Ah, c’est trop bien de me retrouver dans mon petit appart parisien.

Dès que j’ai posé le pied à Paris, en fait, je me suis sentie plus calme.

Oui parce que je n’ai pas encore eu le temps de tout vous raconter sur ma life New Yorkaise mais entre le boulot, les soirées (genre, c’est juste pour l’écrire, parce qu’en fait on sèche trop toutes les soirées, tellement tellement, que quand on s’en fait une, on la FILME tellement on y croit pas que c’est nous en train de danser), les manucures (ahah comment je fais pour parler autant de ce truc et avoir TOUJOURS AUTANT le vernis écaillé ?) et le sport (oui, LE SPORT – faut que je vous raconte comment je me suis évanouie au Bikram yoga)(paraît que c’est normal)(les gens sont maso) j’ai l’impression que les journées passent en un souffle : NYC, C’Est le MeGa Speed.

Et en fait du coup on fait du sport pour décompresser du speed. Mais ça le sport te bouffe du temps donc t’es encore plus speed. Donc faut plus décompresser. Donc faire plus de sport.

Je vous jure, j’en connais des tas qui se lèvent à 6 du mat pour aller courir dans leur salle de sport ! Même moi des fois j’y pense ! Mais je le fais pas parce que je suis trop flemmasse !!! MA SALLE DE SPORT OUVRE À 5H DU MAT !!!!!! Ils sont fous les gens ou quoi ?

Et attendez, la control freakitude de la recherche de la perfectitude physique ne s’arrête pas là, les calories sont indiquées PARTOUT ! Un cookie, c’est 500 putain de calories !!! Chez Starbucks c’est paranoland. Vous ne voulez pas savoir le nombre de calories d’un Frappucino, je vous assure.

Tout ça, ça n’arriverait jamais à Paris. Enfin, pas dans mon Paris à moi, fait de croissants, de cigarettes et de rien foutage à la terrasse des cafés. Yep, sans même de culpabilité.

Bref. Je vous ferais un reportage en direct de ma salle de gym un jour, qu’on rigole.

Tout ça pour vous dire que la dernière fois, à mon vernissage chez Jil Sander, j’étais en train en pleine conversation quand soudain je vois arriver deux filles à la dégaine super cool (l’une d’entre elles avait une chemise Equipment, kaki, c’est vous dire mon état de pâmoison !) qui me regardaient du coin de l’oeil.

En maîtresse de maison aguerrie (= complètement bourrée) je me présente, salue, complimente et nous engageons une conversation sautillante et débridée comme seule les New Yorkaises savent le faire, digne d’un épisode de Sex & The City, mais mieux (je peux pas vous raconter les détails, je ne m’en rappelle plus = j’étais bourrée).

C’est là que la conversation a prit une tournure inquiétante. Mes deux nouvelles meilleures amies se sont regardées d’un air conspirateur, puis se sont tournées vers moi et l’une d’entre elle s’est lancée :

“Garance, si nous sommes venues se soir, c’est pour te dire, on a peur pour toi. Please, ne te lance pas dans la course. C’est pas grave si ta manucure n’est pas parfaite, tu n’as pas besoin d’abdos en acier, et encore moins d’highlights dans tes cheveux (je vous rassure, je n’y avais pas encore pensé… Hum… Ok. Quoique). Nous on t’aime comme tu es (flatterie x bourrée = extase). Pas parfaite. Normale, avec des noeuds dans les cheveux (ça je l’ai inventé, mais vous voyez l’idée)… Parisienne !”

Je leur ai fait promettre de prendre un café ensemble dès mon retour d’Europe, et je leur ai promis que quoi qu’il arrive, je n’arriverais jamais à être parfaite.

Ça va être vachement dur. Très dur de lutter contre contre la Garance parfaite qui était en train de se réveiller en moi et qui ne demandait plus qu’à sortir. Mais j’y arriverais.

Envoyez les cookies.

(putain, 500cal)(aaaaaïe !!!!)

* : “Reminder : Go to the gym” c’est ce qui est écrit sur ma carte de gym. La première fois que j’ai vu mon coach (et l’avant dernière, d’ailleurs, ahah), il avait un panneau au-dessus de sa tête avec écrit : “No Whinning” (On ne se plaint pas). Ils sont fous.