filles qui se stylent magnifiquement bien avec (j’avoue) le manque d’accès à tout cque nous avons ici!
    http://www.youtube.com/watch?v=rMBHIxGcMFk
    Wiwish

  • jessy cole 1 décembre 2009, 4:47 / Répondre

    the compulsion to deviate, and the compulsion of others to follow it, that is what breathes life to fashion in small towns i think.

    you are fantastic, keep it up.

    jc

  • Being Loving Doing 1 décembre 2009, 4:59 / Répondre

    For me it happened the other way. I come from a little place, as you and most Parisians do. But people in this little home place likes fashion. Not the way Paris likes it, but in its own way. So I wasn’t shocked when I hit Paris the first time. I was not really amazed by this the-world-is-whispering-that-Parisian-girl-is-chic. It was when I got back home that I did realize the difference. That Paris was different, actually. I wouldn’t say better. I say different. But I agree that retail is much more exciting in Paris than in my little home place. In the same way, London style is different, Milan (and Rome) fashion is different, NYC is different. So is Barcelona and so on. I get rather shocked with bad-dressed guys than amazed by well-dressed girls. But, I give it to Paris, and all fashion capitales, that very stylish girls are more common and very special. But for me, it’s more a matter of statistics. More people, more fashion, more special fashion people.

    Gaelle
    http://www.beinglovingdoing.com

  • Erin 1 décembre 2009, 5:00 / Répondre

    you do.

  • barbara 1 décembre 2009, 5:07 / Répondre

    self confidence is what mantains fashion alive: the lack of fear to be different, in paris, madrid, a village, the outskirts of a big city, a house in the midddle of a mountain or wherever. Fear is fashion’s worst enemy.

  • Andi 1 décembre 2009, 5:08 / Répondre

    Garance- I love the way that you are working to send fashion to everyone. I’m in southern Germany there is a fantastic spirit around here (especially older men and women, 70-90) but it is still a small enough area where you get looks if you wear heels or something creative/outta there. Thanks again!!!

    Bisou

  • Cassie 1 décembre 2009, 5:08 / Répondre

    Hélas, la mode loin de la capitale se vit toujours pareil, et quand tu sors de chez toi avec une chemise en guise de robe, les gens te regardent avec le petit regard qui en dit long “Oh mon dieu mais elle est presque nue !”, “Vous croyez qu’elle sait qu’elle n’a pas mis de pantalon ? ”
    Pas de doute, quand on aime la mode et qu’on vit en province, il ne faut surtout pas avoir peur du regard des autres…
    Les parisiennes ne connaissent pas leur chance ^^

  • MAUUUUUUVe 1 décembre 2009, 5:09 / Répondre

    Je vis dans une assez petite ville et c’est vrai qu’on se fait plus regarder lorsqu’on est une excentrique comme moi. Pour moi, ça ajoute du challenge!

  • Margaux 1 décembre 2009, 5:17 / Répondre

    A Reims quand on a 15 ans, la mode elle se vit pareil pour tout le monde : Vanessa Bruno, slim, ballerines. Sauf pour certaines ;p J’essaye d’y ajouter mon petit grain de sel pour être un peu différente. Ok, j’ai un Vanessa Bruno, mais il est noir, en daim avec des œillets, ok j’ai des ballerines mais c’est des Repetto argentées ou des Ras noires avec des grosses boules dorées dessus !
    Et quand les gens me regardent bizarre dans la rue, la je me dis peut être que je suis un peu plus originale, du coup je suis contente ! (J’imagine déjà le tête qu’ils feront quand j’aurai mis la main sur une paire de hiking boots qui me fait tant envie ! J’en rigole déjà !)
    Et j’avoue que je viens souvent à Paris pour les vacances, et la j’observe, j’admire bref je me sens … provinciale ! Mais plus le temps passe, plus j’ai l’impression que ce sentiment disparait de plus en plus vite.

  • sandrine 1 décembre 2009, 5:21 / Répondre

    So true!
    Ca faisait dix ans que j’étais à Paris, bossant dans la mode en plus, autant dire que rien n’était interdit. Et puis me voici exilée en Norvège -où c’est beau, très beau, même- mais entre le look sport casual de la semaine, et le côté bitchy party girl du vendredi soir, je ne trouve plus vraiment mes repères fashion;-)

    Ca y est, me voici toute nostalgique des mes avenues parisiennes. Argh!

  • vv 1 décembre 2009, 5:26 / Répondre

    La mode, en province, elle se vit difficilement. Le jour où j’ai osé la Alt attitude, mon slim rentré dans mes cuissardes et un sweat large gris pour dédramatiser le tout, on a fait plus que simplement me siffler. Un jean rapiécé et on te pourrit ta journée. C’est triste, ce manque d’ouverture, on se sent contraint de s’exiler pour exister…

  • Cily 1 décembre 2009, 5:31 / Répondre

    Je ne sais pas si c’est pareil partout mais là d’ou je viens, tout le monde regarde tout le monde et quand j’y reviens je sens l’étiquette “Parisienne” collée à mon frond.. :)

  • Cily 1 décembre 2009, 5:32 / Répondre

    front plutot.. oups..

  • Johanna - www.johannajagendal.se 1 décembre 2009, 5:39 / Répondre

    Beautiful illustration! You’re very talented!

  • Anna 1 décembre 2009, 5:42 / Répondre

    Haha hearing YOU say you felt like a “rough draft” gives me some comfort… the one thing I miss about living in NY is the ability to dress however you damn please and not get a million stares on the street. I think we all adapt to our habitat one way or another, including how we dress. The trick is to hold on to style, style, style. Just because I live in Seattle now, doesn’t mean I’m wearing polar fleece and crocs! And I think one can have FUN with their style no matter where they live, and still put a smile on people’s faces rather than a look of confusion…
    xo

  • Dandy 1 décembre 2009, 5:52 / Répondre

    Oui, l’horreur des villes de province, les regards moqueurs et hébétés existent encore! Mais pour ma part ça sera un témoignage différent: à Paris aussi on se fait parfois regarder de travers, où doit on aller après Garance?, dis le moi!!!!!

  • estelle 1 décembre 2009, 5:53 / Répondre

    Quand on vit très loin des capitales, la mode, c’est un groupe de filles très jolies avec le dernier must sur le dos, je veux dire, un groupe de clones. ça, c’est entre 12 et 15 ans. Après, vient la mode “lycée”, hippie, reggae, rock, suivant les décennies, où l’on retrouve les mêmes filles cool-clones, accompagnées des mecs les plus cool-clones du lycée, bien sûr!! Ensuite, les groupes s’éparpillent vers d’autres villes plus grandes mais pas capitales de la mode. Et là, c’est la cata. Il y a les tailleurs-lunettes, les éternels hippie-rock-reggae (encore étudiants, généralement), les suiveuses-copieuses…

    Là, je fais dans les clichés. Car, à Paris, NY, Genève, partout il y a des gens cool, bien dans leurs habits, sans idées préconçues, simplement eux-mêmes… Heu dis, Garance, ce serait pas du streetstyle??

  • modessentielle 1 décembre 2009, 5:54 / Répondre

    tout à fait d’accord concernant Toulouse(http://modessentielle.blogspot.com/2009/09/les-papillons-toulousains.html) mais au centre ville, les filles ont un vrai chic toulousain et ont le sens de la mode qui est d’ailleurs trés différent des tendances parisiennes. je pense que c’est lié au temps.
    lorque j’y habitais, je n’arrivais pas à m’habiller de noir alors qu’à Paris c’est souvent mon quotidien.
    quel débat !!

  • CG 1 décembre 2009, 5:58 / Répondre

    Non Mâââdame, je ne suis pas la mode moi !
    J’expérimode, nuance !

  • Ana 1 décembre 2009, 5:59 / Répondre

    Hey Garance! I live far away from any fashion capital and i gotta say> what gives me the hope and breath for being fashionable its really my appreciation for fashion, because thats who I am. It doesn’t matter where you are, but who you are and how you express yourself. If fashion is one of the ways, even when everybody around doesn’t has a clue of what your wearing you feel right with yourself, you don’t need any approval but yours.
    And yes sometimes my mom or my friends question what i wear or have fun with my outfits but anyhow i enjoy them. so who cares? xo!

  • Jaqueline Diaz 1 décembre 2009, 6:03 / Répondre

    I felt the same way in high school and college. Now that I am working a full-time position in an office I have come to realize that this life isn’t enough and I would like to pursue a career in fashion. My mother always reminded me that I should dress for the job I want, not the job I have. I always think of this when I hop on my bus to work in my 5 inch heels.

    Thanks for being such a big inspiration. You blog makes the world of fashion seem so much more approachable.

  • Jess 1 décembre 2009, 6:03 / Répondre

    I loved this post! Within the last five years I’ve witnessed how suburbs can develop very distinctive uniforms; I love seeing how people spend time putting their own unique spin on this, but ultimately what I adore about the fashion capitals is the freedom to look like ANYTHING.

    I lived in a tiny university town on the East coast where the only stores were Ralph Lauren and J. Crew–cable-knits, pearl necklaces, loafers and nantucket red abounded! Although I wouldn’t say that preppiness is my principal style of choice, during uni I truly came to appreciate the clean lines and the colours of New England.

    Then I moved to Manhattan, where the dynamism, daring and chameleonic style of New Yorkers never ceased to inspire me! It was the latter quality especially, the power of inventing yourself anew with each outfit, that stuck with me.

    Now I live in a sleepy little English town where the modern washer-woman look is the rage. Thanks to New York though, I’m never afraid to rock a shoulder pad or sky-high thigh-highs, even in a library, surrounded by disapproving, crotchety male scholars who think that women with brains should look a certain way =) xx

  • Noelie 1 décembre 2009, 6:05 / Répondre

    Un grand nombre de persones on écrit avant moi et je pense que du coup je vais encore rabécher les memes choses. Aimer la mode en province et vouloir exprimer ce besoin, cette passion, c’est assez difficil. En fait tout part de jalousie je pense. C’est bien dommage car il me semble que bien plus d’une personne serait bien mieux dans sa peau et dans sa tête. Là on est obliger d’un peu se cacher et de ne pas vraiment montrer nos goûts pr les tendances, la mode ! Le problème c’est qu’on dit tout de suite de toi que tu te l’as pète, que tu prends tout le monde de haut alors que la plus part du temps ça n’a rien à voir. Et je ne parle même pas lorsqu’on a le culot oui parce que c’est bien du culot, de sortir avec des talons de plus de 10 cm, tout de suite on fait vulgaire et on a droit à des regards de travers.
    On se console donc comme on peut, par les magasines, les blogs mode, faire des petites créations coutures, on se créait un monde en attendant qu’on puisse être vraiment nous même et surtout à l’aise avc la mode.

    Après beaucoup de marques nous sont innaccessibles alors on se rabat sur le net mais ce n’est pas vraiment pareil.

    Article très ympathique, on oublie trop souvent les provinciales ^^

    Bises

  • Thischicksgotstyle 1 décembre 2009, 6:08 / Répondre

    Garance, your writing always makes me smile!
    Do you also have picturs from those ‘south in france’- days?
    So curious :D!

  • Alice 1 décembre 2009, 6:08 / Répondre

    C’est dure la mode en province, et pour moi dans une mini ville!
    Heureusement qu’il y a des blogeuses!
    Merci

  • francisco 1 décembre 2009, 6:13 / Répondre

    hi again! Dear Garance let me sugest you to start a book about fashion sociology, that might be very interesting! and you have an incredible material just here….these answers are what you need to start an incredible book……;)

  • H to the Izzo 1 décembre 2009, 6:14 / Répondre

    Interesting observation. I think it is true that the way we dress is shaped by our surroundings. I dress a little more laid-back and casual when I go to my hometown to beach. I dress more city-chic when I’m in my own city.

