Ça m’énerve. J’ai depuis un petit moment déjà, dix petits cheveux blancs bien vicieux, perdus au milieu de ma masse de cheveux bruns.

“Ne fais rien !!!” me dit Scott*.

Il est gentil, et j’adore son goût pour le naturel, mais moi j’ai décidé que j’étais contre les cheveux blancs (sur moi). Bon c’est tout un débat, si vous voulez, quand vous voulez on reparle de l’aspect psychologico-philosophique du cheveu blanc. Mais bon, en attendant, moi, pour moi, je suis contre.

Ah oui en plus, c’est pas comme s’ils étaient cachés, ces dix salauds de cheveux blancs : ils sont exactement à l’endroit où je fais ma raie quand je veux m’attacher les cheveux de manière trop classe. Pas class.

“Oh que si, je vais faire quelque chose !” lui répondais-je.

Et, joignant, l’action à la parole, je partis en croisade.

Le premier truc que j’ai fait, il y a quelques mois de cela, c’est, chez mon coiffeur, juste recouvrir les quelques cheveux qui en avaient besoin.
Idée géniale, résultat plus que naturel, le top.

Le problème c’est que ça te tient pas longtemps, ce truc.

Deux semaines après, mes cheveux blancs étaient de retour, oh misère. Et comme vous le savez, je ne suis pas du genre à aller chez le coiffeur toutes les semaines.

Mais j’aime bien essayer des trucs nouveaux.

J’ai donc ensuite essayé la coloration totale. Trois heures (!!!) sous les vapeurs chimiques enfermée dans un salon de coiffure, même si salon hyper design, franchement faut vraiment avoir envie d’être jolie.

J’ai trés envie d’être jolie.

Le résultat ? Mmmmmm, pas mal. Quelques mèches un peu trop claires qui m’ont presque fait hurler “Horreeeeeeeeur ! Balayage !!! Massacre à la tronconneuse de coloriste !” mais non, ça va. C’est joli. Pas de quoi en faire mon signature style et devenir la Taylor Tomasi des cheveux bruns (en même temps le créneau est légèrement saturé) hein. Mais joli.

Ne parlons pas de l’addition s’il vous plaît, oui le signature style, ooooooouh, c’est cher.

Que ne ferait-on pas pour faire disparaitre 10 petits cheveux blancs.

Le truc positif c’est que ça tient. J’ai fait cette couleur il y a un mois et les cheveux blancs ne réapparaissent pas, bon un peu les racines, normal. Mais sur la longueur, ça n’a pas bougé.

C’est sur ces résultats, comment dire… Mitigés, que je croisais ma copine Lola, cheveux magnifiques, brillants dans la lumière parisienne, secouant sa crinière en riant a pleines dents.

“Mais tu fais quoi pour avoir une belle couleur comme ça ?”

“Je la fais à la maison ! Sinon ça pousse tellement vite que je passe ma vie chez le coiffeur. En plus j’adore le faire souvent, chez moi, tranquille. Et mes cheveux brillent de mille feux avec !!!” Re-secouage de cheveux dans la lumière étincelante.

Tiens tiens…

Ma mère m’avait dit la même chose, un jour où elle me demandait de l’aider a retoucher ses racines.

Ce jour là j’avais accepté de l’aider, et nous nous étions retrouvées, toutes les deux, la tête à l’envers dans la baignoire, moi les mains prises dans des gants en plastique transparent spécial sudation, ma mère ressemblant a une momie dans son ensemble spécial colo, très saillant (peignoir ayant fait la guerre de 14-18 et serviette autour du cou) des vapeurs bizarres me remontant au cerveau, ma mère hurlant :

“Mais vite, enlève moi la goutte de colo qui m’est tombée sur la joue tout de suite, sinon ça va prendre et je vais avoir une tâche pendant deux semaines !”

“Mais attends… Avec quoi je l’enlève !!! (hurlements) J’ai les mains pleines de colo !!!”

“Je sais pas moi avec ton coude ?”

“Ok, ok, attends attends, atteeeeeeends…. OH MERDE JE L’AI ETALEE MAMAAAAN qu’est ce qu’on faaaaaaaaaaaaait ??!!!”

J’avais décidé ce jour là que toutes les filles étaient folles et que JAMAIS je ne me ferais de colo toute seule.

Bien sûr, maintenant, à cause de Lola, j’ai envie d’essayer.

Vous faites quoi, vous ?

————–

* Qui, comme vous commencez à le comprendre, est mon mec, mais AUSSI ma meilleure amie.