Cliquez ici pour voir toutes les images.

Vous ne le savez peut-être pas, mais alors que je passais mes tendres années à grandir sous l’ombre d’un figuier en Corse, ma mère vivait à fond la folie des années 80.

Oh, elle s’occupait parfaitement de moi, mais sa deuxième maison était le Palace, elle prenait l’avion comme on prend le métro et ses idoles était Alaïa, Montana, et Mugler.

Et elle le portait, Mugler. Même ses tenues les plus folles avec les épaulettes géantes. Et même dans notre minuscule village Corse. Ça m’a laissé des souvenirs… Forts et colorés.

Vous comprendrez donc mon excitation quand hier j’ai pris place à mon premier show Mugler.

La collection femme a été relancée avec grand bruit. Repensée par son nouveau designer, Sebastien Peigné et par le très médiatique directeur artistique Nicola Formichetti, le fameux styliste de la fameuse Lady Gaga.

Je crois qu’on peut dire qu’on a assisté à un retour fracassant.

Lady Gaga, comme elle l’avait annoncé sur Twitter quelques heures auparavant, a défilé, les mannequins étaient en délire (surtout la géniale Coco Rocha) et le show fut aussi dingue et différent que ce que j’imaginais.

Les vêtements ressemblent presque à des vêtements de scène, mais ça ne me dérange pas car c’est toujours ainsi que j’ai imaginé Mugler. Dans la démesure.

It’s more than fashion, it’s entertainment* a dit Nicola Formichetti après le show. C’est exactement ce que j’ai ressenti. La prochaine fois je prends une place pour ma mère au défilé, tiens.

————-

* C’est d’autant plus marrant car hier on parlait de Dolce & Gabbana et des défilés-spectacles, vous souvenez ? Et au milieu des commentaires (oui, je les lis, tous un par un :-) celui de Vanessa me disait que Mugler avait en son temps organisé l’un des premiers défilés-spectacle, en 84 au Zenith de Paris, pour 6000 personnes qui avaient payé leur place…

Cliquez sur les flèches pour voir toutes les images.