    I live in Richmond, VA, USA which is not really a town known for fashion, and so I’ll often hear “Why are you so dressed up?” when really I’ve just put effort into my outfit. People never dress up for anything here, especially in summer (partly bc it is so humid and hot).

    I get a lot of inspiration from independent fashion bloggers and streetsyle blogs and places like Chictopia.com. It’s nice to see that people are having similar and different fashion ideas in other small towns and cities across the world. Makes you feel part of a community.

  • Adelina 1 décembre 2009, 6:36 / Répondre

    Très beau post!
    Je vis entre le Sud et Paris, mais le seul endroit où je me lâche vraiment du point de vue modesque est mon pays d’origine: la Russie. Je vis en France depuis 7 ans et par moments j’ai l’impression de m’étouffer sous le poids du “politiquement correct”! Parce que quand on achète du YSL ou du Balmain pour les prix du YSL ou du Balmain (les dernières collection dans les belles boutiques, et pas du vintage dans les friperies) et quand on ose porter tout ça dans les rues parisiennes en toute simplicité, on est souvent fusillé des regards. Et si on ose d’enfiler un manteau en zibeline, il faut prévoir un garde du corps…

  • mimi taylor 1 décembre 2009, 6:42 / Répondre

    I want to be Garance ! :)

  • Alizée 1 décembre 2009, 6:51 / Répondre

    La mode en dehors de Paris ? Et bien … c’est toujours aussi difficile !
    Je me prend réguilerement des remarques du genre ” Ta jupe est vraiment courte, tu devrais mettre des leggings plûtot que des collants opaques ” c’est toujours particulierement agréable surtout quand on croise pratiquement à tout les coins de rues des filles portants les fameux leggings avec un style qui laisse sacrément à desirer ( bottes en sky bouts pointus à talons aguilles et petits hauts decolletés ) autant dire que c’est pas la grande classe.
    J’ai aussi droit aux ” Tu vas à la pêche aux moules avec ton jean retroussé ? ” Voilà l’esprit.
    Et encore j’ai la chance de ne pas habiter le fin fond de la Creuse, mais le Sud, on peut au moins se permettre de porter des fringues “demi saison” un peu plus longtemps que vous ( on se rassure comme on peut : )).
    En résumé, supporter le regard des autres c’est toujours un peu plus difficile quand l’originalité vestimentaire n’est pas la specialité du coin.

    P.s: Un bien joli blog, source de beaucoup d’inspirations, multiculturel qui plus est.
    Bravo pour le travail que tu fais tout les jours et merci d’avoir eu une pensée pour nous, pauvres modeuses provinciales laissées pour compte. : ))

  • Comédie 1 décembre 2009, 6:54 / Répondre

    Paris … Ahlala.
    Je suis rémoise, et encore adolescente, donc tout à fait dans le tripe “Heureuse, amies géniales, amoureuse” (Il y a un intrus dans la liste.)
    J’adore la mode, je ne peux pas m’en passer, je passe mes journées à éplucher tout ce qui me passe sous la main, j’apprends par coeur (Ou presque) tous les sites qui servent de bonne source d’information, et je ne manque aucun numéros des meilleures publications & des meilleurs magazines (Quelle que soit la langue, je me débrouille parfaitement avec le français et l’anglais !) et bien que je ne sois pas un comble d’originalité, je pense être assez bien comme je suis ..
    Mais effectivement, je me prends une claque chaque fois que je sors de mon train après 45min de trajet, et que je vois une armée de presque-moi, et quelques filles ultra-charismatiques et juste insupportablement belles me passer devant. Je me hais, et je déprime pendant plusieurs jours. Enfin, ça serait le cas sans la beauté de cette ville … La mode va moins vite ici, les gens n’ont pas idée des “tendances”, et la plupart de mes connaissances sont plus BCBG que stylées …Mais on l’aime, cette mode, et elle me transporte, tellement, tellement loin, me fait oublier mes 15 ans tous frêles et même si les regards sont plus durs qu’ailleurs, je me prends à me faire plaisir avec de belles chaussures ou un chapeau … :D

    Et à part ça, une fille de 15 ans ça aime Gossip Girl, et ça a très fortement pensé “GARANCE DORE” en regardant son dernier épisode ce soir même (Sans même attendre les sous titres. Oui, je suis ACCRO !)

    Merci pour ta part de rêve chaque jour !

  • Comédie 1 décembre 2009, 6:55 / Répondre

    Oh et j’oubliais … C’est fou comme la longueur des jupes provoque des polémiques ! Rien que pour ça j’aimerais oublier un peu la province parfois :O

  • Zoe 1 décembre 2009, 6:56 / Répondre

    Living in Edinburgh is sometimes a little depressing fashion wise…the city is so beautiful but many people do not dress to match! There are FAR too many Uggs and fake jean leggings :’(
    If somone is ‘dressed up’ it is often in a tacky WAG way, with plastered on makeup and big designer logos

  • Steph 1 décembre 2009, 6:56

    My college is the same =( orange faced teenagerswith matching uggs

  • Anaïs 1 décembre 2009, 7:02 / Répondre

    Elle n’a pas changé la mode loin des capitales. Tous les jours c’est la même question “que vont penser les gens ?”. Il serait donc vrai que la mode soit plus facile a assumer à Paris qu’en province… Vivement que je fasse mes études, à Paris !

  • Philippa 1 décembre 2009, 7:06 / Répondre

    J’habites à Mulhosue, une petite ville en Alsace et la-bas c’est dur de s’habiller à la mode sans susciter les regards bizars. Rien qu’une paire de bottes a franges et on vous regarde bizar ! C’est dur à assumer …

  • Philippa 1 décembre 2009, 7:07 / Répondre

    J’habites à Mulhouse, une petite ville en Alsace et là-bas c’est dur de s’habiller à la mode sans susciter les regards bizars. Rien qu’une paire de bottes à franges et on vous regarde étrangement ! C’est dur à assumer alors souvent je m’habille très casual.

  • Amandine 1 décembre 2009, 7:22 / Répondre

    Je vis à LYON, et je reviens d’un an au royaume uni, qui m’a permis en plus de faire des visites à Londres. Eh bien je peux te dire que la mode a la vie dure en province. A Lyon, on a soit le look preppy (même pas poussé à l’extrême, c’est à dire slim ballerines sac poliage longchamp et mèche sur le côté) soit le look weshwesh (survet fluo et casquette)

    Je suis donc une réelle malheureuse, avec mes envies de cuissardes, mes mini shorts/robes/jupes qui choquent la population lyonnaise à cause de mes longues gambettes, pas de look “une chemise et c’est tout”, sinon on t’arrête dans la rue, quand je porte beaucoup de colliers, on m’appelle Mister T… Bref, Lyon est une grande ville, mais où l’esprit reste très froid, juge énormément, et n’est pas ouvert du tout! Je veux retourner à Loooondres!

  • brooke 1 décembre 2009, 7:32 / Répondre

    You are an amazing writer. Such style and personality. “A rough draft of a woman” — I love it.

  • blabla 1 décembre 2009, 7:33 / Répondre

    Ce sujet, c’est mon drame car je le vis à l’envers: j’ai quitté Paris pour Bruxelles (pas à cause de l’ISF :-), je sais grande ville qui recèle des trésors selon certains, mais non, pour moi rien à faire le style est dans l’air des grandes métropoles (Paris,Londres NY etc…). Qu’offre Paris? l’abondance de l’offre, le choix, le mouvement, une caverne d’Ali Baba, mais surtout l’inspiration, l’émulation…la possibilité d’avoir une vraie personnalité.
    J’y vais évidemment souvent mais je rentre avec des trucs immettables dans la vie de tous les jours ici alors qu’à Paris cela ne m’aurait causé aucun problème, ce n’est pas le regard des autres qui est en cause mais je ne sais pas, un manque d’envie indéfinissable, toutes mes amies parisiennes disent la même chose…

  • SophieC 1 décembre 2009, 7:43 / Répondre

    J’habite dans un petit vilage dans le sud ouest, et imposer des talons dans un environnement ou les fermiers sont de sorti est trèèèèèèès difficile! Ils te prennent tous pour LA fille qui n’a rien dans la tête.. Pourtant si tu savais comme j’ai envie de mettre des talons! Argggn! J’essayerais d’en mettre demain, rien que pour leur donner un torticolis à tous ces gens! ;-)

  • Donna 1 décembre 2009, 7:49 / Répondre

    I love your honesty! I love how you admit to what may be deemed as insecurities but are not for you are so upfront about yourself. Bravo to you!

  • Jaïlis 1 décembre 2009, 7:51 / Répondre

    J’avais laissé un premier commentaire mais je crois qu’il est parti en fumé dans le mystère d’internet.
    Pour ma part j’habite dans une petite ville suisse alors c’est vraiment loin mais alors très loin des capital de la mode. Des talons et les regards en biais fusent!
    Mais finalement la mode c’est aussi attirer un peu l’attention non?! alors maintenant j’essaie de m’habiller comme j’en ai envi et tant pis pour ceux à qui ca plait pas moi j’dis!

    En tout cas bravo pour ce superbe blog, j’adore, j’adore et j’adore encore! Je le suis depuis super longtemps et c’est la première fois que je laisse un commentaire. En tout cas merci à toi et encore bravo!

  • Marion 1 décembre 2009, 8:15 / Répondre

    Moi aussi mon com est parti en fumée… zut:-( je me re lance!!
    ce qui est difficile quand tu es une parisienne exilée en province( 32 ans à paris, un boulot dans un bureau de presse; depuis 1 an à Bordeaux maman d’un petit bout de 9 mois sans boulot…gros décalage!) c’est que tu n’as plus de “public” pour apprécier tes idées, tes codes vestimentaires.
    A Paris quand tu sors de chez toi perchée sur des Yves Saint Laurent, tu sais que tu vas croiser 2 ou 3 regards qui sauront de quoi il s’agit à tes pieds… fierté, reconnaissance , ronronnement de bonheur!!
    En province, perchée sur tes saint Laurent, les 2 ou 3 regards ils pensent que t’es maso ou que tu vas au mariage de ta belle soeur… Bon :-(
    En fait qu’on soit à Paris ou en province, le plus important c’est de trouver son style… c’est plus facile à dire qu’à faire…
    Mais grâce à internet, aux blogs, a TON BLOG précisément, je me nourris, je m’informe différemment de quand je vivais à Paris, j’achète moins mais mieux en province… De plus belles pièces, intemporelles! La mode quand tu l’aimes tu sais ou la trouver, ou que tu sois!
    Et puis est ce que ce n’est pas aussi ça le charme de Paris, cet élitisme??!!
    Moi je crois bien que oui ;-)

    Continue ton boulot, c’est vraiment du plaisir de te lire, de voir tes photos et tes dessins :-)

  • Audrey 1 décembre 2009, 8:22 / Répondre

    HAAAAAA! Merci de t’intéresser a ces filles passionnées de mode mais habitant MALHEUREUSEMENT dans la campagne et sortant d’un village portant le nom d’un fromage ! Mais j’essaye de me sortir avec internet et les magazines , car oui il y a quand même internet dans ma cambrousse !
    mais l’avantage d’habiter entre les montagnes, c’est qu’il suffit de mettre un gros pull XL sur une bonnes paire de collant pour que les filles du lycée te demandent:” je comprends pas comment tu oses venir comme ça au lycée !” (merci.. ) mais bon je prends ça pour un compliment car au moins je me différencie des autres.
    Alors merci , car c’est grâce a ces sites dont “Garance doré” que j’arrive a me motiver tous les matins en me demandant: ” comment vais-je m’habiller aujourd’hui pour que personne ne porte la même chose que moi ?!”
    Encore merci ( & tes articles me font toujours sourire devant mon ordi !)

