Ma mère avait toujours dans sa salle de bain une lourde bouteille d’eau de rose de Santa Maria Novella. Je ne savais pas trop à quoi ça servait, l’eau de rose, mais je me souviens regarder l’étiquette, ses typographies compliquées et trouver ça d’un raffinement exotique fascinant.

Ce n’est que bien des années plus tard que j’ai trouvé l’endroit dont elle se faisait ramener son eau de rose. À quoi cela lui servait, je ne sais toujours pas.

Santa Maria Novella, à Florence, doit certainement être le plus beau magasin du monde.

C’est aussi sûrement l’une des parfumeries les plus anciennes. Elle a été fondée par les moines dominicains dans les années 1200, et n’a pas beaucoup changé depuis. Sublime, difficile à décrire, et même à prendre en photo… Les plafonds sont tellement hauts !

Bon, je ne vais pas commencer à faire ma prof d’histoire. Ce que je sais c’est que j’y vais à chaque fois que je visite Florence, que je passe des heures dans cet enchaînement de pièces toutes plus belles les unes que les autres et que j’en sors toujours les bras chargés de flacons. Même si ce n’est pas spécialement les flacons que je recherche. Ils sont restés très simples.

Mais les parfums sont incroyables…

L’un des coups de génie de Santa Maria Novella, c’est rester le plus possible dans son histoire. Par exemple, ne pas retapisser ces murs marqués par l’inondation de …??. (Et là, j’ai oublié la date !!!) (Ah bravo la prof d’histoire !) j’adore cette pièce aux murs bouffés par l’humidité.

Non mais je suis grave…

J’aime tellement mon parfum que rien que de regarder ces images ça m’y fait penser, et ça me rend heureuse. Une heure que je les regarde au lieu de me mettre à bosser. Pfff n’importe quoi la fille.

Allez hop ! Au boulot ! Bonne journée !