Bon. L’important, dans la vie, c’est de s’adapter. Pendant longtemps j’ai réussi à garder mes soirées de fashion week pour écrire, mais là je vais avoir tellement de trucs a faire pendant les 10 jours a venir que le mieux c’est que j’écrive directement sur mon téléphone entre les défilés pour vous emmener avec moi dans mes journées.

Ceci est donc… Un post super expérimental, un genre de Twitter en différé, quelque chose comme ça !!!

Là, telle que je vous écris, je suis dans le métro. Bah non, j’ai pas de chauffeur. Je fonce à Balenciaga. J’ai 2h de retard… Parce que… Allez hop on rembobine.

8h : allez, je prends un peu de temps pour bosser, j’ai des trucs urgentissimes a rendre, genre, immediatissimement. Donner les directives au labo de retouche pour une série de mode que j’ai shootée (Yoohoo !) avec une deadline ce soir (Pfffiou). Finir un dessin pour une couv (!)(Youhou !) qu’on m’a commandée avec deadline avant-hier. + 6823 mails non lus. J’ai comme le vertige, en fait, là. Garance. Calme. Respire, respire. Respire.

11h : Oh merde. Le temps passe trop vite. Faut que je me prépare !  A chaque fois que j’arrive a Paris, je me dis que ça va être génial. Que je vais enfin avoir toutes mes fringues, que je vais être chez moi, que je vais pouvoir m’habiller en 15 secondes. Et être enfin Trop-Classe. (c-a-d : Mon but dans la vie)

11.35 : 2500 tenues essayées plus tard, je hais avoir l’embarras du choix, je veux aller faire du shopping, je me trouve trop mal sapée et je n’aurais pas le temps de me changer avant ce soir. Et ce soir, je dois aller chez Merci, au Bar Vogue + au vernissage de l’expo de Zahm chez Colette.

11.55 : j’arrive a Concorde. Je vais essayer de rentrer au 2ème défilé Balenciaga, celui des acheteurs.  Je vous laisse il faut que je coure. A toute !

————

12.03 : Pfff. Le défilé a déjà commencé. Il est fini, en fait.
Je suis éplorée mais je croise Carole, ma best friend qui fait ses achats pour Département Féminin et qui porte une chemise Céline que j’ai immédiatement envie de lui voler. A défaut, je la prends en photo.

Je lui demande comment était le défilé. Elle adore les couleurs et à trouvé que le défilé était une vraie explosion de créativité. Me dit qu’elle ira au showroom, lundi, voir la déclinaison commerciale de la collection. J’irai avec elle. J’adore les showrooms, les avis des acheteurs, savoir quelles sont les collections qui rencontrent leur public, etc.

Ça m’apprend tellement sur la mode !

————

12.30 : Ok. J’ai une demi-heure. Ok. Ne rigolez pas. Je rentre me changer. OK. J’AI DIT ON NE RIGOLE PAS ! C’est la fashion week on a le droit d’être folle, d’abord.

————-

15. : Pfffff mais ce billet est déjà beaucoup trop long ! Allez hop on passe directement au défilé Balmain. Entre temps juste pour que vous sachiez j’ai déjeuné d’un poulet thaï assise à califourchon sur mon canapé en parlant avec Salomé, mon agent chéri, qui ne me lâche pas (ce que j’adore)(Mon dieu, vous allez vraiment tout savoir.)

———-

Chez Balmain, Giovanna me montre une vidéo sur son appareil photo. Elle y dirige une chorégraphie hilarante. Morte de rire. Paraît que la vidéo est sur You Tube. Je la harcèle de BBM depuis des heures pour avoir le lien.

15.45 : Balmain va commencer, on est a peu près 1 personne 3/4 par siege. Quelqu’un s’assoit sur moi, mais comme par le passé, je l’ai déjà fait plus d’une fois, j’accueille mon invitée avec un sourire. TOUT LE MONDE DE LA MODE EST LÀ.

————–

16h55 : Avec Scott, dans un taxi pour Rick Owens. Jazz a fond, soleil délicieux. Balmain était dingue, dans un style remède a la récession, dorures, brocards et Prince à fond.

————-

17h35 : Chez Rick Owens, avec Giovanna et Anna, qui sont explosées de rire parce qu’Anna porte une ceinture de Francesco Scognamiglio… Et que quand les photographes lui demandent d’épeler, en Anglais, elle perd tous ses moyens :

Après le défilé hyper fort de Rick Owens, j’ai retrouvé Carole. Je grimpe dans sa voiture (elle a un chauffeur, elle !) et on se jette dans le premier café qu’on voit. Trop longtemps qu’on s’est pas vues. Tous ces voyages c’est bien mais mes amis me manquent vraiment trop.

J’étais pas en forme, j’avais passé ma journée à râler (je voulais rester sous ma couette, vous vous souvenez ?) et là soudain prendre un café avec une amie me fait un bien fou. Toutes mes tensions s’envolent, mon énergie revient… Je rentre chez moi et je…

Oh mon dieu ce post est déjà trop long. J’arrête là. La prochaine fois, si toutefois il y en a une, j’essayerais d’être plus concise !

Gros bisou !