  • Mademoiselle C. 1 décembre 2009, 8:28 / Répondre

    J’ose pas trop dire ce qu’il en est à Cholet…!
    Quelques looks atypiques se promènent vu qu’il y a un lycée de la mode. ;) Ouf!

  • Inglesa Madrileña 1 décembre 2009, 8:37 / Répondre

    Moi, anglaise, mais tout à fait espagnolisée (!), rends visite pour faire le weekend à Lyon. En route à l’hôtel, robe de cuir noir, blazer noir à la Stella McCartney, j’écoute “eh, voilá, ils sont arrivés les parisiens”. Maintenant, j’ai tout compris!
    Bisoux (y besos) de Madrid.

  • Mouche 1 décembre 2009, 8:37 / Répondre

    Haa la Province et la mode…C’est presque un pléonasme XD (j’suis mauvaise langue)
    J’habite Pessac, à 10 min de Bordeaux. Et ici…Je fais tourner pas mal de tête avec mes looks et pas dans le bon sens >__<.
    Rooh je généralise hein ! Il y a des perles quand même…Mes amies quoi ^.^ hi hi

    (J’ai tenté d’envoyer un premier commentaire mais je ne sais pas si ça a marché donc il se peut que vous lisiez deux fois la même chose)

  • sweetlife 1 décembre 2009, 8:48 / Répondre

    Garance– I am someone who is fascinated by fashion and also afraid of it. I am far, far, outside of it in so many ways. The size and shape of my body, the place I live, my politics, my friends, the amount of money I have, all mean I will probably never wear or own much name brand fashion. I loathe the way people use fashion and style to size each other up and cut each other down. And yet I adore color, cut, line, and spectacle, the history of clothes and culture, and all the big and little ways that people find to make themselves seen and understood through their style. So I participate by noticing those efforts, and complimenting people on them, and trying to make some small efforts of my own, though they are rarely things that anyone would want to photograph–or even notice. Reading your blog is one way for me to tiptoe into those dangerous waters, too, so thank you for that.

    @Rosa 11:49 — Bravo to you for finding true style in your little town. Don’t be afraid to compliment those beautiful older people — I think you will find both women and men are gratified that someone notices the care they take. You may even find a mentor, or someone who wants to share their collected treasures with you!

  • Vancouverhelen 1 décembre 2009, 8:53 / Répondre

    What a great post Garance – and such great comments, and such a lovely community of style-minded people!
    I live in a rather unfashionable town – clothing for the most part is utilitarian (can I hike/run/kayak/ski in this?) but there are some of us who are passionate about our self-expression.
    Women here generally have a lot more flexibility than men do – there are times I feel sorry for my husband, who has an Italian background, and loves quality clothes. But he’s constantly asking me whether his Zegna or Isaia suit is too flashy for a meeting (I, on the other hand, keep telling him it’s missing a pocketsquare – but he won’t wear one here because he doesn’t want to draw attention at work.)
    My best friend recently said something interesting about tatoos, and I think it might be applied to fashion as well – usually people get tatoos to compensate for a weak ego (she’s a psychoanalyst) – and it is often necessary for them at that stage in their life – there’s nothing wrong with it, it’s simply a tool.
    There comes a point I think where self-expression becomes genuine and innate (as one person wrote about her grandmother with beautiful, subtle graceful dressing skills, and cherished pieces from the 50′s) and it no longer is about getting a reaction or appreciation or acceptance from others, but simply from truly knowing oneself.
    This is why I enjoy yours and Scott’s blogs so much – you show us the beauty of that self-awareness.

    PS I’m anxiously awaiting more stories about your musical endeavours!

  • Stephanie 1 décembre 2009, 9:04 / Répondre

    I live in a fairly small town and people double take when they see me in high heels and a skirt just going to college, and I always end up feeling a little uncomfortable so I’ve taken to wearing flats… it feels realy weird!!!
    Glad I’m not the only one though!

  • charlene 1 décembre 2009, 9:13 / Répondre

    Je ne sais pas si mon message peut vraiment compter, car je ne vis pas loin de Paris (15 min de rer et me voilà à Saint-Germain!), mais je pense toutefois qu’avoir 17 ans, aller au lycée 6 jours/7, où toutes les filles sont habillées de la même façon, se copient les unes les autres, et n’ont au final aucune originalité, rend la question de l’ “audace vestimentaire” un peu plus difficile… Au début, c’était vraiment très maladroit. Mais comme tu l’as parfaitement dit, quand on aime la mode, on apprend vite. Bon, c’est sans doute exagéré, je ne sors pas non plus en body Margiela tous les jours, mais je pense qu’il suffit de se sentir bien soi-même dans ce que l’on porte, et surtout de porter des vêtements qui nous RESSEMBLENT, pour oser et ne plus (trop, du moins) se soucier des autres. Bien qu’évidemment c’est toujours agréable de recevoir des compliments! Enfin, parfois ce sont aussi des regards inquisiteurs sur mes dernières fashion lubies qui dépasseraient d’un peu trop leurs normes… Après tout, la mode n’est-elle pas un parfait moyen d’expression au même titre que n’importe quel autre art?

  • lucky-elodie 1 décembre 2009, 9:15 / Répondre

    garance , slt !
    ton blog est super ! ( on te l’a déjà dit plusieur fois mais bon , sa fait toujour blaize qu’on le dise )
    j’ai envie de te dire ,que les choses n’ont pas beaucoup évolué , je me souviendrais toujour , quand j’ai osé de mettre un short avc des collants ( en me disant qu’on va moin me prendre pour une folle ) puis une chemise longue , bin ( oui je suis du nord donc forcement le bin est obligatoire au moin une fois ) tout le monde m’appris pour une folle entre les filles qui me regardaient du coin de l’oiel , et les boys qui regardaient mes fesses , c’était horrible .
    pour tant je vie à Valenciennes qui est une métropole , mais les gens qui ont du style on les remarques tout de suite , donc oui maitenant chaque matin le gros dilem , je tante ou je tante pas .

  • Violette 1 décembre 2009, 9:16 / Répondre

    La mode ne vit presque pas en province. Une chemise en jean pour guise de robe ; on est prise pour une fille osée, une point de léopard fait directement très prostituée, comme un manteau de fourrure ; Une simple doudoune noire devient un sac poubelle recyclé ( au moins, on a le mérite de se dire qu’on est une fille écologique ).
    Je m’instruit grâce à des blogs , mes idoles pour moi, sont très urbains, comme toi, chère adulée Garance, que j’ai fait découvrir à mes amies, mais aussi pas d’autres, qui ne sont, en y réfléchissant pas si nombreux.
    Je viens à quelques deux cents kilomètres de ta ville tant chérie, mais, même en cherchant et retournant ma ville basse-normande, aucune mannequine, fille à forte personnalité, artiste (…) ne se cachent derrière une touffe d’herbe fraichement coupée.
    Interrogeons une fille humaine, normale, sans aucune touche personnalisée, sur le monde de la mode, vous parlera rapidement de simples bensimon, h&m, et couleurs sobres.
    Viens observer , à quelques kilomètres de Deauville, la ville de Caen.

  • flux 1 décembre 2009, 9:17 / Répondre

    je pense que c’est surtout le fait de grandir qui fait qu’on prend moins garde aux regards des autres et qu’est-ce- qu’ils- vont- penser- mon -dieu !
    au college , j’ai peu a peu osé mettre des choses qui m’ont paru comme les pire des excentrités.. en fait je mettais juste un chapeau rouge ou des collants colorés, mais je me sentais tout de même super warrior, parce que les insultes, les regards mauvais, les sifflement dans le bus scolaire… j’ai dégusté.
    et puis au lycée, ( bon avec une section art plastique ça change pas mal de chose) les gens ont soudainement grandi ,et ne m’ont plus jamais fait de commentaires!
    pareil dans les rues, strasbourg ou je vis (enfin non j’etudie) est tres ouverte.
    Les gens ne sont peut etre pas tous des connaisseurs , mais ne te jugent pas vraiment.
    en tout cas maintenant a la fac, je n’aiplus du tout l’impression d’etre différente, ou bizarre même avec des collants roses a rayures, une veste jaune canari , des derbys , un vieille toque de mon grand pere ou un pull a sequin !
    je suis contente d’avoir persévéré :)

  • karen 1 décembre 2009, 9:40 / Répondre

    this is a beautiful post, growing up in El Salvador, I used to be made fun for being different. I love to hear more about your story. You need to write a book.
    Your writing is so lovely!

  • Nicole 1 décembre 2009, 9:49 / Répondre

    Garance! I am sure to see what that feeling is like as I live in Sydney Australia but in the suburbs, totally boring, So I am looking forward to feeling at ease with other heel wearing friends later. :)

  • Sillie 1 décembre 2009, 10:01 / Répondre

    Quand tu vis à la campange, en Belgique en plus, ce n’est effectivement pas facile de se permettre des excentricités… J’adore les sequins, mais je crois que je n’oserais jamais en mettre. Les talons à toute heure, je m’y mets peu à peu, même si on se demande pourquoi j’ai un noeud sur le talon et que les chaussures rouges attirent invariablement les sifflements. Mais ce que j’aimerais vraiment, c’est pouvoir porter des clous et des vêtements déchirés sans avoir l’air de la baraki du coin. Et qu’on reconnaisse que ce qui est inhabituel n’est pas FORCEMENT de mauvais goût.
    J’attends l’unif de Bruxelles avec curiosité, même si Belgium Belgium…

  • Jolinette Coquinou 1 décembre 2009, 10:13 / Répondre

    Elle se vit comme un rêve éveillée que l’on touche du doigt, par-ci, par là. Par des filles inspirées au coin des rues ( si si, en province ça existe aussi ;) , dans des boutiques sympatiques qui prônent le style individuel, pertinent et joliment coupé, mais surtout au travers de la presse féminine, instrument magnifique qui, lorsque le porte-monnaie est percé, nous permet à moindre coup de palpiter… Elle se vit néanmoins certainement de façon moins épanouie et assumée qu’à Paris. La parisienne, un mythe à ne surtout pas détrôner !!! :D

  • Viv 1 décembre 2009, 10:26 / Répondre

    J’aime ton blog, Garance !
    I especially enjoyed this post. Merci :)

  • Jeltjie 1 décembre 2009, 11:22 / Répondre

    I love the way you tell stories xo This is hands down my FAVOURITE blog ever ever ever xo
    Hope you don’t mind but I repeated your post on my blog. With full credit of course. I just wanted to share.

  • Michele 1 décembre 2009, 11:29 / Répondre

    I love fashion but acknowledge its brainwashing

  • jelizarose 1 décembre 2009, 11:38 / Répondre

    J habite a Atlanta, non-pays fashion par excellence, royaume de la UGG avec la veste North Face et le Pliable Longchamp parce que ca fait chic. J’ai aussi habite a Chicago , a Berlin, a NYC et apprecie la-bas certains vrais styles personnels. Mais ce qui me frappe et m attriste quand je rentre a Paris c est l uniformite complete. Le gris, Sandro qui est du Balmain copie, Zara qui est du Sandro copie, toutes ces marques sans identite et toujours ces regards, dans le metro, dans la rue, sur mes fringues.Les memes references usagees, Birkin, Blondie, Fawcett, toutes ces icones “personnelles” pillees par tout le monde. Il y a plus de pression uniformisante et de dedain automatique a Paris que nulle part ailleurs.

