Doit-on s’habiller pour aller à une soirée habillée ?

(Pas qu’il y ait des soirées nues, hein, je parle des soirées où il y a marqué sur l’invitation robe de soirée)

Non, vous voyez ces soirées dont on sait par avance que tout le monde sera chic, qu’on va devoir faire bonne impression, et aussi qu’on l’on vous prendra en photo ? Qu’est ce qu’il faut faire ?

- La solution numéro un, c’est d’aller s’acheter une robe direct paf comme ça tellement vous êtes stressée par la soirée et de vous ruiner aussi sec, sur 10 ans.

Mais ça ne marche pas du tout ce truc là. Parce que non seulement vous vous ruinez, mais, oh grands dieux de ma vie ma vie de socialite, j’ai découvert aussi à mes dépends que du moment que l’on met une robe et qu’elle est photographiée, on ne peut plus la reporter, c’est infernal mais c’est vrai.

(C’est comme ça, c’est pas moi qui fait les règles des soirées habillées, hein. J’aimerais bien les refaire, tiens d’ailleurs mon prochain post c’est un manifesto pour les soirées habillées, enfin contre.)
(C’est encore pire à New York qui doit être la dernière ville du monde à prendre le terme “soirée habillée” tant au sérieux. Nous à Paris quand si on nous dit “soirée habillée” on s’empresse de mettre un jean et une paire de talons hauts, mais à New York la cocktail dress, voir la evening gown est de rigueur)

Donc en gros on se ruine pour une robe qu’on ne met qu’une fois, ça marche pas.

- Ou bien on se cache des photographes, ce qui n’est pas si facile que l’on croit de nos jours facebooktwitterisés.
- Ou bien ON NE VA PAS à la soirée, ce qui est mon choix la plupart du temps, vu que je préfère largement descendre des vodkas dans un bar, tranquille avec mes copines.

- Ou alors on emprunte la robe.

Ça se passe comme ça :

Garance à Attaché De Presse : “Allô c’est Garance, j’ai une soirée ce soir, c’est la cata j’ai rien à me mettre, tu n’aurais pas une robe à me prêter ?”

(Bon, faut connaître l’attaché de presse, hein. On peut pas juste tomber du ciel et appeler comme ça, à moins qu’on soit fille ou fils de quelqu’un d’un tant soit peu célèbre, ce qui n’est pas si rare que ça, en nos jours bénis d’aristocratie rock’nroll.)

—–> Réponse : Bien sûr, ma chérie (appellation générique de toute personne bossant dans la mode), je t’envoie un shopping (séléction de robes, ce qui est mignon car c’est exactement le contraire d’un shopping) avec un coursier (gentil monsieur qui vient t’amener les trucs directement chez toi).

(Monde merveilleux de la mode)
(Je suis désolée, je sais ça fait très snob, vous allez dire que je suis déconnectée de la vraie vie, mais bon faut bien que je vous raconte, quand même, les trucs de ma vie, même si elle est pas vraie)

(en même temps vous allez découvrir dans un instant, le conte de fées s’arrête là, allez hop !)

Réception du shopping donc, décachetage du papier de soie, et là, arrêt net du conte de fées —–>

- MAIS BIEN SÛR, J’AVAIS OUBLIÉ, JE NE RENTRE PAS DANS LES SAMPLE SIZE, putain de merde.
- Aucune robe ne me va.
- Ah si, une robe me va, mais dedans, je ne me ressemble pas. Pas du tout, aaaaaaah, cette fille dans le miroir, ce n’est pas moi.*

- Normalement l’épisode ci-dessus prend environ deux heures à transpirer pour rentrer dans des tenues qui ne me ressemblent pas et finit en larmes en maudissant le monde de la mode et les sample size en taille 34 (pourquoi croyez vous que tout le monde soit mince dans la mode – à part moi – hein ? Pour rentrer dans les sample size), mais là je vous épargne mes instants de misère devant ma glace. Je vous ferais un post là-dessus ci ça vous intéresse.

* Il faut dire aussi quand on ne rentre pas dans les sample size on a vite fait de penser que de toutes façons emprunter ce n’est pas du jeu puisque ça n’est pas nos vraies fringues ça ne peut pas être notre vrai style donc ça ne marche pas, puisqu’en fait au fond c’est tricher.

NB : Si on rentre dans les sample size, comme par magie, on trouve ça formidable et que ça colle parfaitement à notre style. Enfin j’imagine.

- Donc, non, emprunter, ce n’est pas DU TOUT un bon choix.

Donc on peut aussi y aller avec ses fringues normales, ce qui finit généralement par être mon choix. Le choix chiant, relativement classe, un peu toujours pareil, le parti pris du moyen bien. Ou en d’autre mots, la simplicité.

Pour tout vous dire, la simplicité vous apporte beaucoup de respect (“oh mais quelle constance dans la simplicité, quel dépouillement, quel style !”), une prise de distance des photographes qui préfèrent de loin les tenues plus fashion – Vous saviez que dans beaucoup de soirée une personne est spécialement embauchée pour faire le tour de l’assemblée et demander au gens ce qu’ils portent ? – et donc la garantie de passer une soirée plutôt tranquille.

Après, à moi de décider si j’ai envie de passer une soirée tranquille, hein, au fond. À moi de savoir POURQUOI je vais à la soirée habillée.

Nan parce que comme me l’a dit Anna Dello Russo au bal masqué de Vogue – où elle n’arrivait pas à respirer et a failli s’écrouler sous le poids de sa coiffe gigantesque (vous voulez voir une photo que j’ai prise avec mon Iphone ou vous savez tous de quelle tenue je veux parler ?)- à quoi ça sert de venir à ces soirées si ce n’est pas pour se faire remarquer, hein ?

Elle est venue à la soirée, n’a même pas pris un verre, s’est faite photographier sous tous les angles et est repartie, une demie heure après, digne comme une reine. Le lendemain qui était en couverture de tous les fashion website ? Anna Dello Russo, héhé ! —–> Mission se faire remarquer Accomplie (cette femme est un petit génie, je vous le dis)

Alors que quelques semaines plutôt, on buvait des pots tranquilles, avec Anna, Aurora et Viviana, dans un petit bar de Milan. On se marrait comme des bossues et était habillées super normalement, même miss ADR, qui sait définitivement Où, et QUAND c’est le moment de s’amuser —-> Au bar. Avec ses copines.

Beaucoup plus qu’à n’importe quel bal masqué de n’importe quelle soirée habillée.

Voilà pourquoi je reformulais ma question ainsi :

Faut-il aller à une soirée POUR s’habiller (et se faire remarquer) ? Dans ce cas, parmi les choix ci-dessus (acheter, emprunter, y aller à la cool, se cacher des photographes et mettre plusieurs fois la même robe, ne pas y aller, ou se faire un délire à la ADR – non ça je ne crois pas que j’y arriverais -),
qu’est ce que vous feriez ?