L’arrivée de l’automne* m’ayant fait condenser mes interrogations vestimentaires matinales** à deux possibilités : Très très casual ou très très effortless, mon uniforme de Californienne*** a vite fait de faire faire des grimaces à mon mec qui, s’il est très tolérant au niveau de la fashion, n’en est pas moins… Un homme.

Il fallait que je trouve une idée.

Décidée à ne lâcher mon confort sous aucun prétexte****, je fomentais une ruse diabolique.

Un matin, dès 8h, au sortir de ma douche, j’enfilais mon pantalon de yoga*****, mes baskets et un gros pull et je me planquais derrière mon ordi.

Scott me regarde et me dit : “Tiens, tu vas au yoga ?”

Je réponds, souriante : “Oui !”

Soudain une expression étrange passe sur son visage, et avec un air d’Hercule Poirot en pleine enquête, me demande : “Tu vas au yoga à quelle heure, exactement ?”

Mon sourire crâneur laisse la place à un air indigné : “Tout à l’heure !”

Il ne se laisse pas faire : “Naaaan, mais à quelle heure ?”

Vaincue, je lui réponds : “Ok. A cinq heures.”

Il me regarde et explose de rire, et il me dit : “Tu vas rester en pantalon de yoga toute la journée parce que tu as yoga à 5 heures !!!?”

A bout d’arguments et parce que je déteste m’avouer vaincue, soudain je m’entends lui dire :

“Non, euuuuh, mais d’abord, en plus, tu sais, j’ai beaucoup plus de succès en pantalon de yoga qu’habillée normalement. Je sais c’est con, mais c’est vrai.”

NDLGaga : Non, mais je vous jure, c’est totalement vrai, c’est un truc de dingue. Mes trajets pour aller à la gym sont des moments de vie hallucinants, des moments Impulse : les mecs, tous les mecs se retournent sur moi. Les travailleurs en bâtiment me disent bonjour et les taxis ralentissent.

Je ne sais pas ce que la tenue de gym envoie comme signal aux hommes (faut que je demande à ma mère d’analyser ça direct) mais si vous êtes célibataires, achetez-vous un pantalon de yoga tout de suite et allez marcher dans la rue. Des talons, des jupes, du rouge à lèvres ?

Pfffff ! Ça fait peur aux garçons !

“Non, mais d’abord, tu sais, j’ai beaucoup plus de succès en pantalon de yoga qu’habillée normalement. Je sais c’est con, mais c’est vrai.”

Quelques heures après, nous étions dans la rue avec Scott, on allait se chercher un café. Lui habillé en digne Sartorialist, moi en honteux pantalon de yoga, sautillant autour de lui dans mes Nike Air en me moquant de sa mine déconfite.

“Regarde, regaaaaaarde, laisse moi marcher dix pas devant toi et regarde la réaction des gens, je te jure que tu vas tout de suite changer de regard sur le pantalon de yoga.”

Et hop, je sautillais devant lui.

Soudain, n’étant plus à mes côtés, il put enfin observer Le Pouvoir Etrange Du Pantalon De Yoga.

Et voilà comment et pourquoi j’ai réussi à traumatiser mon chéri :

A chaque fois que je quitte l’appart avec mon pantalon de yoga, je sens son regard se voiler d’une indéfinissable inquiétude…

EPILOGUE (pour rassurer ma maman) : Tout va bien, je suis revenue à des tenues normales, je ne passe plus mes journées en yoga pants, je mets même des chaussures à la semelle dure :). Oh, et quoi, on a tous les droit d’avoir des downs, non ?

——-

* Ma grosse flemme.

** Enfin, matinales… Je suis mon propre patron, donc matinales se transforme vite en après-midales.

*** Jogging, grande écharpe et immense gobelet de Starbucks à la main pour faire paraître mes mains plus petites*

**** A ce niveau là, c’est un signe pré-dépressionaire me dirait ma mère, qui en plus d’avoir de jolis cheveux, est psy.

Ce à quoi je répondrais tu as raison maman, et je recommencerais à m’habiller normalement, parce que trop de confort peu être un signe de repli sur soi – je vous ferait un post psy de comptoir sur ça si vous voulez.

***** Un corsaire, le truc tellement confortable qu’il a donné lieu à une expression aux US : les yoga moms.

 

———-

 

* Blague volée à la video Uggtricin.

… Et voici les pubs Impulse, pour tous ceux qui ont manqué les 80s. Les pauvres.