  • Valmontetmerveilles 1 décembre 2009, 11:49 / Répondre

    Bonjour Garance,

    Même à Paris, il suffit que tu changes de milieu…Après avoir eu une (longue) vie de “Parisienne” night-clubeuse ,j’évolue actuellement en milieu juridico-universitaire et je suis effondrée par les regards des autres…. Et encore , je suis myope! Lassée par un ans de soumission vestimentaire, je ressort maintenant mes trésors des placards ( bon pour la veste vintage en léopard, et les boots Margiela , je vais encore réfléchir.. ) et j’ai la sensation de respirer à nouveau .

    Merci pour ton blog!

  • nomnom 2 décembre 2009, 12:41 / Répondre

    Rosa, what a poignant post. Rare to find such an appreciation of the fashion style of the elderly (without being patronising).

  • Michèle 2 décembre 2009, 12:43 / Répondre

    J’habite au Québec et non, même pas a Montréal, alors tu vois, la mode pour la majorité, c’est synonyme de ce qui se retrouve dans les magasin….Et oui! Quel malheur… J’ai 16 ans et lorsque je m’habille je me dis ” est-ce que ça c’est socialement acceptable?”, il y a des jours ou je fonce et je brille et d’autres jours ou ma tenue reste dans le placard… À chaque foi que je sors mes tailles-hautes avec mes talons, je peux être sur qu’on ne me regarde pas dans les yeux, mais plutôt de travers! Mais bon… je m’assume! Je doit dire que lorsque j’ai sortie ma veste de fourrure en septembre dernier, il y a plus d’un qui s’est retourné!

    Merci Garance pour ces superbes articles, tu m’inspire beaucoup!

  • Sarah 2 décembre 2009, 1:33 / Répondre

    garance! I really love your site and am inspired every time i visit!
    You are one of the most inspiring women that embodies confidence that all women should have.
    I am a junior in high school right now and my dream is to go into fashion, and I am always looking for a mentor and role model to look up to, and you are one of them!
    Thank you for being my inspiration! :)
    I LOVE YOU<3

    p.s if you have any advice in entering the fashion world, please share :)

  • Blue Satin Sashes 2 décembre 2009, 2:33 / Répondre

    In my experience here in the US, fashion “rules” vary more by climate than anything else. I travel extensively for work and spend most of that time interacting with and observing the general American public. My observation is that fashion in warmer climates (Miami, Dallas, Scottsdale, LA) revolves around women showing off their bodies as much as possible and men showing off their money. Cooler climes (NYC, Chicago, Seattle, Portland) seem to bring a greater sense of fashion freedom, one more about individuality and expression, more along the lines of what you show on the streets of Paris – about the aesthetic rather than the body. I have outfits I would never wear in NYC and others I would never wear in LA. I find it rather fun, actually; you haven’t lived until you’ve worn a hot pink bandage dress on the roof of the Standard Hotel, when your everyday uniform is neutrals.

  • Carly 2 décembre 2009, 2:50 / Répondre

    What gives breath to fashion when you live far from the fashion capitals of the world? Mais, il est évident, Garance, c’est vous! People like you, and Scott, and others who inspire people like me to dare to show our style even in our very unfashionable environments – long winter nights studying in the library, back and forth to ice hockey practice… I live on campus at one of the nerdiest universities in the world (MIT) and fashion is not something you find much of here. But that just makes me all the more determined to brighten things up, to show that being a fashionista and being smart, hard-working and academic need not be mutually exclusive. So thank you for your wonderful posts and beautiful pictures that keep me going!

    (And I agree, wonderful translation, Tim!)

  • Acacia 2 décembre 2009, 4:08 / Répondre

    I grew up in Los Angeles but am now in a small city in the midwest and I get stares all the time when I wear heels or dress with any fashion. Luckily I work in an art department at a university where my students tend to come from Chicago, so there I don’t get stared at as much, and the other art historian is also into fashion. It is strange to come from a place where you are judged for not being fashionable enough to a town where anything other than crocs and sweatshirts is being “dressed up.”

    I agree with John Waters who said “Overdress for everything. That way people think you have somewhere better to go afterward.”

  • ali 2 décembre 2009, 4:29 / Répondre

    I go to a hippie college in colorado. I like to think i dress classy rockstar new mexico shanghai chic-
    many stares.

    ehhh…what gives?! the point is just to look good in what you love I think. stares or no!

    garance dore is NO rough draft of a woman! i do know that!

  • Andrew 2 décembre 2009, 4:39 / Répondre

    I know exactly what you mean. I live in Tennessee, far from any fashion capital. But I still read the magazines and try to keep up with styles around the word. In my town it is almost considered deviant to be “too stylish” so I keep it toned down. At home I also feel like one of the best dressed, however when I travel to New York or Paris I get a major wake up call. Thanks for this story and beutiful artwork.

  • Melissa~ 2 décembre 2009, 4:56 / Répondre

    Garance,this is a important issue for me, I live in chile, here fashion is nothing, people don’t care about it, they buy the most cheap and wearable thing.
    I have always feel like ” I don’t fit here”. People look at me, first because I’m very tall, second, because I’m tall and I wear high heels, and they thing that I’m too young for that ( I have 19, C’mon! I’m not a kid), and because I dress good ( I have to say, I’m “the best dressed girls on the street” ) people thing that I spend an hour in front of the mirror ( and I almost don’t look at the mirror) Or they think I’m shallow. All that things happen to me, but I don’t care!!! I never cared, and I’ll never care.
    Sometimes it bothers me when men’s scream “good” things to me ( is disgusting), but until they don’t disrespect me, I don’t have major problems.
    I feel great been this “stylish” girl in my town. I like to see how some girls start to change her look, I like to see how some brave designers start their own bussines. But I’m going to left this place soon. And of course I’m thinkin on paris, NYC or London, But knowing me, I’ll live in all that places :)
    I’m not going to be ” the best dressed girls on the street”, but I’m going to feel in home surrounded by people like me.

    I love this post garance! I never thought that you’d had a similar experience.

    Kisses Dear!!

  • INTO THE FASHION 2 décembre 2009, 7:57 / Répondre

    The understated smart casualness in your last illustrations is something very French, which is hard to find in other countries… for example in Italy where I live.
    (Fashion is really important and in the dna of the people here, but also leads often, in terms of styling, to an extreme overdressed-ness.)

    Best outfit of the year…Phoebe Philo in the end of her first Céline show SS2010…the shirt she is wearing is beautiful!…

    Diana from
    http://www.intothefashion.com

  • Cameron 2 décembre 2009, 8:05 / Répondre

    Garance, ma chérie, I really loved this entry and all the stories you’ve inspired us to post. So, here are my two cents…

    It’s taken me a while to get a grasp on my fashion sense (disclaimer: je suis une transgenre, which has its own challenges on top of finding what works for me already). These days my style has been described as “very professional with a hint of goth,” and it’s a bit androgynous, too. Way back when (a decade ago), though, I was all goth/punk/rock and hardly professional, to say the least. ; )

    Luckily, where I live–Louisville, Kentucky–has a lot of great style, and I take inspiration from those around me and do my best with what I have to have it all come together. I also take inspiration from your blog, thinking about all the things I could try out (like your white shirt/Target red lipstick look from a few posts back, for example).

    Anyway, the way I dress now makes me feel really good about myself, and gives me just a little bit more confidence to be, well, moi.

    I think that all made sense. Je ne sais.

    Merci beaucoup, Garance. J’adore ton blog toujours. *big hugs*

    PS – I, too, want to know about your days as a musician. Must’ve been really cool. :D

  • Vanessa (Galaecia) 2 décembre 2009, 8:21 / Répondre

    Eh Garance!
    Pourquoi tu nous ferais pas un de ces quatre (ou peut-etre que je demande ça à ton inspiration) une journée type?
    Tu vois le genre?
    Je trouve que ça pourrait être sympa…

  • helen 2 décembre 2009, 8:41 / Répondre

    For me, fashion has always been “far away”. I found it interesting to try to think about fashion NOT being “far away”, actually! Fashion has always been a kind of fairytale in the pages of a fashion magazine, worn by Princess Diana and Hollywood Celebrities, people who can afford these kinds of extravagances. For not only is high fashion far away from me geographically – I live in Australia – and climatically – I live in a tropical climate – and culturally – I am part of a culture which does not place great value on appearances – it is totally out of reach financially, because I am a lowly teacher, the daughter of ordinary folk.

    I understand the longing to be in a big city, where all the creative buzz of fashion is happening. And when I lived in London, I did feel like a poor, dowdy, country mouse. But then again, I never tried to compete with the rich girls in their designer labels. It is for others to spend the amount of money I earn in a year, on clothes! In my home town in Australia, the problem is not that people will stare if you are dressed in designer clothes – the problem is, they won’t! They won’t even NOTICE your clothes. All that time and money for nothing. If we are honest with ourselves, that is most crushing of all ;)

    But when you think about it, that makes us wonderfully freeeeeeeee! No uncomfortable shoes. No terrifying credit card bills. No trying to impress random people on the street you will never see again. I have never known anybody in my entire life who possessed anything made by Chanel, or who even aspired to! That is another world. Yes, it is “far away”.

    That said, I do not think that the European capital cities are the only places in the world where fashion exists. In fact, it is very eurocentric (read egocentric) and even racist, to suggest that. Fashion exists in India, China, Japan, Australia, and Africa, and it does not consist of Margiela heels.

    Fashion existed for my grandmother, who lived a very humble life. She made all of her own dresses, which were tailored perfectly, and wore them immaculately with plastic beads, no make-up besides lipstick, and leather shoes. She looked beautiful, always. So, fashion even exists for poor, ordinary people.

    I learned a valuable lesson from my grandmother. Fashion is beautiful YES! Desirable ooooo yes! Inspiring yes! And fun YES! However what you are wearing is the LEAST important thing about you. And you don’t need to be a trust fund socialite living in Paris to enjoy it.

  • Geneviève @ Oxalydes 2 décembre 2009, 9:06 / Répondre

    Merveilleux dessin !

    Ayant vécu longtemps à quelques kilomètres de Paris, dans l’une de ces banlieues verdoyantes, sages et chics… qui font tout d’abord rêver, j’ai vécu ces regards pas toujours bienveillants décrits dans de nombreux commentaires. Pourtant, aujourd’hui, à Paris, je ne me trouve pas très audacieuse, aimant surtout les bijoux sur des vêtements simples !
    Finalement, je crois que s’affranchir du regard et assumer toujours est la solution pour vivre heureux (pas seulement en tant que “modeuse”) ;-)

    Joli débat, jolie idée, en tout Garance ! Merci.

  • Sara 2 décembre 2009, 9:07 / Répondre

    Wow. I couldn’t have put it in words better myself. Thank you for that post, it speaks to me:)

  • isis 2 décembre 2009, 9:46 / Répondre

    Et d’abord ça veut dire quoi être branchée ????????? Je suis affligée par tout vos commentaires…. Et je pense nque le post de Garance ne veut pas dire que seules les parisiennes sont hype et chics !!!!!!!!
    Moi je suis une parisienne exilée en bretagne et c’est en revenant à Paris que je me suis aperçue que bien peu de parisiennes sont classes !!!!! Et c’est partout pareil.
    Je vous invite à lire et à réagir sur mon dernier post !!
    xoxo
    Isis

  • isis 2 décembre 2009, 9:48 / Répondre

    Et c’est aussi en dévorant le livre de Scott Shuman, que l’on s’aperçoit que Paris est loin d’être la capitale de la mode !!!!
    Ce livre est ma bible….

  • Le 21ème Arrondissement 2 décembre 2009, 10:45 / Répondre

    Garance…now try the opposite….Live in Paris for 5 months (which I did, in the 13ème) and then move back to Seattle…even as a guy people thought I was ‘too dressed up’ in my own city.

    - http://www.21Arrondissement.com

  • sophie 2 décembre 2009, 10:53 / Répondre

    Loin des capitales de la mode, on mixe une bonne dose d’audace , avec une énorme confiance en soi et un gigantisme “rien-à-foutre de ce que les gens pensent de moi” et sans oublié une pincée d’humour…recette testée et approuvée!

