Je sais. C’est un peu mélodramatique, comme titre, mais vous qui connaissez mon inépuisable quête du Graal capillaire, vous savez qu’en ce qui concerne mes cheveux, les grands mots ne me font pas peur.

Rappel des faits :

Il y a plus de six mois de ça je vous annonçais, photo à l’appui, que j’avais altéré la nature de mes cheveux et que j’appartenais à présent au club des filles aux cheveux raides, raides, raides comme un manteau Céline. Joie.

Joie !

J’ai constaté, vu le nombre d’emails et de commentaires reçus ce jour là et que je reçois encore aujourd’hui, que je n’étais pas seule à me rêver différente.

Et j’ai reçu des tas de compliments.

Aaaaaaaah des compliments. Fierté.

Joie > fierté.

Par ailleurs, j’ai choisi de ne pas être contrariée les mails de filles déçues que je n’appartienne plus au club des bouclées. J’étais bien trop contente.

J’ai également ignoré les remarques bienveillantes mais insistantes de mon chéri : “Ça dure combien de temps ce truc ? Non mais parce que c’est sympa les cheveux raides mais c’est quand que je retrouve ma Garance, la vraie ?”

La vraie Garance. Pffff, n’importe quoi. Je levais les yeux au ciel en signe de déni.

Joie, fierté > déni.

J’ai par la suite pu constater qu’avoir les cheveux raides, c’est un peu comme avoir les cheveux courts. Comment dire… les cheveux raides n’encadrent pas le visage avec autant de de bienveillance que les cheveux bouclés. Mon visage s’est senti tout nu.

Par ailleurs les cheveux raides, c’est tous les jours pareil. Et finalement, quand on est habituée aux caprices des cheveux bouclés qui changent tout le temps et qui sont ingérables et qui vous font une tête différente tous les jours sans qu’on leur ai rien demandé… On s’ennuie vite avec les cheveux raides, en fait.

Allez hop, queue de cheval.

Joie, fierté, déni > queue de cheval.

Après quelques mois, mes cheveux ont recommencé à boucler. Semaine après semaine, je les ai observés se remettre tout doucement à onduler. À mesure qu’ils reprenaient leur forme originale, moi, j’avais l’impression de me retrouver.

Pas une seconde, je n’ai pensé à retourner faire un Keratin Treatment.

Joie, fierté, déni, queue de cheval > RETOUR À LA CASE DÉPART.

Moralité : Comme me le disait la belle et bouclée Alexandra, pour la plupart d’entre nous, on a la nature de cheveux qui vont à notre visage.
Mais comme ma belle et raide soeur hurlerait si elle entendait ça, elle qui est accro à son lissage japonais, on va dire qu’il n’y a aucune moralité à cette histoire.

Ou si, que =

1/ Vive la queue de cheval.
2/ Vive les hommes qui nous aiment telles qu’on est.
3/ Il faut toujours tenter les trucs qui nous font rêver, comme ça après on peut passer à autre chose. Cheveux courts : check. Cheveux raides : check. Cheveux blond platine… Huuuuuu…

Vous croyez que ça m’irait les cheveux blonds platine ?

???