Il faut vous imaginer un Saint-Tropez rempli de filles à la mode. Le premier jour, elles se seraient toutes ruées chez K-Jacques et Rondini (moi, aussi). Le deuxième jour, elles auraient expérimenté avec douleur la montée des prix en milieu touristique (moi, encore —> où comment on a essayé de me vendre une paire de chaussures Alexander Wang le double de leur prix – 1000€). Et le troisième jour, elles auraient enfin trouvé le bonheur dans une friperie absolument géniale, le Marché du Marin.

Vous voyez une ambiance de showroom pendant une fashion week ? Et bien là, le jour où j’ai débarqué, c’était exactement pareil. Mademoiselle Agnès, ci-dessus, n’est que l’arbre qui cache la forêt : elle avait amené avec elle Emmanuelle Alt et Carine Roitfeld, qui vintage-shoppaient gaiment pour toute leur famille entourées de plein d’autres stylistes et de modeuses. J’ai pas pris de photo, because je suis pas une paparazzi – exception faite pour Agnès, qui venait juste de craquer pour ce petit short trop cool et qui voulait me le montrer.

Ouais. Croyez-moi sur parole quand je vous dis que faire son shopping à côté d’Emmanuelle, c’est l’enfer. C’est comme si elle avait une antenne à fringues – normal, vous me direz. À chaque fois que je voyais un truc susceptible de m’intéresser, de loin, le temps que je m’approche et elle l’avait déjà attrapé. Ce grand sweat en molleton rose délavé, par exemple. Cette chemise de grand-père. Cette veste de marin sublimement patinée. Pffffff.

Trop stressée ! J’ai lâché l’affaire et je me suis promis d’y retourner le lendemain matin, seule, loin de toute intimidation fashion.

Et là, j’ai fait une vraie razzia. Moi qui déteste le vintage en général, là c’est comme si on avait ouvert ce truc spécialement pour moi :

- Les fringues sentent bon.
- La sélection est géniale. Pas de trucs nazes, où délirants, un vrai parti pris de vintage marin, fait avec goût. On y trouve aussi quelques rayons dentelles et sweat-shirt de collège, des sacs en cuir, mais tout est sélectionné, on n’a pas besoin d’y passer trois jours pour trouver un truc —> exactement ce qui me soule en général dans les friperies.
- Les prix sont accessibles.
- Et en plus, la déco est sympa.

Pourquoi on n’a pas des trucs comme ça, à Paris ?

PS = CECI EST MON NOUVEAU IT-BAG À MOI. IL VOUS PLAÎT ? IL A INTÉRÊT, PARCE QUE JE ME LE TRIMBALLE DEPUIS MERCREDI… !

Le Marché Du Marin, 4 Avenue Foch 83990 Saint-Tropez.