  • claudia 2 décembre 2009, 11:17 / Répondre

    chère garance.. moi je pense que la mode on la vit avec liberté A paris comme à new york ou a Rome peut etre parce que il s’agit de grandes villes.. où le gens ont l’habitude à la diversité nombreuese qui habite dans les capitales. je pense que ca marche pour la mode ainsi que pour l’extravagance en général. moi qui habite à Padoue, en Italie, dans le Nord, près de venise je sais ce que je dis. et si je sors avec des talons de 12 cm.. le marchand de journaux va dire quelquechose, ca c’est sure! bisous italiens!

  • Sophie de Poitiers 2 décembre 2009, 11:25 / Répondre

    Ahhhrrrg !
    Dans nos contrées lointaines, nous regardons avidement ton Blog, Garance. Merci merci… Tu nous maintiens la tête en dehors de l’eau !
    Ici, nous chahutons nos concitoyens avec notre audace, eh oui il en faut en province de l’audace !!! Et dans le fond de notre petit cœur, nous rêvons de Paris… pour ce qui fait Paris, la Parisienne !!!! J’ai toujours envie d’écrire sur elle, quand je la voie ou la redécouvre. Je ne monte plus que deux à trois fois par an à Paris, après y avoir habité 17 ans…, donc c’est elle que je regarde en arrivant. Je scrute et dissèque cet énergumène unique, je cherche la ruse, le détail qui tue, l’accessoire, sa folie. Je suis jalouse !!!!!!!! Mais n’en perd miette !!!!

  • isa kitzecat 2 décembre 2009, 11:48 / Répondre

    ouah c’est hyper intéressant les réactions, moi je vivais a Brest dans les années 90 époque pré bac, ma copine Sylvie et moi on s habillait dans les emmaus pour trouver des fringues originales avec son metre 80 et son allure a la Barbara sur le pont de recouvrance c ‘est clair c était super mal vu si tu sortais de la ligne Etam, Pimkie,Promod marques qui régnaient en maitres sur la ville ou le look preppie mocassins qui faisait fureur dans mon lycée!on avait meme des porte cigarettes!De toute façon quand tu annonçais que tu voulais etre styliste déjà on te prenait pour une conne.Mais ca forme et on apprend a s ‘en foutre royalement de ce que les gens pensent comme dit si bien Sophie!

  • D. 2 décembre 2009, 11:55 / Répondre

    Je viens d’un village à côté de bordeaux. Comme le dis un commentaire plus tôt, là bas, la mode homme se résume aux Air Max avec les chaussettes blanches par dessus le jogging. Et pour les filles… eh, bien, le summum de la classe et de la mode est indéniablement le string rose dépassant du pantalon moulant taille basse.
    Ayant été élevée par une maman aujourd’hui toute bouleversée que christian lacroix n’ait pas trouvé de repreneur, je me sentais humm… un brin décalée. Puis, en grandissant, je me suis à chaque fois un peu plus rapprochée de bordeaux. Mon lycée se trouvée dans une de ses banlieues aisée. Mais là encore, c’était loin d’être la même mode que celle que j’adulais. Il n’y avait qu’une mode là-bas, les sacs longchamps, les mèches sur le côté les plus épaisses possibles et les bensimons. C’était un uniforme que toute fille “fashion” (hahaha), non seulement du lycée, mais aussi de bordeaux, se devait d’avoir. Autant dire qu’il n’y avait pas vraiment de place pour la créativité ni lespièces ne serais-ce que vintage.
    Et puis, en arrivant à la fac, j’ai découvert ce que je n’avais jamais connu jusque là: l’anonymat qui n’existait ni dans mon petit bled, ni dans mon petit lycée. Et j’ai adoré. Il s’y trouve encore des filles en uniforme, il n’y pas vraiment de place pour les pièces “hors-normes” non plus, mais je m’en fou. maintenant, je me fond dans la masse tant que je peux et ressort mes autres pièces certains jours, où le moral est plus bas que les autres. Je continue à aduler la mode (comme je l’ai toujours fait depuis que j’ai 4 ans:en voyant à la télé un défilé Jean-Paul Gaultier), mais en secret. Mais amies le savent, mais personne d’autre ne s’en doute, et ca me va très bien. Si un jour je vais vivre à Paris, il est plus que probable que je vive la même chose, mais d’ici là, je me sape comme tout le monde et ressort mes vêtements chéris pour les fêtes ou les journées avec mes amis.
    xxx

  • dora 2 décembre 2009, 12:00 / Répondre

    this is a great post and i can identify with it. i felt the same on the streets of frankfurt where people weren’t used to my experimental style as a teenager. now i’m in london, people don’t look twice when you’re wearing something ‘out of the ordinary’. but that’s the beauty of living in a big city… you can go down the shop in your casual clothes that are nowhere near stylish enough or dress up and feel amazing – either way, you will always blend in with the colourful styles of a fashion capital…

  • Mmuuu 2 décembre 2009, 12:09 / Répondre

    Aie ma réponse à Isis vient de disparaître! Je disais donc comme hier(ancien pseudo muriel chou) que nous en avons marre de ce parisianisme mal placé! Le succés du streetstyle est dû en partie au fait que l’on trouve partout jusqu’au fin fond d’une petite ville reculée des femmes qui s’habillent de manière instinctive et créative, la classe ne “s’apprend pas” à Paris. Le langage de la mode est universel-:))

  • Polly 2 décembre 2009, 1:37 / Répondre

    I went to a university in a town that is posh but countryside, think parks and lakes…

    I used to dress up smartly and wear lipstick ;) unlike most who wore casual/scruffy “can’t be bothered look”, and some friendly fellow students would say I make an effort and look nice.

    Five years later In London, not so…… I see some amazingly dressed people and think they make an effort!!!

    xx

  • Camille 2 décembre 2009, 2:16 / Répondre

    Eh bien Garance pour tout dire la vie de “Fashion victime” est très dur loin de la capitale. En tout cas pour moi. J’habite en Bretagne et je suis au collège. Pour tout dire, le jour où je me suis ramenée en jupe tout le monde louchait sur moi du style “je suis à poil ?” Bon je suis en un établissement de 300 élèves et qu’il y a rarement de gens originaux dans le coin. Quelle chance tu as d’habiter la capitale !
    Bisous !

  • Vinda 2 décembre 2009, 2:24 / Répondre

    that’s a very charming sketch Garance. i wish i could visit paris one day. wish me luck.! ;)

    vindavindasonata.blogspot.com

  • Little L. 2 décembre 2009, 2:26 / Répondre

    Pas réussi à lire tous les commentaires mais de ce que j’en ai vu, c’est la même chose partout : c’est dur la mode loin de la Capitale.

    Un talon de plus de 8cm c’est “osé”, un top un peu brillant c’est “t’es le sapin de Noël ou quoi ?” [pour les plus relou qui n'y comprennent rien... du tout], et alors si tu oses sortir la panoplie complète (mais de bon goût), personne n’y comprend plus rien.

    Ceci-dit, on trouve ça “joli” ou “original” (c’est peut-être le terme le plus employé sans trop savoir si la personne aime ou pas) et honnêtement c’est frustrant…

    Mais quand même, de plus en plus, une tenue “originale” va passer au “très joli”, ce qui encourage toujours, surtout le jour où l’on retrouve la copine avec le même style que l’on portait la semaine d’avant ;)

  • Eleni 2 décembre 2009, 2:29 / Répondre

    I loved this post, I really relate. I just started university and before at school I felt like one of the best dressed but now I just feel like I fade into the crowd, but its really nice to know you just need time, and lots and lots of shopping – which is a plus :). Great article.

    Love your work!
    Eleni xx

  • Cristina 2 décembre 2009, 2:34 / Répondre

    Great Garance! Love it

  • Yika 2 décembre 2009, 2:57 / Répondre

    Je vis en province mais j’ai vecu à paris et strasbourg. Aussi je pense que quelque soit la ville où nous sommes, tant que l’on se sent bien habillé le regard des autres on s’en fiche. Dans ma ville j’ai le choix entre le look pouffe made in china ou le look bourge catho. Cela ne m’enpêche pas de mettre des derbies vert citron ou une veste en foururre. mais bon faut aussi voir si l’on s’habille réèllement pour soi ou surtout pour les autres…

  • Nath .. en Suisse 2 décembre 2009, 3:23 / Répondre

    Je vis dans un tout petit bled et travaille dans une petite ville et c’est dur dur certains jours d’entendre les reflexions… mais à force on s’y fait… Je suis déjà grande avec en talon 12 cm on peut pas me rater et puis en fait… tant pis ! Finalement eux ça va pas les empêcher de dormir donc moi non plus…

  • Anais 2 décembre 2009, 3:28 / Répondre

    Je me retrouve complétement dans ce que tu dis. En effet, je suis l’adolescente vivant dans le Sud et qui est vraiment passioné de mode (la raison pour laquelle j’ai découvert ton blog)!
    Je peux t’assurer que non, rien n’a changé. Tiens, Samedi, je me trouvais dans une petite ville et je marchais dans les rues. Je portais une jolie robe, un gilet gris, des collants opaques et des talons… Et j’ai du supporter les regards des autres (les regards féminins qui m’analysaient de la tête aux pieds et les garçons qui, comme tu le dit, “se sentaient autorisés à me siffler”) pendant toute la journée… Enfin, jusqu’à que j’aille enfiler un jean…
    Alors bon, je rêve de Paris, de Londres… et je me dis qu’il ne faut pas que je me décourage!

  • Fashioncoup 2 décembre 2009, 3:30 / Répondre

    This is interesting! Nati, best fashion friend and blog partner, is moving to Paris in a few weeks and she’s already buying a pile of clothes and accessories that she would actually never wear over here (Cologne, Germany – not a fashion city!) without being starred at. But I keep telling her that in Paris it will feel “normal” to the point of unexciting… So, yeah, it’s all RELATIVE, no;-)? Still I feel that maybe an uninspiring surrounding will only enforce a natural interest for fashion and all things related. It just makes the world more interesting.

    A Parisienne at heart;-)

  • Manon 2 décembre 2009, 4:03 / Répondre

    C’est un sujet très interessant. C’est sur que beaucoup de filles passionnées de mode vivent loin des capitales et on ne peut pas dire qu’il n’y ai pas de décalage. Mais en fait, même à Paris il y a de gros décalages ! L’avantage c’est que dans ce genre de villes, c’est plus facile de trouver des boutiques interessantes pleines de vêtements extraordinaires voire presque jamais vus. Mais à partir du moment où on est capable d’assumer tout ce qu’on porte, le problème se règle de lui-même.
    Par contre, j’aurais voulu savoir ce que tu penses des passionnées de mode à très petit budget ? Je suis jeune, j’habite à quelques kilomètres de Paris et mon gros problème n’est pas tant de trouver de jolies choses ni d’oser les porter, mais plutôt de me les payer. Alors c’est sur, on pourra toujours avoir toutes les bonnes idées du monde, connaître des milliers de choses et savoir les accorder, si le porte-monnaie ne suis pas, on sort avec des vêtements pas forcément très extra.

  • M.W. 2 décembre 2009, 4:23 / Répondre

    Hi Garance. I live in a suburb, and although there are some ‘fashionable’ girls here, I always stand out. I think what gives breath to fashion when one is far from a fashion capital, is one’s own soul. If you like what you are wearing, wear it. It is not up to the old men giving you dirty looks, or the young boys becoming aggressive, or the prudish women who won’t wear anything more than loafers and dress pants. It is up to you! So, go out, and wear great clothes! (Not that you can’t, because you live in Paris, but for other people, who live in places where a nice outfit draws negative attention, which, by definition, is ridiculous!) Screw those people!

