Me revoilà, indemne* et les joues rosies par deux semaines consécutives de sommeil lourd et ininterrompu, si ce n’est par quelques coupables & foudroyantes** excursions shopping.

Oui.

C’est donc fraîche, dispose et en pyjama de soie que j’ai jeté un oeil distrait, ce matin, à mes résolutions pour l’année 2010.

Wow.

Une telle constance dans la non-réalisation de ses objectifs, dis donc, c’est admirable.

En 2010, je n’ai donc ni dormi ni fait plus de sport qu’en 2009, ni été plus généreuse avec mon prochain, je n’ai ni arrêté le chocolat ni vraiment la clope*** par contre j’ai réussi à quasi-complètement arrêter de Twitter****, alors que ça faisait partie de mes bonnes résol’ de 2010.

Ah oui, et sinon, pour ce qui est de cuisiner plus, voilà le travail : je n’ai cuisiné qu’une seule fois de toute l’année, et ce sont des crêpes, un soir de septembre, pour impressionner mes amis New Yorkais. Parce que je les fait sauter nickel dans la poêle, vous savez ?

Oui oui.

Enfin, bon. Là, n’est pas l’important. L’important, souvenez-vous, c’est la question qui brûlait nos lèvres l’année dernière à la même date, l’irrémédiable signe des temps, la météorologie implacable de la psyché des femmes et de leur attitude face à la vie…

Alors, talons hauts ou talons plats ?

Et bien en 2010, nous avons eu notre réponse. Vous avez vu les collec’ printemps-été ? Talons Plats.

La mode a changé ! Et le départ de Carine Roitfeld du Vogue Paris (autrement dit le sujet à la mode pendant toutes les vacances) à la fin de l’année n’a fait que confirmer cette impression. 2010 a été un passionnant et parfois douloureux changement d’ère pour la mode et si je suis déjà nostalgique de tourner la page, je suis aussi, mais alors, morte d’impatience de voir ce qui nous attend pour cette nouvelle décennie.

Et voilà ! C’est donc fraîche, dispose et en pyjama de soie que je vous embrasse, que je vous souhaite la meilleure des années et que franchement, mon voeu le plus cher encore une fois, c’est de la passer avec vous, cette année 2011. À ne suivre aucune règle et aucune résolution, à regarder la mode changer, à ne pas dormir assez, à rire de tout, et à raconter n’importe quoi.

Même que des fois on sortira nos killer heels immarchables de 2008, ouais. On s’en fout, on fait ce qu’on veut, on libres, et c’est comme ça.

Yeah. Olé (???) !!! BISOU !!!

——-

* Non mais ça va pas de m’envoyer des emails pour me demander si je suis sic “morte” dès que je disparais deux minutes ? Bon, ok, désolée de disparaître sans prévenir, mais non, je ne suis pas “morte” (Non mais OH !). Bon, ok. Juste, je dormais, en fait.

** Attendez un peu de voir ça !!! Mouraaaaaance* !

*** Même si j’ai arrêté de fumer sans le vouloir : fumer à NYC, c’est comme faire un jog à Paris : les gens te regardent comme si tu avais un panneau lumineux “folle furieuse” accroché autour du cou. Aaaaaah les résolutions qui se réalisent d’elles-même, j’aime… !

**** Je prévois d’arrêter Facebook aussi, pour 2011. M’en fout. Le film était vachement bien, sinon.

——-

* Comment ça c’est moi qui ai commencé à parler comme ça ? Attends, je meeeeurs !