Alors à New York City, on est tous là, à regarder la neige fondre, À SE GELER et à essayer de ne pas se prendre les pieds dans des flaques de boue géantes.

Enfin, moi je pense surtout à ne pas mouiller mes cheveux et à faire de grands signes à des gens qui ne me reconnaissent pas “Aaaaaah mon dieu ! C’est toi Garance ? C’est dingue, ces cheveux, ça te donne 12 ans de moins !”

“Quoi, tu veux dire que ça me donne 8 ans c’est ça ?” Ahahah mais je suis drôle.

Alors hier j’ai vu un défilé horrible, un défilé super, j’ai vu André Leon Talley courir, Cameron Diaz boire un thé et j’ai aussi croisé Laurel avec sa capote d’aviateur et ça m’a beaucoup énervée.

Pas Laurel. C’est génial et lui va trop bien. Non, ce qui m’a énervée c’est que j’ai repensé au film Amelia.

Aaaaaah ce que ce film m’a énervée.

Pourtant, c’était trop bien parti ! Imaginez. Un film sur Amelia Earhart, une aviatrice incroyable au style masculin-féminin à tomber, le tout à une époque tellement cinégénique que pour rater son coup faut vraiment le vouloir. Je m’étais dit tu va voir avec un film comme ça, on va toutes vouloir devenir pilotes et s’habiller en combi de cuir Hermès.

Oui ben alors pas du tout. Le filon mode était trop beau, il a été surexploité : Une nouvelle tenue à chaque plan (sauf qu’on est pas dans Gossip Girl) des vêtements flambant neufs, des cuirs rutilants, des chemises surrepassées et le pire : le film est orange. Certainement pour faire film d’époque, je ne sais pas, mais trop de filtre tue le filtre. C’est juste énervant. Brrr. Raté.

Donc drôlement ravie d’avoir croisé Laurel. Elle m’a redonné foi dans ma vocation de pilote exploratrice !!! Et je vais me repasser l’un de mes films préférés, Aviator.

Bon il faut que je file, je raconte n’importe quoi, j’ai un dîner, mes copines m’attendent et vu qu’elles risquent de ne pas me reconnaître avec mes nouveaux cheveux, j’ai pas intérêt à être en retard. Même si je suis déjà en retard. Ah, si j’étais pilote. Je prendrais mon avion, tiens.

PS : De retour du dîner, je viens de mourir de fatigue en direct sur la table du resto à cause du jet-lag et je viens juste de m’entendre dire : “NON, JE NE PEUX PAS ALLER À CE CONCERT DE PATTI SMITH QUI EST AU MILK STUDIO À DEUX MINUTES D’ICI, PARCE QUE JE SUIS TROP ÉPUISÉE, VOUS COMPRENEZ LES FILLES, POUR MOI IL EST 5H DU MAT LÀ.” (un jour, je repenserais au soir où j’avais raté un concert de Patti Smith parce que j’avais un jet lag, et je pleurerais en chantant Gloria comme une imbécile) (je l’ai déjà vue, elle est géniale)(G-L-O-R-I-A !!!).

Bah avec une résistance physique aussi nulle, j’aurais jamais pu traverser l’Atlantique, moi.

Mais mettre des combi Hermès en cuir, ça, c’est quand vous voulez !