  • Graziella Fontaine 2 décembre 2009, 7:06 / Répondre

    Hello Garance !
    oh oui je comprend tout à fait ça, surtout quand on a vécu dans un pays loin, très loin des préoccupations modesques de ce monde (madagascar).
    Mais comme tu le dis, pour peu que l’on aime vraiment ça, à Paris on a la chance de pouvoir s’immerger pour apprendre autant qu’on peut.
    Il y a encore quelques années, je trouvais que la mode avait un côté innacessible, aussi bien économiquement que socialement, mais avec internet, la crise etc on a assité à une démocratisation de la mode et c’est tant mieux :)
    Enfin, c’est vrai que c’est plus facile quand on habite dans une ville comme Paris qui concentre des “hot spot” fashion.
    Bises

  • momé 2 décembre 2009, 7:08 / Répondre

    2eme commentaire pour dire que je me retrouve dans ce poste, j’ai que 17 ans et j’ai toujours vécu en province. A dijon, un style un peu trop pointu te fait presque regretter de sortir de chez toi, dans ce cas là c’est le point de vue rassurant des amis qui aident à s’affirmer. Mais depuis 2 mois maintenant à Montpellier, je me retrouve au point de départ : jean, top, et ballerines. La peur du jugement, surtout en école de commerce, est pesante… et sans la carte de maman (avec un vrai compte en banque d’étudiant et pas de fils à papa) adieu les habits vraiment racés qui rassurent par leur prestige. Les 12 cm c’est pour les soirées si on les a, et adieu la tranquilité, les garçons regressent de 5 ans du même coup.
    Mais ton blog m’inspire toujours et me rassure, j’me dis que dans 10 ans je serai sur une grande avenue, new york ou shanghai, portant mes designers préférés au sommet de talons Jil Sander ou Zanotti… =D

  • Maeko 2 décembre 2009, 8:00 / Répondre

    I think it’s just keeping to who your character is. Keep it simple, or keep it complicated, but stick to it. Don’t fly all over the place.

    And above all, keep it REAL. :) Be like hip hop! Keep it real. And don’t talk about it, be about it.

  • Coquelicot 2 décembre 2009, 8:33 / Répondre

    Gaby, seize ans et toutes ses dents, voila ce qui se cache derrière Coquelicot. Une folle passion pour la mode et 850 kilomètres de Paris.
    Ouais, moi aussi je me fais siffler dans la rue, on m’aborde sans gènes, on me dit “Et Princesse !”, au lycée on me regarde un peu de travers parfois, surtout quand je clopine doucement dans la cour des prépas pour aller au casier. Mais j’me démonte pas, j’assume, mon mètre soixante dix huit avec mes talons, mon rouge à lèvre très rouge, mon écharpe de deux mètres de long, mes robes folles.
    Parfois je voudrais faire plus, et je languis un peu de quitter ma bulle du Sud pour mettre encore plus ce que je veux.

    La mode loin de Paris, c’est peut-être pas aussi assumé, mais on est toujours en France non ?

  • Laurel 2 décembre 2009, 8:41 / Répondre

    I found this post really inspiring. I’m feeling a little like a rough draft of a woman myself, at the moment, as I’m trying to work my way into doing what I really love- working in fashion styling. This is my first time commenting, but I read your blog quite regularly, and you seem like such a charming, cool woman with an amazing eye for fashion. Thanks for all of your work!

  • Caroline 2 décembre 2009, 8:58 / Répondre

    I really liked this post. It felt incredibly familiar, since I myself live in a city where everybody “wears an uniform” and to dress differently raises many eyebrows. I only realized it when I started reading blogs like this one and found how restricted and uncreative I was. It was like discovering a new world.
    Your blog inspires me.

  • reckless daughter 2 décembre 2009, 9:02 / Répondre

    This is so true – I’ve moved around alot in my late teens and now in my 20s. Also, style changes slightly from city to city – so either way you have to evolve a bit!

    PS: you should definitely do a post on your life before…music??? do tell ;)

  • lili-lab 2 décembre 2009, 10:22 / Répondre

    Elle se vit exactement comme tu l’as décrit : en tous cas moi à Biarritz j’ai l’impression d’être la plus fashion du coin avec mes collants plumetis short boyfriend et cape en maille puis quand je bosse à Paris, je suis juste comme beaucoup de parisiennes!

  • Anastasia 2 décembre 2009, 10:53 / Répondre

    Ohhh to live in Paris oneday – that would be so wonderful but Sydney is just as special in its own way – ive always been a city girl but i did live on the island of Cyprus in my early 20′s – i loved that small community feel and i think it was more of an effort to keep up with the rest of the busy outside world in terms of fashion, style and culture – it was a glorious time of my life!! Im back in the city (Sydney) now – so much inspiration everywhere but the whole point is to find your own style amongst the crowd, wherever you go people wear the same look, same seasonal clothes – it does get a little boring…then you spot someone out there that stands out and you think ‘Wow!!

  • erika 3 décembre 2009, 1:55 / Répondre

    I live in Northern California and it’s really laid back and diverse fashion-wise. Sometimes I seriously crave people watching. It’s a great place for shopping all around but I wonder who is wearing the stuff becasue there isn’t much to see here. One upside is that eventually all of that unworn fashion ends up in thrift and vintage shops which is great. Mostly I dress for my own taste, whatever I like. If people stare or think it’s weird so what. In some ways I seriously long for more of a cosmopolitan place , I think it woudl make me even more adventurous and fun with clothes.

  • SaraKate 3 décembre 2009, 2:01 / Répondre

    What a great story. You have a fantastic writing style!

    I grew up in the country (Maine) and now live in a city (Washington, DC), but I’ve never been afraid to dress differently. What holds me back most often is my size. I am a short, plus-size girl and I love fashion. I wish there were more places I could shop for awesome pieces. Do you have any suggestions for larger women?

  • Jazz 3 décembre 2009, 2:23 / Répondre

    tu devrait faire un tour à montréal :)

  • Francelyne 3 décembre 2009, 3:29 / Répondre

    Je vis à Montréal (canada) et malgré le fait que c’est une des villes les plus mutltiethnique du monde, côté avant-garde et mode, c’est quelque chose d’autre! Mes soeurs et moi ont se fait très souvent regarder comme si ont venait de la planète Mars, des aliens quoi! mais tu vois c’est ce sont ce genres de regards désaprobateurs qui nous pousse encore plus à s’investir dans notre style. Pour moi c’est une affaire de famille, mais il ne faut jamais oublier que le style de chacun définit sa personnalité, alors je m’habille avec des pièces qui ont fait battre mon coeur et celui de mes soeurs aussi!!
    ;p

  • bua 3 décembre 2009, 4:29 / Répondre

    I’m from Thailand and i love fashion too.I don’t remember at the frist time that I start notice that i love fashion is when I was little. I saw my mom and my teacher dress up. I love it I want to have a lot of beautiful clothes .I started making clothes for myself when i was very young i don’t remember how old i ‘am.It so funny now I’m in nyc I went every where that have anything about fashion but i never been in the fashion show before i would love too.I’m not so young now and my English is not good enough to work yet but I now and i have a vision about fashion even i never learn about it before.I think is because i love fashion to much maybe that why it not to hard for me to understand about it.But even I love fashion so much but i still have problem i can’t remember designer’s name it really bad if you want to work in this feel but i will try my best. i love your blog.you always show a lot many interesting fashion from many place.I think that your have a very interesting way too tell story about fashion .Anyway keep doing it I will always supporting you.

  • Frieda 3 décembre 2009, 4:37 / Répondre

    Garance,

    I don’t ever comment- but this speaks to me in volumes! I have, myself, experienced such a “fashion awakening.”

    I like to think I am stylish and fabulous, but I also think we, as humans, only play a role within a much larger context.

    Thus, I learn to be grateful of the environment I play in

  • SwanDiamondRose 3 décembre 2009, 5:41 / Répondre

    this is why i am moving, again. it’s good to have a good audience. i do like to live in a place that you can dress outrageously and no one gives you a hard time. i liked tokyo for this. and then the people who understand how you dress are drawn to you. you have to be yourself, or you will forget who you are. these days the internet helps remind me. but i am still going to move.

  • Jen 3 décembre 2009, 11:32 / Répondre

    We want to hear more!

  • RainyDaisy 3 décembre 2009, 5:38 / Répondre

    I love the phrase “rough draft of a woman.” I checked it in French, and the term is just as wonderful: “brouillon de fille.” Je suis toujours une brouillon de fille.

  • micheal mccabe 3 décembre 2009, 8:13 / Répondre

    living at the bottom of the world you have to search for inspiration from anything you can get a hand on it doesn’t really mean a lot now seeming there are blogs, magazines galore and the natural world around me. Living in such a conected world is good as we don’t have to live in Paris, London, New york and Milan we can just hop on the interweb and look at the many and great streetstyle blogs.
    I guess what you were also asking was that you can’t wear everything that you would like to and I guess it is still true to an extent is really bols down to what you can handle when it comes to the jerrs of the crowd.

  • Laura 3 décembre 2009, 8:19 / Répondre

    Non, les choses n’ont pas changées, même pas avec internet !

    La VRAIE mode se vit mal à perpignan.

  • Hannah 3 décembre 2009, 8:36 / Répondre

    Apparement c’est partout pareil .. On sort avec un pantalon un peu différent ou un style décalé & on regarde et critique :s.

  • Eve 3 décembre 2009, 9:34 / Répondre

    Ce post me parle beaucoup et me rassure également. Je le considère comme une réponse à mon mail! :)
    A bientôt

  • Emma L 3 décembre 2009, 10:08 / Répondre

    J’ai grandi dans un tout petit village du Sud où quand il y a 4 ans j’ai sorti ma chemise à carreaux et mes converses tout mon collège s’est retourné.
    Quand j’ai sorti mes bottines frangée il y a un an, c’était scandaleux.
    Quand je me suis fournie en frippes, j’étais une Pauvresse en Détresse.
    Et maintenant que mon Charmant Montpellier me tend ses beaux bras et que j’Ose (avec Majuscule) ici, c’est pour mieux oublier qu’en rentrant chez moi, il faudra que je me change pour ne pas me faire lorgner.

  • Mimi 4 décembre 2009, 2:15 / Répondre

    Disons que c’est vrai que l’originalité, les excentricités de la mode sont moins visibles que dans les grandes villes où les looks sont plus recherchés.Moi je viens de Strasbourg est j’ai des fois l’impression que les styles st formatés pas comme quand tu débarques à Londres où elles mettent des robes bustiers à pois quand il fait froid!j’exagère! lol
    Mais évidemment dans la rue il y a des tas de looks et du potentiel partout! Personnellement j’ai appris à aimer la mode en acquérant un peu de maturité et finalement à faire ressortir le potentiel fille qui dormait en moins.J’ai un look qui n’est pas des plus originaux mais qui me correspond.Je ne suis pas la mode à la lettre,j’adore les magazines, j’aime regarder les blogs mode comme le tien parce que ca m’inspire et j’aime l’idée d’être libre de choisir quelque idée tout en rester fidèle à moi même ! je crois que c’est ca qui fait le sens du style dans la mode ! non ?

  • fleur.de.lis 4 décembre 2009, 4:54 / Répondre

    Question– do you draw all of these?

    I have always wondered.

  • big baby campbell 4 décembre 2009, 4:55 / Répondre

    Excellent post… La mode est forcément plus difficile loin des centres importants. L’internet a évidement changé le jeu mais c’est quand même plus difficile et plus couteux la mode quand on vie en région. De plus l’atmosphère est différent qui fait en sorte que plusieurs restent dans leur coquille.

