C’est l’une de mes stars de la fashion week. Costanza Pascolato, du Vogue brésilien, m’a toujours un peu impressionnée. Sa beauté, son style, son air détaché…

Je n’avais jamais osé aller lui parler, et encore moins la prendre en photo, alors que j’aimais vraiment son style, un mélange discret et détonnant de choses hyper ‘age-appropriate’ (les cheveux parfaitement brushés, les bijoux précieux, les longueurs savamment étudiées et surtout jamais trop de peau…) et des dernières pièces de la saison, que ce soit  les kitten heels à clous Valentino dans toutes les couleurs ou la dernière veste en cuir rockab’ de Miu Miu.

Et puis un jour, elle est venue me voir et dans un français parfait, elle m’a dit : J’aime beaucoup votre blog !

À partir de là je me suis détendue, et on a commencé à parler de plein de trucs et notamment de ses tenues, des choses qu’elle portait, et de celles qu’elle ne portait plus parce que ça ne correspondait pas à son âge. Sans s’en rend compte, elle m’apprend plein de petites choses. Son âge, elle en parle hyper librement et avec malice, comme Carine Roitfeld qui dit qu’à un certain moment elle a décidé de rallonger ses longueurs de jupe.

J’ai une grande admiration pour les femmes qui parviennent à avoir assez de recul sur elles-mêmes pour faire évoluer leur garde-robe à chaque période de leur vie. Pas tant de s’imposer des interdits ou des longueurs de jupe, mais juste de garder un regard aimant et curieux sur elles-mêmes. C’est ce regard là qui fait de la vie une longue et fantastique aventure…