  • So 4 décembre 2009, 12:06 / Répondre

    Lorsque j’ai lu votre post à 8h du mat, histoire de se mettre de bonne humeur pour la journée, je l’ai tout d’abord trouvé un poil “”"”prétentieux”"”. Du style :”quand même, il n’y a pas que Paris, NY et Tokyo, elle exagère… ” Puis, de retour d’une virée shopping (Lyon), toutes quartiers confondus, un seul constat : aucun style affiché, aucune classe ou originalité en dehors de quelques codes faciles et sans intérêt. Personne qui assure réellement ne serait-ce qu’un détail. Bref, je rejoins votre conclusion !

  • eliii 4 décembre 2009, 1:51 / Répondre

    WOW. i love this article. I live in a little village, very cute and nice, but everyone dresses the same, (skinny jeans, jumper, converse) Which is cute, but when i put something else on, people do look at me and tend to think that im weird, or that im non- fashionable, but if i lived in New york, i would get compliments on the street!! Lately when it comes to choosing what to wear i always have to think “what will they think of me if i wear these?? ” but now, i dont care at all, thanks Garance.

  • perrine 4 décembre 2009, 3:24 / Répondre

    Comptoir des cotonniers : il n’y a pas vraiment d’originalité , juste de bonnes coupes et de bons basiques.
    Paris ? plus tolérante que la Province ? pas si sûre… peut-être plus ouverte , certes , mais très violente ; la dernière fois , je me suis fait insultée de “Salope’ , comme ça , dans le métro…je portais une robe bleu , juste un peu au-dessus du genou , pas de talons…
    Finalement , je pense que la France n’est pas originale. Les gens sont assez Etroits d’esprits ; j’ai vécu 9 mois à Londres , alors d’accord , les filles se fringuent n’importe comment mais elles , elles osent et sont libres et ne se font pas INSULTER, très loin des françaises très conformistes et qui s’habillent à peu près toutes pareilles même à Paris (je peux le dire , j’y ai aussi vécu .)
    Le problème au delà , de l’ouverture d’esprit , c’est les mecs … il suffit de mettre une jupe un peu au-dessus du genou , pour se faire aborder , c’est d’un lourd ; alors ok , maintenant je comprends que les françaises n’osent pas . hum c’est triste…

  • Laura-Ashley 4 décembre 2009, 3:25 / Répondre

    Je vis a Rome, et ici le style est très conventionnel. Blousons the north face, sacs longchamp, pas de place a l’imagination :(( J’adore votre blog !

  • Camille 4 décembre 2009, 6:53 / Répondre

    Je me retrouve totalement dans ton article. C’est exactement ça.
    Je suis toujours dans le passage “brouillon de fille”.
    En espérant m’en sortir aussi bien que toi ; )

  • Emma 4 décembre 2009, 7:34 / Répondre

    Comme je comprend ce que ça a du etre puisque je suis exactement dans la meme situation … J’habite dans une petite ville a 25 minutes de Marseille et c’est clair qu’il ne faut pas se leurrer, des gens qui s’interessent à la mode il n’y en a pas des masses. Ca me manque d’ailleurs de ne pas avoir d’amies avec qui discuter de ‘vraie’ mode, de haute-couture etc. car je n’en connais aucune qui ait ces centres d’interet. Dans la rue ou au lycée je ne vois jamais de looks interessants ou qui sorte de la normale. Et c’est vrai, rien que marcher en talon dans la rue fait se retourner tout le monde – mais bon maintenant j’ai l’habitude. Mon rêve c’est d’habiter à Paris, et j’espère qu’un jour je serai aussi pointue que vous. J’arrête là sinon je vais pleurer tellement ça me rend triste, en tout cas merci pour votre merveilleux blog.

  • Anaïs 4 décembre 2009, 9:00 / Répondre

    Si tu savais comme ça fait du bien de voir que l’on pense un peu à nous, les provinciales. Et oui pour moi ancienne Parisienne et passionnée de mode, c’est assez dur par ici. Un jupe un peu courte, des talons un peu haut, une robe un peu originale et cela devient le scoop de la journée, et tous les regards sont rivés sur toi. Je rêve de croiser ici une femme élégante, féminine avec du goûts. Ici c’est plutôt doudoune, jean délavé et bottes en plastiques blanches. Enfin, je te laisse imaginer ;) je ne pensais pas regretter autant Paris…
    Merci pour ton blog Garance, toujours très agréable à lire :)

  • Lilith 4 décembre 2009, 11:39 / Répondre

    “rough draft of a woman”

    I have been enjoying your blog for some time and relish these moments in your writing that remind us the “topic” is fashion, but the “subject” is life.

  • claudia 5 décembre 2009, 11:16 / Répondre

    Moi j’utiliserais le mot frustrant..c’est vrai tout est trop loin..on loupe beaucoup de choses!

  • Eve 5 décembre 2009, 4:50 / Répondre

    J’habite dans une toute petite ville de province et je trouve ça pesant. Quand on est gamine, ça passe parce qu’on veut justement se fondre dans la masse. Mais passée la vingtaine, ça devient quand même très lourd les regards insistants quand on a juste voulu porté un gilet à paillettes…

    Mais là où ça s’inverse, c’est quand justement mon boulot c’est de créer des accessoires et que si j’ai le malheur de répondre à une journaliste que non je n’habite pas Paris, il y a un silence qui en dit long…. et que je traduis par un ” mais où peut-elle bien habiter la pauuuvre ?? ”

    En outre, je rêve d’habiter cette superbe ville, mais je me demande justement si j’arriverai à m’habituer à ce changement si brutal. Est-ce que ça n’est pas déprimant, à force, de voir tous ces looks absolument sublimes de perfection, déambulés dans les rues à tte heure ?

  • Charlie 7 décembre 2009, 3:47 / Répondre

    La mode se vit difficilement loin de la capitale. Je suis encore jeune, seize ans, et vis pleinement le ” Du coup, j’avais appris à m’habiller relativement sobre, juste pour ne pas être emmerder” c’est bien dommage je trouve.. C’est pourquoi j’ai décidé de ne pas m’arrêter dans ma conquête (Hem hem) de la mode et alors tampis si on siffle a tout les coins de rues des tenues extravagantes ou des talons en pleine journée, je pense que la mode doit pouvoir être partout.
    Je me suis enfin lancée à écrire quelque chose ici (après de loooongues hésitations) j’en profite pour vous adresser toute mes félicitations, j’adore votre travail, je suis une grande fan et, si j’étais encore une enfant, je dirais : “plus tard, je voudrais être Garance Doré”

  • Ame Fauve 7 décembre 2009, 9:00 / Répondre

    Je connais bien votre situation. Je suis venue de Londres à Provence pour une année, c’est étouffant.
    Fille du capitale un jour, fille du capitale toujours.

  • Call Castro Mélàny 8 décembre 2009, 4:46 / Répondre

    Bonsoir à toi.
    La mode dans les villes de province c’est un peu comme inexistant. Toutes les nanas se fringuent chez Zara, tous les types chez G-star et encore ça ce sont les “airmax lacoste” qui en ont pris le monopole. Merci bien, je crois qu’on a compris… Si tu ne veux pas être sapé comme tous le monde faut aller dans des fripes et nous n’avons qu’Emmaeus. Les arrivages le lundi font tous disparaitre dès le mardi matin, en gros les pièces rares sont très très rares. Du coup, c’est pas glamour pour t’habiller & les grandes loges ne conaissent pas nos adresses.. Aprés, c’est sur que pour oser des choses tu peux, mais faut avoir le courage de démenteler les bandes de regards qui t’assaillent quand tu marches dans les rues. Avec un ami ca ne me dérange pas, je me sens plus confiante, mais seule c’est beaucoup plus difficile même si je me dis dans ma tête ” Et alors, t’es certainement plus classe qu’eux ! “…

  • Jana 8 décembre 2009, 10:15 / Répondre

    Bonjour Garance,

    Votre blog m´inspire beaucoup!
    Cet article m´a rappellé de mon séjour récent en France, a l´Auvergne. On s´habillait plutot hippie la bas, donc je me suis sentie completement ridicule avec mon look a la fille androgyne. En plus, je ne suis pas francaise (et ca se voit, je crois :P ou :/).
    Par contre, a Paris, ou j´ai passé quelques jours (la bouche ouverte la plupart du temps), je me sentais le plus trashy de ma vie. Je suis étudiante donc je ne peux pas me permettre beaucoup des marques, mais je crois que j´ai réussi a créer mon propre style que j´aime bien et qui me fait plaisir. Je pense que la mode est enrichissante! Et a Paris, c´etait une fashion experience de ma vie!

  • Lisa 9 décembre 2009, 2:52 / Répondre

    J’habite à Waterloo(Belgique) et ce que je trouve dommage c’est que tous le monde a un look uniforme (je parle des ado de mon âge à l’école)les filles sont en bottes cow-boys et en abercrombie et les mecs ont tous la même veste superdry alors moi pour changer ,je mets parfois mon pull rose flash tricoter grand-mère ou bien mes bottes en caoutchouc …Cela créer parfois une drôle de réaction chez les autres et surtout chez mes amies…mais même si toute l’école entière désapprouve ma tenue du moment que je me sens bien dans mes pompes alors tout baigne =)

  • Charlotte 10 décembre 2009, 11:03 / Répondre

    J’habite à Nice, enfin près de Nice et je me retrouve totalement dans votre article. J’aime la mode, j’essaies de la vivre mais c’est difficile quand tous votre entourage se retrouve sur vous, vous regarde de travers, vous juge. Les klaxons sonnent dès que je mets des talons ou une jolie jupe en cuire vintage. Avant, le matin quand je m’habillais mon coeur voulait que je pioche dans mon placard mon dernier pantalon taille haute acheté mais mon cerveau me disait que s’était une mauvaise idée et j’entendais dans ma tête les petites voix des reflexions de mes “amis”, alors je me changeais.
    Je ne sais pas si s’était par un manque profond de confiance en moi ou pas mais je n’arrivais pas à m’assumer alors que la mode est pour moi ce que les rennes sont au père Noël : inséparable. (magnifique métaphore je trouve, Noël m’inspire)
    J’espère alors que Paris pourra m’apporter ce que je cherche en vain : être bien.
    Garance, je veux suivre vos traces.

  • Charlotte 10 décembre 2009, 11:04 / Répondre

    (mauvaise adresse e-mail : .fr et non .com)

  • myweb 10 décembre 2009, 1:53 / Répondre

    This is the most beautiful girl I’ve ever seen, the most beautiful site

  • Yeyelle 10 décembre 2009, 5:07 / Répondre

    Je suis née à Paris et y ai habité, depuis que je suis descendue en Province il y a 3 ans, mon style est… sobre voire éteint. Le problème des provinciaux est qu’ils font toujours l’amalgame mode= superficialité, c’est certes un cliché mais c’est comme celà que ça fonctionne…Et ça peut très vite devenir lassant d’être sans cesse cataloguée aussi facilement.
    La dernière fois je suis sortie boire un verre avec une amie, en robe noire moulante et escarpins, résultats : des regards feminins remplis de jalousie et de mépris, des hommes qui te regarde comme si tu étais une streapteseuse, bref de quoi se décourager d’être féminine et à la mode !
    Merci Garance de nous montrer qu’il y a des endroits où l’on peut OSER !

  • kate v 12 décembre 2009, 12:52 / Répondre

    This may sound a bit over-dramatic…but here I go anyhow :) Reading your blog is ALWAYS inspiring, but this post felt like you were reading my mind!! I love how much you have to teach your readers, but you always manage to remain relatable. It’s so encouraging to hear the paths others have taken to reach their successes and I appreciate you sharing yours with us!! It’s such a great feeling to know that where you come from can contribute to who you, are but not define one’s future. Thanks for giving me great food for thought!

  • du poil de la bête 19 décembre 2009, 3:41 / Répondre

    Première fois de ma vie que je vais sur un blog de mode!!
    c’est assez satisfaisant comme expérience…. j’aime beaucoup ce que vous racontez et ce que vous ecrivez… je pense que si l’on aime la mode et que l’on est sensible a ce qui se vit autour de soit on se retrouve un peu dans ce que vous dite
    bravo! je suis bleufféee et peut sensible ment être accro a tout ce que vous ecrivez

  • Rivers 20 décembre 2009, 10:25 / Répondre

    I sometimes take a look at your blog to see what “cool” people are wearing and have new ideas to refresh my look.

    I never really read what you write, because I don’t have much time to read this kind of webpages. Today I took 2 minutes to read this page, and (I’m sorry but…) I couldn’t avoid asking myself: doesn’t she feel guilty about being so shalow ?

    After all, it is not that bad, because it is sometimes usefull for people like me, who does not like to spend hours thinking about outfits…But the world is so crazy in the head…just by curiosity, how do you feel about supporting this kind of values ?

  • Memech 20 décembre 2009, 11:32 / Répondre

    Je crois que même les meks se sont reconnue dans ton post parce que c’est encore plus dur pour nous. Mais c’est marrant quand un collègue est éttoné de savoir que ton caban viens de chez HM et que en plus cette enseigne a une ligne homme, ou encore que le trench ben c’est pas réservé qu’au femme et qu’à l’origine c’est un vêtement d’homme. Mais bon je pense que la province c’est un peu plus facile a vivre que Paris même si les gens sont moins ouvert à la mode.
    Au faite j’ai eu le malheur ou le plaisir ( ça dépend du points devue) d’être chez colette le même jour que celui où tu a dédicacé les tee shirts on peux dire que tu en a ammenée du monde, félicitation et superbe dessin je suis vraiment fan

  • Briony 26 décembre 2009, 6:20 / Répondre

    Garance,

    Vous avez lu mon coeur! Je viens habiter a Paris en Janvier. J’ai ete une fille tres chic en Nouvelle Zealande et j’ai peur de porter mal pour les gens de Paris. Je suis ravie que quelqu’un tres cool et tres chic comme vous, vous pensez le meme chose!

  • Katrin 2 janvier 2010, 9:14 / Répondre

    Je suis allemande et là bas je suis vecu dans la campagne. Je me suis exactement senti comme toi expliqué dans cette post. Quand je suis démenagée à Paris c’était comme dans une paradis. C’était ca pour 3 ans. Maintenant je suis démenagée encore une fois à Vienne. Meme si c’est une ville créative c’est pas pour la mode. Il faut chércher bien trouver des inspirations. Mais c’est comme ca et j’éspère de pouvoir revenir à Paris une jour. Bonne chance pour 2010.

  • la marmotte 16 janvier 2010, 3:30 / Répondre

    hé bien, hum.. comment dire…
    ici c’est… si je sors en talon je choque moins que si je mets une robe à fleurs. Non, pas Liberty… l’imprimé “blouse” du marché.. tu vois ?
    Hum…
    Dire qu’à Lille je mixais pavées et talons… ici j’ai presque oublié comment marcher avec… (bon, je ne dis pas ça pour te faire pleurer !!! )

    bises iodées du bout du monde… (niveau mode c’est clair !)
    ;-)
    la Marmotte

  • Camille 22 janvier 2010, 12:16 / Répondre

    Personnellement, j’ai 18 ans et j’habite en Auvergne( donc déja hein !) dans une ville où les seule magasins sont promod,etam, jenifer et pimkie…Donc évidement ça complique les choses, étant deja très difficile et ayant souvent des idées précises sur ce que je veux porter, je modifie et crée moi même mes vêtement, je pioche un peu partout, et m’inspire d’internet,et de bouquin de mode…Je n’ai certes pas un look extravagant, mais si j’aime quelque chose je me moque de ce à quoi vont penser les autres. Bon ok, j’avoue que ma myopie de l’extrême m’aide à ne pas calculer les regards des gens sur moi…
    Cependant Je ressens que les mentalités ont évoluées, surement parce que la mode est plus présente dans les médias elle s’est démocratisée en se rendant plus accessible du coup les filles osent plus, même en Auvergne dans mon lycée( certe très artistique) on voit cuissarde, minnetonka aux couleurs improbables, clous et sequins, talon haut etc…

  • Estelle 24 janvier 2010, 8:12 / Répondre

    Coucou! J’adore ton site, enfin un site de “mode” … humain! J’adore ta façon d’écrire, c’est frais, divertissant et franc (and I LIKE it!). C’est humain dans le sens où … en fait je sais pas, disons qu’on se sent pas nulle car on est pas entrain de lire le blog d’une écervelé de la mode taille 34 riche comme crésus (face à un taille 38 pour qui Louis Vuitton est un doux rêve LOINTAIN!)
    Cette article là me plait bien! J’ai pas été assez de fois à Paris pour remarquer la liberté vestimentaire ou alors trop de fois en Espagne où c’est quasiment à poil! Je n’ai pas vraiment un univers à tendance mode … Les opportunités à Bruxelles sont nombreuses, mais sauter le pas, c’est plus un pas mais le grand canyon! Rien que des talons, et c’est sifflement et jugement à gogo (j’ai pu faire les frais avec ma belle veste rouge… “Hey Babybel!” haha DROLE)! Donc forcement comme tu dis, ça refroidit! Le français juge et s’offusque vite, le belge à plutôt la tendance clonage (de préférence blonde, teins orangé, gilet/pull Abercombie bleu marine, sac Longchamps, slim -> youpi, que de “variété”)

    A 19 ans, des talons 12 centimètres et une micro shirt ça fait p***, mais quand je serais grande, UNE WORKING GIRL (haha la bonne blague), je me pavanerais comme un paon. Amen!

  • P 13 mars 2010, 2:26 / Répondre

    Hey,

    I just love your illustrations!

    I posted some of them to my blog: http://lipalicious.blogspot.com/

    xx

  • Nao304 14 août 2010, 7:02 / Répondre

    Il n’y a pas qu’à Paris que les gens sont lookés en France… !!!
    Je viens d’y vivre pendant 1 an et je suis originaire du sud de la France, de Montpellier plus précisément. Bien sûr tous les coins en France ne recèlent pas d’accros à la mode. Mais à Montpellier, qui est une ville avec une population relativement jeune et une ambiance festive, les gens “se sappent” pour sortir, plus qu’à Paris je trouve ! Quitte à en faire, des fois, un peu trop… Mais beaucoup de gens ici suivent la mode et veulent être “stylés”, ils aiment sortir et se montrer. Les filles n’hésitent pas à porter de petites robes de soirée un peu dénudées, des talons hauts… l’extravagance existe bel et bien et personne n’est choqué. D’autant plus qu’avec cet esprit “du sud”, il est peut-être plus facilement accepté de sortir en minijupe, minishort. A Paris, franchement, je n’osais pas sortir habillé “short”, ça me paraissait déplacé, même en été, peu de filles portaient ce genre de fringues dans la capitale.

    Alors j’écris pour qu’on arrête un peu ce cliché sur la mode à Paris face au reste de la France :) des amies à moi de Paris sont venues la semaine dernière et ont été hyper étonnées de voir à quel point les gens étaient lookés pour sortir ici, elles ne voient pas ça à Paris ! Cela doit dépendre aussi du milieu professionnel. Si on travaille dans la mode à Paris, c’est clair qu’il y a matière à discuter et que l’on voit passer une foule de gens ultra fashions ! Mais c’est au final, il me semble, une minorité.

  • Melissa 7 novembre 2010, 10:20 / Répondre

    On se le vie comme on peut, je vie dans une petite ville et il faut dire que la mode ici c’est… comment dire…vulgaire. Si j’ose avoir un peut ( à mon sens ) de bon gouts et de classe sans avoir à porter des talon ( je suis encore un peu jeunette pour ça…16 ans ) ou quoi que ce soit… Eh bien on m’accuse d’avoir un look de Vieille !
    Quelle tristesse…

  • Stephanie Q. 16 novembre 2010, 3:49 / Répondre

    J’aime la mode comme le dit le slogan de Petit Bateau “A quoi ça sert d’avoir des vêtements si on ne peut rien faire dedans?!” Dans ma ville je me suis habituée aux regards curieux des gens ; si peu qu’on porte quelque chose de décalé, de coloré les gens se retournent et vous dévisage. Je reviens d’une semaine à Paris, quel changement ! Personne ne s’est retourné, personne ne m’a dévisagée, à croire que vivre en capitale tolère une certaine originalité. J’étais presque déçue de faire si peu d’effet aux parisiens ;)

  • Carter 16 septembre 2011, 2:38 / Répondre

    Je viens de tomber par hasard sur ton article et je suis vraiment fan de ta plume , comme de tes jolies photos . Je passe la plus part de mes soirées (une fois que j’ai finie mon travaille of cours , -je suis en seconde , ahaha-) ,
    Tout cela pour te dire , (du point de vue du jeune lycéenne) que la mode en province est perçue réellement comme quelque chose de bizarre , de spécial .. J’habite à Nantes moi aussi , et ici , la mode au lycée se résume à un jean slim -( oui , le flare ici n’existe PAS encore .)- des UGG . C’est même presque une généralité . Et pour moi , ça , c’est du grand n’importe quoi ( non mais allée , soyons réaliste , les UGG , c’est cool 5 mn et encore , comme chaussons quoi!!!!(sauf celle en mouton de mongolie , enfin bref ma vie . :))) , et je ne sais pas quelle mouche ma piquée , mais je ne supporte pas de m’habiller comme les autres , j’aime avoir mon style , et c’est d’ailleurs ce qui fait et fera ma force . Je n’insinue pas que je suis la seule , car , rien que quand je surf sur des blogs , ou même dans les magazines , ça me réconforte de me dire que je ne suis pas une plutonienne égarée sur la planète terre , habillée en jupe à paillette grise argenté , rangers et pull vert canard en mohair et rêvant d’avoir des cheveux rose à la Charlotte Free ! Et bien vois tu , hier , en faisait qqs emplettes chez Zara (n’ayant absolument pas les moyens de m’offrir de belles pièces , faute de peu d’argents de poche et ne zéro petits boulots ) , je me sus trouvée un tutu long orné de paillettes dragées et ors . Et je l’ai mis . En cours . Et je me suis faite discriminée ( et pourtant , mes potes et autres camarades ont l’habitudes , -dans un lycée de 500 élèves en plein centre , je me suis pavanée moultes fois en pantalon tartan et autres fanfreluches..- ) Ok j’ai QUAND MEME eu qq de mes amies et même certaines connaissances , qui sont venues me dire qu’avec ma jupe , je ressemblait à une jolie princesse , et qu’il ne fallait pas que je change , par ce qu’une jolie princesse le matin , c’est quand même plus chouette à voir qu’une ado en jogg post je m’en fou de la la life / je suis une voyouse . Mais même si ça ne ma pas atteints toutes leurs moqueries , je me suis dit à qu’elle point leur ouverture d’esprit était égale à : “Nous sommes tous des moutons , nous aimons êtres tous pareils vêtus , nous n’aurons jamais aucunes personnalités , mais nous nous en contentons .”
    Voilà , c’est comme ça , du
    moins dans pas mal de lycée de Nantes , que la mode est perçue .
    Et bien c’est triste , et je compte révolutionnée tout ça plus tard ! et je souhaite que les paillettes et la customisation ne soit plus perçues comme un crime !
    Et si après tout , ce qui ne passait pas , ce n’était pas la mode , mais plutot la forte personnalité qui s’en échappe ?

In The Spotlight